La consommation de soja augmente-t-elle le risque de cancer du sein ?

La relation entre le soja et le cancer du sein est controversée. En effet, les études ne vont pas dans le même sens. Nous dissipons ici les doutes sur la consommation de cette légumineuse.
La consommation de soja augmente-t-elle le risque de cancer du sein ?

Dernière mise à jour : 01 juin, 2022

Le cancer du sein est la tumeur la plus fréquente chez les femmes dans le monde. Cependant, l’incidence diffère entre les pays asiatiques et occidentaux, ce qui a conduit à penser que l’alimentation pourrait être en cause. Pour cette raison, diverses études ont été menées sur certains aliments et, en particulier, sur la relation entre le soja et le cancer du sein.

Les résultats sont si variés qu’ils se contredisent entre eux.

La plus grande controverse concerne les tumeurs qui dépendent de l’œstrogène. La raison en est que dans ce type de néoplasmes, le tissu cancéreux possède des récepteurs qui permettent aux cellules de proliférer en présence de cette hormone. Par conséquent, elles sont considérées comme des tumeurs sensibles aux œstrogènes.

Le soja : une source à similitude hormonale

Le soja est une légumineuse à haute teneur nutritionnelle. Parmi ses composants, figurent les isoflavones, des pigments dont la structure chimique ressemble à l’œstrogène. En raison de la présence de ces composés, également appelés phytoestrogènes, on s’inquiète du rôle que joue le soja dans le cancer du sein.

L’œstrogène est une hormone sexuelle féminine. Elle est produite par les ovaires et, dans une moindre mesure, par les glandes surrénales.

Il est impliqué dans diverses fonctions corporelles, parmi lesquelles figurent la prolifération et la différenciation du tissu mammaire. Les taux d’œstrogène varient avec l’âge de la femme et diminuent avec la ménopause.



L’isoflavone et son action œstrogénique

Bien que les isoflavones partagent des similitudes structurelles avec les œstrogènes, peu de choses ont été élucidées concernant leur action. En fait, de tous les phytoestrogènes, la génistéine est celle qui a la plus grande activité biologique et la plus étudiée. Cependant, son effet diffère dans divers tissus et semble également varier en ce qui concerne les niveaux d’œstrogènes endogènes.

Dans différentes recherches, il a été possible de montrer que les isoflavones présentes dans le soja peuvent avoir une action similaire à l’œstrogène, raison pour laquelle elles sont considérées comme des agonistes. Ou au contraire, ils bloquent l’effet de l’hormone : une telle action est appelée antagonisme.

Cette dualité dépend du type de récepteur d’œstrogène auquel ils se lient. Pour cette raison, son effet est considéré comme ayant une faible activité œstrogénique et anti-œstrogénique.

Graines de soja.
Les isoflavones de soja sont les composés qui nécessitent le plus d’attention. Il est question de déterminer leur effet ultime sur les récepteurs des œstrogènes humains.

Le soja est-il un facteur de protection ou de risque du cancer du sein ?

Des études qui proposent les isoflavones comme source de protection contre le développement du cancer du sein ont été menées. Cependant, ces enquêtes avertissent que la consommation fréquente de soja et de ses dérivés doit avoir lieu pendant l’enfance et l’adolescence pour produire un effet significatif dans la prévention éventuelle de la néoplasie.

De la même manière, les auteurs assurent qu’une faible consommation à la puberté, suivie d’une alimentation riche en soja à l’âge adulte, ne montre pas la même action protectrice, étant même insignifiante. Pour cette raison, ils insistent sur la nécessité d’incorporer les légumineuses dans une alimentation équilibrée dès les premiers stades de la vie.

L’explication de ce phénomène est attribuée au fait que les phytoestrogènes stimulent, à l’adolescence, la prolifération et la différenciation du tissu mammaire, conférant une protection contre le développement de la néoplasie dans les stades futurs. Cependant, il y a ceux qui considèrent que la protection du soja contre le cancer du sein passe par des actions qui ne dépendent pas des hormones.

Œstrogènes vs phytoestrogènes

D’autre part, les niveaux d’œstrogènes endogènes, c’est-à-dire ceux produits par l’organisme lui-même, semblent également influencer l’action des isoflavones. Lorsque les niveaux d’hormones sont faibles, comme après la ménopause, l’action œstrogénique du soja est plus importante. C’est la raison pour laquelle certains considèrent la consommation de la légumineuse comme nocive après la fin des cycles menstruels.



L’origine de la polémique

La peur de consommer du soja et de développer un cancer du sein après la ménopause ou chez les personnes à haut risque de développer un cancer du sein est née d’études expérimentales sur des rongeurs. Ces animaux se sont fait retirer les ovaires (principale source d’œstrogènes) et le thymus, via l’inoculation de cellules cancéreuses provenant d’une tumeur mammaire humaine dépendante des œstrogènes.

