Le flexitarisme : définition et bienfaits

14 octobre 2020
Le flexitarisme est le terme pour décrire les personnes qui consomment principalement des végétaux, mais qui mangent occasionnellement de la viande. Voici ses bienfaits.

Avez-vous déjà entendu parler du flexitarisme ? Alors que les modes de vie végétarien et vegan se sont imposés dans notre société, il existe un groupe croissant de personnes que l’on peut considérer comme flexitariennes. Savez-vous ce que cela signifie ? Quels sont les bienfaits de ce modèle alimentaire ?

Ce terme est assez récent. Plus concrètement, le flexitarisme fait référence à la souplesse du régime alimentaire. Vous faites donc probablement partie de ce groupe de personnes sans le savoir. Découvrez-en davantage dans cet article.

Qu’est-ce que le flexitarisme ?

On nomme flexitariens tous les individus qui basent leurs habitudes alimentaires sur un régime végétarien, mais qui consomment parfois de la viande. Cela signifie qu’ils mangent également du poisson, des fruits de mer et de la volaille.

Etant donné que le végétarisme est à la hausse, certaines de ces personnes commencent ce mode de vie avec le flexitarisme. Ainsi, elles laissent progressivement de côté l’ingestion de la viande jusqu’à la limiter complétement à l’avenir.

Par ailleurs, ce groupe peut aussi inclure les individus qui ne sont pas des amateurs de viande mais qui décident d’en ingérer lors d’occasions spéciales. Ou ceux par exemple qui consomment du poisson et des fruits de mer, mais pas de viande de bœuf.

Pour être clair, il ne s’agit pas d’un sous-groupe du régime végétarien. Ces personnes ont de bonnes raisons éthiques de ne pas manger de viande animale dans ces circonstances particulières. Néanmoins, pour les flexitariens, consommer de la viande ne constitue pas une transgression de leur mode de vie. Cela ne s’accompagne donc pas d’un sentiment de culpabilité.

Les bases du régime fléxitarien.

“Le flexitarisme n’est pas un sous-groupe du végétarianisme. C’est un mode de vie spécifique.”

Lisez également : 5 raisons de devenir végétarien

Quels sont les bienfaits du flexitarisme ?

Diverses études ont suggéré que le fait de baser l’alimentation sur les légumes apporte des bienfaits pour la santé. En considérant bien sûr que le régime est équilibré en nutriments et s’adapte à chaque individu. De même, ces effets apparaissent lorsque la consommation de produits transformés, frits et de substances nocives comme l’alcool et le tabac, est limitée.

Dans cet article, nous détaillons l’impact positif du flexitarisme dans l’organisme.

Il prévient l’apparition des maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires représentent un problème de santé publique et mondiale grave. Elles sont également la cause principale de décès dans les pays industrialisés. D’autre part, elles sont causées par l’accumulation de graisses saturées et de cholestérol dans les artères. Des nutriments qui sont abondants dans la viande rouge et les produits carnés.

En ce sens, les preuves suggèrent qu’un modèle alimentaire basé sur les végétaux, tel que le flexitarisme, est positif pour prévenir les maladies non transmissibles. Les bienfaits sont présents, non seulement grâce à la diminution des graisses nocives, mais également parce que les antioxydants et les composants anti-inflammatoires capables d’améliorer la santé vasculaire, prédominent.

Le flexitarisme lutte contre l’obésité et le diabète

L’obésité et le diabète de type 2 sont des pathologies d’origine métabolique qui ont comme facteur de risque une alimentation inadéquate. Selon les données exprimées dans l’article “Flexitarisme: une révision de la littérature”, ce mode alimentaire est lié à un risque moindre de souffrir de ces maladies.

En effet, cette étude révèle que l’indice de masse corporelle (IMC) se situe dans les paramètres normaux chez les personnes végétariennes et flexitariennes, par rapport aux individus omnivores. Un IMC adéquat constitue un facteur protecteur face aux pathologies chroniques des organes vitaux.

