Le complexe du petit pénis : est-ce un vrai problème ?

· 8 mars 2019
Plus qu’un problème fonctionnel, un petit pénis a tendance à indure des complexes psychologiques. Découvrez cette pathologie, et le moment où celle-ci se convertit en une préoccupation réelle. L’important n’est bien sûr pas la taille, mais la santé.

La taille du pénis est un facteur décisif dans la vie sexuelle de l’homme. Pourquoi ? Car la pression culturelle et sociale accorde – à tort – à cet aspect une importance majeure. Mais, avoir un petit pénis, est-ce réellement un grave problème ?

Chez les hommes, la taille de l’organe sexuel au repos est très variable et change en fonction de la température du lieu et de l’état émotionnel. Le manque d’excitation, le stress, l’anxiété et l’effort physique ont tendance à faire varier le volume des corps érectiles. D’autre part, il faut souligner que la taille du pénis au repos n’est pas la même que celle du pénis en érection.

C’est pour cette raison que les hommes s’observent mutuellement dans les vestiaires, les douches ou les gymnases, et qu’ils ont alors l’occasion d’observer que tous les pénis sont différents. Si certains n’y prêtent que peu attention, d’autres font une fixette sur ce sujet. La peur d’avoir un petit pénis peut même devenir une maladie et avoir des conséquences graves sur la santé émotionnelle.

homme complexé par son petit pénis

Le complexe du petit pénis

En premier lieu, nous pouvons mentionner le trouble dysmorphique du corps appliqué au pénis. Cette pathologie psychique n’a rien à voir avec la taille de l’organe sexuel. Les hommes qui en souffrent ont en général des pénis normaux. Et il existe des hommes en bonne santé psychique dont le pénis est bien plus petit, et qui n’en sont en rien affectés émotionnellement.

L’inquiétude concerne uniquement la taille du pénis au repos. Les hommes présentant ce complexe n’ont en général aucune espèce d’inquiétude concernant leur sexualité. La taille du pénis en érection ne cause aucun type de problème, c’est plutôt la taille du pénis au repos qui dérange.

Pour ne pas avoir à gérer ce complexe, certains hommes évitent d’aller, par exemple, aux vestiaires, à la piscine, ou bien fuient toute activité qui présenterait un quelconque risque de devoir se dénuder en public.

Lisez cet article : Est-ce que la taille du pénis compte vraiment ? Bases anatomiques de la pénétration

Pathologies associées à la taille du pénis

Parmi les anomalies les plus fréquentes, on trouve la courbure de l’organe sexuel, nommé syndrome de Peyronie. Cette condition peut se corriger au moyen d’extenseurs de pénis ou bien de la chirurgie.

On trouve aussi des cas d’hypospadias. Ce n’est en général pas un problème important, si bien que la chirurgie n’est même pas envisagée si la pathologie ne présente pas un obstacle pour que le sperme atteigne le vagin, et  si l’homme parvient à uriner normalement.

L’absence de testicules ou de testicules internes est très peu commune aujourd’hui, car cela se corrige en général après la naissance, mais il existe encore quelques rares cas.

Enfin, on peut aussi parler de l’affection du micro pénis. Un micro pénis est donc un membre avec une longitude inférieure à 7 centimètres en érection chez un homme adulte.

 

complexe du petit pénis

 

Effets psychologiques associés

La taille de l’organe génital masculin peut impacter psychologiquement les hommes et provoquer chez eux un traumatisme. Découvrez ci-dessous certaines des conséquences émotionnelles de cette condition :

  • Syndrome du vestiaire : mentionné auparavant, c’est la préoccupation de se dénuder en présence d’autres hommes.
  • Peur des relations sexuelles : il est très commun que les hommes aient peur, au moment d’avoir une relation sexuelle pour la première fois avec leur partenaire, que ce dernier refuse après avoir vu leur pénis
  • Perte d’estime de soi
  • Insomnie
  • Peur du ridicule

A voir : Vaincre l’insomnie avec ces 4 astuces

Que faire ?

Avant de procéder à des techniques pour faire grandir son pénis, il est recommandé de suivre une routine qui n’affecte ni ne contredise le traitement. Le plus efficace pour augmenter la taille de la zone génitale et avoir des relations sexuelles épanouissantes est de mener un style de vie sain, alors :

  • Evitez l’obésité : le régime quotidien doit être équilibré et il faut privilégier la consommation de légumes
  • Limitez votre consommation de tabac et d’alcool : ces deux substances empêchent l’expansion des vaisseaux sanguins, et donc le flux correct du sang jusqu’aux corps caverneux
  • Ne consommez pas de stupéfiants
  • Ne pratiquez pas certains sports : si vous avez un petit pénis, alors mieux vaut éviter les sports qui impliquent des coups ou des mouvements brusques sur la zone génitale, tels par exemple que le cyclisme.
  • Veillez à votre tenue vestimentaire : un excès de pression, comme pouvant par exemple être impliqué par le port de pantalons en maille ou une posture forcée, peut donner des résultats graves.

De manière générale, dans la vie, s’accepter soi-même est indispensable. Cependant, cette acceptation de soi et de son corps peuvent être menacée par l’entourage. Avoir recours à un spécialiste aidera les hommes à surmonter les difficultés liées au petit pénis.

 

  • Wylie, K. R., & Eardley, I. (2007). Penile size and the “small penis syndrome.” BJU International. https://doi.org/10.1111/j.1464-410X.2007.06806.x
  • Lever, J., Frederick, D. A., & Peplau, L. A. (2006). Does size matter? Men’s and women’s views on penis size across the lifespan. Psychology of Men and Masculinity. https://doi.org/10.1037/1524-9220.7.3.129
  • Veale, D., Miles, S., Bramley, S., Muir, G., & Hodsoll, J. (2015). Am i normal? A systematic review and construction of nomograms for flaccid and erect penis length and circumference in up to 15 521 men. BJU International. https://doi.org/10.1111/bju.13010