Pour correspondre à la dose de l’hormone chez les femmes ménopausées, des souris ont reçu une injection de petites quantités d’estradiol. Puis des doses quotidiennes de génistéine alimentaire ont été administrées à un sous-groupe.

Dans les études, ils ont observé que la tumeur mammaire se développait chez les animaux qui recevaient de la génistéine. Cela a conduit à l’hypothèse selon laquelle le soja était contre-indiqué chez les femmes atteintes d’un cancer du sein.

Les limites de l’étude

Cependant, l’expérience ne peut pas être extrapolée à l’homme. Cette limitation répond aux différences physiologiques qui existent dans le métabolisme des isoflavones entre les deux espèces, qui n’ont pas été prises en compte dès le départ.

De plus, la génistéine alimentaire et non le soja a été administrée comme source d’isoflavones, laissant de côté l’interaction du reste des composants de la légumineuse. D’autre part, de tels effets n’ont pas été observés dans d’autres études avec des rongeurs. Par conséquent, plus de recherches sont nécessaires pour tirer des conclusions valides scientifiquement.

Bouffées de chaleur à la ménopause.
Les changements hormonaux de la ménopause sont complexes et aucun facteur ne peut, à lui seul, augmenter le risque de cancer du sein. C’est un problème multifactoriel.

Les conclusions possibles sur la relation entre le soja et le cancer du sein

Des études complémentaires sont nécessaires pour élucider si le soja présente un réel bénéfice dans la prévention du cancer du sein ou si au contraire il représente un risque dans le développement de néoplasies. En attendant, on considère qu’une consommation modérée n’entraîne pas d’effets négatifs sur la santé.

Cependant, chez les patientes ménopausées diagnostiquées avec un cancer du sein dépendant des œstrogènes, chez celles à haut risque de le développer et chez les survivantes du cancer recevant un traitement anti-œstrogénique, les études ne sont pas concluantes quant à la meilleure ligne de conduite à suivre.

Les preuves actuelles sont si disparates qu’il est difficile d’observer le panorama. Cependant, la consommation de soja n’a pas été liée à un risque accru de cancer du sein. Du moins, pas pour le moment.

Pour cette raison, la suspicion sur la consommation de la légumineuse n’est pas justifiée. Même s’il est vrai que les croyances individuelles doivent être respectées.

Au-delà du rôle du soja dans la différence des cas de cancer du sein entre l’Asie et l’Occident, d’autres facteurs de risque possibles impliqués dans le développement des néoplasies devraient être évalués, car ceux-ci sont multiples. La recherche tend à proposer des changements substantiels dans le mode de vie des personnes afin de prévenir le cancer du sein.

Cela pourrait vous intéresser ...
Journée mondiale contre le cancer du sein : pour toutes les femmes courageuses
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Journée mondiale contre le cancer du sein : pour toutes les femmes courageuses

Notre hommage à toutes ces femmes et aussi à ces hommes qui mènent chaque jour leur combat personnel : vaincre le cancer du sein.



  • Morales, C.; Hammu, K.; Moral, J.; Relación entre el Consumo de Soja y el Desarrollo de Cáncer de Mama: Revisión no Sistemática; Archivos de Medicina Universitaria; 2 (1); 2020.
  • Biloni, M.; La Incidencia de la Ingesta de Isoflavonas en el Desarrollo de Cáncer de Mama en Mujeres Posmenoupáusicas; Instituto Universitario ISALUD; 2010.
  • Mayo Pérez, B., Flórez García, A. B., & Vázquez, L. (2018). Isoflavonas y equol: mito o realidad.
  • Aparicio, M.; Jiménez, M.; Isoflavonas: menopausia y Cáncer de Mama; Universidad Complutense – Facultad de Farmacia; Trabajo de Fin de Grado; 2018.
  • Shu XO, Zheng Y, Cai H, et al. Soy Food Intake and Breast Cancer Survival. JAMA. 2009;302(22):2437–2443. doi:10.1001/jama.2009.1783
  • Rosón, F.; Antinutrientes de la Soja; Universidad de Valladolid; Trabajo de Fin de Grado; 2017.
  • Pérez, O.; Domínguez, L.; Zumbado, M.; Fitoestrógenos y Cáncer; Biocáncer; 2004.
  • Hernando, O.; Rubio, M.; Nutrición y Cáncer; Nutrición Hospitalaria; 32 (Supl. 1); 2015.
  • Garrido, A., de la Maza, M. P., & Valladares, L. (2003). Fitoestrógenos dietarios y sus potenciales beneficios en la salud del adulto humano. Revista médica de Chile131(11), 1321-1328.
  • Pérez, A.; Mach, N.; Efecto del Consumo de Soja en Relación con los Síntomas de la Menopausia; Revista Española de Nutrición Humana y Dietética; 16 (2): 69 – 76; 2012.