Découvrez aussi : Dîner tôt aiderait à prévenir le diabète et l’obésité

Ce régime prévient l’apparition de pathologies intestinales

La maladie de Crohn et le cancer colorectal sont associés à une ingestion excessive de viandes rouges, de charcuterie et de produits gras. Par conséquent, ce type de régime alimentaire a une action préventive face à ces maladies.

De même, la consommation d’aliments naturels maintient également les structures du tube digestif saines ainsi que l’équilibre du microbiote. Cela réduit l’apparition de candidose intestinale et la formation de diverticules. Ces derniers sont des poches ou des dilatations qui se forment dans la paroi intestinale et qui peuvent s’enflammer.

Le flexitarisme prévient les calculs rénaux et biliaires

En général, la consommation excessive de protéines, en particulier les protéines animales, induit l’élimination du calcium, de l’acide urique et oxalique par l’urine. Ces substances sont les composants fondamentaux dans l’apparition des calculs rénaux.

D’autre part, ils sont liés à l’ingestion régulière de cholestérol et de graisses malsaines, typiques des régimes à base de viande. A ce propos, la santé des reins peut être protégée en réduisant la consommation de ces aliments.

Une femme qui a mal au dos.

“Les calculs rénaux sont en grande partie causés par les protéines de la viande.

Flexitarisme: ce qu’il faut retenir…

Comme vous pouvez le constater, le flexitarisme offre divers bénéfices en matière de santé. Comme il se base sur l’ingestion de végétaux, l’apport en fibres diététiques, substances anti-inflammatoires et antioxydantes, est élevé. Cela évite alors les maladies typiques liées à l’alimentation occidentale.

Néanmoins, il faut souligner que, comme tout régime alimentaire, il doit être équilibré en nutriments et adapté à chaque individu. Enfin, si vous souhaitez commencer ce type d’alimentation, il est fortement conseillé de consulter un ou une nutritionniste pour obtenir des renseignements à ce sujet.

  • SILVA, M. C. B. D. (2018). Flexitarianismo: Revisão de literatura (Bachelor’s thesis).
  • Aumentar el consumo de frutas y verduras para reducir el riesgo de enfermedades no transmisibles. Organización Mundial de la salud.
  • Gorrita Pérez, R. R., Ruiz King, Y., Hernández Martínez, Y., & Sánchez Lastre, M. (2015). Factores de riesgo de enfermedades cardiovasculares y cerebrovasculares en adolescentes. Revista Cubana de pediatría87(2), 140-155.
  • Informe SAN: Alimentación Vegetariana – Revisión Final. Disponible en: http://www.sanutricion.org.ar/files/upload/files/Alimentacion_Vegetariana_Revision_final.pdf.
  • Rojas Allende, D., Figueras Díaz, F., & Durán Agüero, S. (2017). Ventajas y desventajas nutricionales de ser vegano o vegetariano. Revista chilena de nutrición44(3), 218-225.
  • Raphaely, Talia, and Dora Marinova. “Flexitarianism: traditional diets as social innovation for sustainability.” Visão Global-DESCONTINUADO A PARTIR DE 2013 15.1-2 (2012): 403-422.
  • Dagnelie, P. C. “Nutrition and health–potential health benefits and risks of vegetarianism and limited consumption of meat in the Netherlands.” Nederlands tijdschrift voor geneeskunde 147.27 (2003): 1308-1313.
  • Tomova, Aleksandra, et al. “The effects of vegetarian and vegan diets on gut microbiota.” Frontiers in nutrition 6 (2019): 47.
  • Negri, Armando L., Francisco R. Spivacow, and Elisa E. Del Valle. “LA DIETA EN EL TRATAMIENTO DE LA LITIASIS RENAL BASES FISIOPATOLÓGICAS.” Medicina (Buenos Aires) 73.3 (2013).