Le mélange d'alcool et de sucre provoque-t-il la gueule de bois ? Voici ce qu'en dit la science

Si vous avez déjà consommé des boissons alcoolisées sucrées et que vous vous êtes réveillé avec la gueule de bois, vous vous êtes peut-être demandé si le sucre était à blâmer. Découvrez ici la réponse.
Le mélange d'alcool et de sucre provoque-t-il la gueule de bois ? Voici ce qu'en dit la science
Leonardo Biolatto

Relu et approuvé par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 03 février, 2023

Le mélange d’alcool et de sucre peut être nocif à court, moyen et long terme, devenant un double problème. Mais cette combinaison provoque-t-elle une plus grande gueule de bois ?

Nous pouvons anticiper que, malgré le fait qu’une consommation excessive de sucre a un effet similaire à celui d’une gueule de bois, ce n’est pas tellement le sucre qui augmente les symptômes que nous ressentons après avoir bu de l’alcool. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

Pourquoi avons-nous la gueule de bois ?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous vous sentiez mal le lendemain après avoir bu quelques verres d’alcool ? La raison en est que l’alcool déshydrate, réduit les niveaux de vitamines et de minéraux et génère d’autres sous-produits qui ont un effet nocif.

L’ingestion d’alcool  bloque la production d’hormone antidiurétique (ADH) dans l’hypothalamus. Le rein commence alors à éliminer plus d’eau. C’est pourquoi il n’est pas étrange que des symptômes liés à la déshydratation apparaissent :

  • Vertiges
  • Soif
  • Somnolence
  • Mal de tête
  • Faiblesse et fatigue
  • Altération du rythme cardiaque

De plus, les boissons alcoolisées peuvent également affecter le système digestif. Les sécrétions pancréatiques et l’activité intestinale sont ainsi augmentées et la muqueuse gastrique est endommagée, ce qui la rend plus sensible aux effets de l’acide chlorhydrique.

Selon les recherches sur le sujet, d’autres symptômes de la gueule de bois seraient dus à un état d’hypoglycémie. La raison en est que la consommation excessive d’alcool fait chuter les niveaux de glucose dans le sang, épuisant même les réserves du foie.

Comme si cela ne suffisait pas, l’alcool diminue la production de neurotransmetteurs (sérotonine et prostaglandines). Cela affecte à la fois l’état d’humour et fonctionnement cognitif.

Il est de coutume que les buveurs restent éveillés toute la nuit, l’alcool interfère alors également avec les cycles du sommeil. Les buveurs font alors l’expérience d’une situation qui s’apparente au jet lag.



[/atomik -lu-aussi ]

Qu’est-ce qui peut aggraver une gueule de bois ?

Parfois, les symptômes qui surviennent après l’ingestion d’alcool peuvent être plus perceptibles. Pourquoi ? Plusieurs facteurs aggravent la gueule de bois :

  • Consommation excessive d’alcool : cela signifie boire une grande quantité en peu de temps (5 verres ou plus en 2-3 heures, par exemple).
  • Boire sans avoir mangé : lorsque des aliments riches en protéines et en matières grasses sont ingérés, l’alcool est absorbé plus lentement.
  • Non ingestion d’eau : il convient de boire de l’eau entre chaque verre pour contrer la déshydratation.
  • Boissons fortes : les boissons qui ont contiennent plus d’alcool provoquent des symptômes de la gueule de bois plus intenses. Par exemple, certaines vodkas montent jusqu’à 80°, alors que les bières frôlent les 5°.
  • Boissons riches en congénères : ce sont les éléments qui donnent la couleur, l’odeur et la saveur des boissons. Les boissons plus foncées, comme le brandy, peuvent avoir plus d’effets.
  • Autres facteurs : peu de repos, mauvaise alimentation, boire plusieurs jours de suite, souffrir de problèmes de santé chroniques ( syndrome métabolique ).
Boissons alcoolisées lors d'une réunion.
Les crises de boulimie, la préférence pour les boissons plus fortes et la consommation d’alcool sur plusieurs jours peuvent entraîner des effets plus graves.



[/atomik -lu-aussi ]

Mélange d’alcool et de sucre : gueule de bois ou mythe ?

Actuellement, certaines liqueurs appelées alcopops peuvent être trouvées sur le marché. Des boissons alcoolisées fortes (vodka, gin et autres) sont combinées avec des boissons gazeuses ou des jus de fruits.

Ces boissons sont plus attrayantes pour les jeunes. De plus, en raison de leur saveur agréable qui cache la force de l’alcool, elles sont davantage consommées par rapport aux autres boissons.

La même chose peut arriver avec les punchs au rhum, les cocktails comme le daïquiri ou tout autre mélange maison qui implique des boissons gazeuses. Dans tous ces cas, nous pouvons consommer non seulement plus d’alcool, mais beaucoup de sucre.

Cependant, ce n’est pas le sucre qui favoriserait la gueule de bois. Le sucre dans l’alcool favorise la consommation de cet alcool, et donc la gueule de bois. En effet, le sucre camoufle l’effet de l’alcool pendant l’ingestion.

À cet égard, dans le cadre d’une étude de l’Université d’Utrecht (Pays-Bas), la relation entre les boissons caféinées et l’alcool et les effets sur la gueule de bois ont été examinés. Bien qu’il n’ait pas été possible d’établir une telle corrélation, il a été observé que ceux qui mélangeaient de l’alcool avec du cola consommaient plus d’alcool.

