La photopharmacologie, une nouvelle génération de médicaments

La photopharmacologie est présente dans le monde depuis au moins une décennie et montre actuellement de grands progrès. On s'attend à ce qu'au cours des prochaines années, elle devienne une méthode de traitement courante pour plusieurs maladies graves.
La photopharmacologie, une nouvelle génération de médicaments

Dernière mise à jour : 05 septembre, 2022

La photopharmacologie est l’un des domaines les plus prometteurs de la chimie pharmaceutique pour l’avenir. De manière générale, il s’agit d’une nouvelle génération de médicaments activés par la lumière. Ils n’opèrent que sur les organes et les tissus qui en ont besoin et seulement quand ils en ont besoin.

À cela, s’ajoute le fait que la photopharmacologie serait capable de minimiser les effets secondaires. La science est sur le point de mettre en circulation ces médicaments photosensibles qui concrétiseraient des traitements de très haute précision.

Tout indique que ces médicaments seraient disponibles pour des maladies graves, telles que le cancer, le diabète, les maladies du système nerveux central et une longue liste qui comprend la douleur chronique et la cécité. Assurément, la photopharmacologie est une alternative révolutionnaire.

Qu’est-ce que la photopharmacologie ?

Comment fonctionne la photopharmacologie ?
Les agents photopharmaceutiques sont développés via l’incoportation de commutateurs photosensibles dans des médicaments.

La photopharmacologie est un système qui permet l’administration de médicaments photosensibles : ces médicaments ne sont activés et n’agissent qu’en combinaison avec la lumière. Ces caractéristiques leur confèrent un haut niveau de précision : ils ne fonctionnent qu’à certains moments et uniquement dans la zone qui en a besoin. Cette méthode est capable d’affecter une seule cellule.

Actuellement, les médicaments ingérés agissent indifféremment dans l’organisme. Les antihistaminiques de première génération en sont un bon exemple. Si une personne est allergique et prend l’un de ces médicaments, les symptômes disparaissent. Cependant, il est inévitable que de la somnolence soit générée, car il existe des récepteurs d’histamine dans le cerveau.

Bien que la science ait parcouru un long chemin dans le niveau de précision des médicaments, ils ne sont toujours pas exempts d’effets secondaires. Avec la photopharmacologie, cela ne se produit pas, en raison de la sélectivité de la zone d’action : le médicament n’agit que là où il doit agir.



Les microsystèmes implantables

Les microsystèmes implantables sont l’une des alternatives les plus intéressantes qui aient été proposées pour transporter et administrer le médicament photosensible dans l’organisme. Ce sont de minuscules dispositifs que l’on implanterait dans le corps et qui se chargeraient de réguler le médicament.

Les microsystèmes implantables seraient contrôlés via Bluetooth. Cela leur permettrait de se rendre dans la zone où ils doivent se rendre, de réguler la quantité de lumière qu’ils doivent fournir pour activer le médicament et de contrôler le temps d’exposition et le volume de médicament.

Cela permettrait d’ajuster les doses, non seulement dans le temps, mais également en temps réel. Cela permettrait également de réaliser un traitement beaucoup plus précis et d’éviter les effets secondaires. Cela est essentiel, notamment lorsque les médicaments sont très agressifs.

Origine de la métastase.

Les applications dans le cancer et le cœur

L’un des domaines où une application importante de la photopharmacologie est susceptible d’être réalisée est celui des problèmes cardiaques. S’il y a une arythmie, par exemple, l’un de ces médicaments serait capable de réduire la fréquence cardiaque non pas de tout le cœur, mais spécifiquement de la zone touchée.

Une autre des applications les plus importantes de la photopharmacologie pourrait être dans le traitement du cancer. Cette technologie permettrait une libération contrôlée de médicaments spécifiquement dans la zone où se trouve une tumeur. Il serait possible que seules les cellules malignes soient attaquées.

Ce nouveau domaine de la pharmacologie permettrait de pallier le manque de sélectivité des médicaments. Le résultat serait des traitements beaucoup plus précis sans dommages collatéraux. Dans le cas du cancer en particulier, cela signifierait une nouvelle ère.



La photopharmacologie, un nouvel horizon

D’autres applications possibles de cette nouvelle méthode sont actuellement à l’étude dans des problèmes de santé aussi graves que la cécité, la maladie d’Alzheimer, le diabète et divers types d’infections. Pratiquement toutes les maladies pourraient être traitées par photopharmacologie.

Concernant la question des troubles visuels, une recherche a mis en évidence que la cécité a déjà été inversée chez les animaux avec une application de cette méthode. Des molécules photosensibles ont été implantées dans la rétine de certains d’entre eux et cela leur a permis de recouvrer leur vision.

On pense également que dans un avenir pas trop lointain, des bandages avec des médicaments photosensibles auront été développés pour traiter le cancer de la peau. Les experts s’accordent à dire que cette nouvelle pharmacologie a de vastes horizons à couvrir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Est-il sûr d’acheter des médicaments sur Internet ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Est-il sûr d’acheter des médicaments sur Internet ?

Certaines personnes préfèrent acheter des médicaments sur internet pour toutes sortes de raisons. Quels sont néanmoins les dangers ?



  • Núñez del Arco Villegas, J. R. (2017). Diseño y simulación de una antena espiral para dispositivos médicos implantables.
  • Llibre, J. M., Antela, A., Arribas, J. R., Domingo, P., Gatell, J. M., López-Aldeguer, J., … & Ortega, E. (2010). El papel de las combinaciones de antirretrovirales a dosis fijas en el tratamiento de la infección por VIH-1. Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica, 28(9), 615-620.
  • Algans, X. R., & Santacana, X. G. (2019). El nacimiento de la fotofarmacología. Investigación y ciencia, (516), 30-35.