Et cela comporte de grands risques. Selon les recherches, à partir de 0,5 gramme d’alcool par litre de sang, le fonctionnement moteur est déjà affecté : la vitesse de réaction et les fonctions cognitives. Cela se traduit par des difficultés à parler, à bouger et même à conduire.

Un taux d’alcool dans le sang (alcoolémie) de 3 à 4 grammes/litre est dangereux et la personne peut entrer dans un état connu sous le nom de coma éthylique, état qui est associé à un risque élevé de mort par suffocation.

Gueule de bois du sucre ?

Il convient de noter que, bien que les étiquettes des boissons alcoolisées indiquent le degré d’alcool, les fabricants ne sont pas tenus de déclarer la quantité de glucides que contient chaque bouteille. Et cette quantité peut être très élevée.

Pour citer un exemple : un Cuba libre contient 200 millilitres de cola. Cette quantité représente près de 20 grammes de sucre. En d’autres termes, avec 2 Cubas gratuits, une personne a déjà consommé tout le sucre dont elle a besoin en une journée.

Ainsi, outre les effets immédiats de l’alcool sur la santé, une autre catégorie de problèmes peut survenir avec ces types de boissons sucrées. Une fois que le sucre est absorbé dans la circulation sanguine, un pic ou une élévation de la glycémie se produit. Cela provoque une fluctuation de l’épinéphrine et de la noradrénaline.

Ensuite, différents symptômes apparaissent en quelques heures. La personne peut se sentir fatiguée et avoir des maux de tête.

Par la suite, une hypoglycémie réactive peut survenir, faisant chuter les niveaux en dessous des valeurs normales et obligeant le corps à libérer de l’adrénaline et du cortisol. D’autres symptômes apparaissent : l’irritabilité, l’anxiété, les tremblements et la transpiration.

A long terme, d’autres conséquences peuvent également apparaître

  • Le sucre fournit de l’énergie au corps, mais lorsque nous consommons plus que nous n’en dépensons, il est stocké sous forme de graisse.
  • Une consommation excessive de sucre provoque des caries, ainsi que des problèmes de foie (foie gras).
  • La consommation de sucre est l’une des principales causes d’obésité, tant chez l’adulte que chez l’enfant.
Sucre de table.
Il y a des sucres qu’on ne voit pas et qui se trouvent dans les produits que nous consommons, comme les boissons alcoolisées.

Alcool et sucre : une mauvaise combinaison

Le mélange d’alcool et de sucre est un mauvais choix, car les conséquences d’une substance et d’une autre s’additionnent. Par conséquent, on est face à un double problème.

C’est une mauvaise combinaison, dangereuse pour la santé.

Trop d’alcool est nocif. Et si nous consommons des boissons sucrées, il est relativement facile d’en abuser. Au lieu de réfléchir à ce qu’il faut faire pour réduire les effets d’une gueule de bois, la recommandation la plus importante à garder à l’esprit est de modérer, voire d’éviter la consommation de boissons alcoolisées sucrées.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment l’alcool influence-t-il les maladies digestives ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment l’alcool influence-t-il les maladies digestives ?

L'alcool peut aggraver le pronostic des maladies digestives et augmenter les symptômes même s'il est consommé à des doses minimes.



  • Bienia A, Sodolski W, Luchowska E. The effect of chronic alcohol abuse on gastric and duodenal mucosa. Ann Univ Mariae Curie Sklodowska Med. 2002; 57(2): 570-82.
  • de La Fuente R, Fernández Angulo N, Román D. Nutrición en el hígado graso no alcohólico Nutr Clin Med 2019; XIII (2): 89-98 DOI: 10.7400/NCM.2019.13.2.5075
  • Hernández Fernando José, Recalde Victoria Eugenia, Erazo Ayda Marcela. Determinación de congéneres en alcohol extra neutro rectificado empleado en la elaboración de bebidas alcohólicas. Rev.Bio.Agro. 2015;  13(1): 28-37.
  • Kraus, C Metzner, D Piontek- Alcopops, alcohol consumption and alcohol-related problems in a sample of German adolescents: Is there an alcopop-specific effect? L  Drug and Alcohol Dependence. 2010; 110(1–2): 15-20.
  • Penning R, de Haan L, Verster J. The Open Neuropsychopharmacology Journal. 2011; 4(1): 36 – 39.
  • Repetto H. Hormona antidiurética. Arch Argent Pediatr. 2014; 112(2): 153-159. http://dx.doi.org/10.5546/aap.2014.153.
  • Roldán J, Frauca C, Dueñas A. Intoxicación por alcoholes. Anales Sis San Navarra. 2003;  26(Suppl 1): 129-139.
  • Stephens R, Ling J, Heffernan TM, Heather N, Jones K. A review of the literature on the cognitive effects of alcohol hangover. Alcohol Alcohol 2008; 43:163-70. Disponible en: https://www.aesed.com/upload/files/vol-34/n-1/v34n1_8.pdf.
  • Swift R, Davidson D. Alcohol Hangover. Mechanisms and Mediators. Alcohol Health & Research World. 1998; 22(1): 54-60.
  • Vicente-Herrero M, González A, et al. Parámetros de riesgo cardiovascular, síndrome metabólico y consumo de alcohol en población laboral. Endocrinología y Nutrición. 2015; 62(4): 161-167.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.