Le rôle de la mélatonine dans la gestion de l'obésité

La mélatonine joue un rôle essentiel dans la gestion de l'obésité, en partie grâce à sa capacité à augmenter la capacité thermogénique de l'organisme. Nous allons vous expliquer comment une supplémentation avec cette hormone peut aider au processus de perte de poids.
Le rôle de la mélatonine dans la gestion de l'obésité

Dernière mise à jour : 08 avril, 2021

L’obésité peut se définir comme un excès généralisé de graisse corporelle qui répond à un bilan énergétique positif, dont l’origine se situe dans un tissu multifactoriel et complexe, lié à la sphère physique, psychologique et sociale de l’être humain. Connaissez-vous le rôle de la mélatonine dans la gestion de l’obésité ?

La majorité des personnes atteintes d’obésité souffrent de ce que l’on appelle une perturbation du rythme circadien, un déséquilibre interne dont les plus grands représentants sont les troubles du sommeil, qui ne font que les aider à accumuler davantage de graisse corporelle. Ainsi, il semblerait qu’améliorer la qualité du sommeil soit fondamental et que la mélatonine joue un rôle essentiel pour cela.

Sommeil et obésité

Le sommeil est important.

Le sommeil est un processus indispensable pour rétablir les stocks d’énergie cellulaire et restaurer l’homéostasie du système nerveux central et du reste des tissus corporels. Ces deux tâches sont fondamentales pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme et, par conséquent, maintenir une composition corporelle adéquate.

Ainsi, on sait que la majorité des personnes qui sont atteintes d’obésité se couchent tard et n’ont pas de sommeil réparateur. Par conséquent, pendant la journée, elles sont fatiguées et, à cause de leur manque d’énergie, mangent davantage – pour en obtenir – et bougent moins – pour en économiser.

L’organisme a besoin d’énergie pour réaliser ses fonctions vitales. Quand il n’en obtient pas assez à travers le sommeil, il nous encourage à manger plus et à moins bouger.

En même temps, l’organisme de ces personnes ne fait que les inviter à moins bien manger ; le manque de sommeil génère un grand mal-être que la personne finit par résoudre avec le stimulus le plus agréable qu’elle connaisse : la combinaison de graisse, de sel et de sucre. Cette combinaison donne un sens à ce que nous appelons la « malbouffe ».

La malbouffe constitue l’une des plus grandes sources de plaisir en raison de la libération de dopamine qu’elle génère.

Tout cela fera qu’à la fin de la journée, la personne se retrouvera pleine d’énergie et attendra, encore une fois, avant d’aller dormir. Ceci, en plus de ce que nous venons de citer, augmentera les probabilités d’avoir recours à la malbouffe comme source d’occupation pour résoudre le mal-être généré par l’ennui qui apparaît quand tout le monde dort autour de nous.

Le rôle de la mélatonine dans la gestion de l’obésité

La mélatonine est une hormone synthétisée par l’organisme, qui a pour principale mission de réguler le cycle sommeil-veille. En d’autres termes, cette hormone établit le moment où nous dormons et celui où nous nous réveillons. Elle est régulée par la lumière et si elle ne reçoit pas de stimuli lumineux naturels, elle altère tout le fonctionnement interne.

Comme nous le disions, la majorité des personnes qui souffrent d’obésité ont du mal à maintenir un sommeil nocturne de qualité. Cela n’indique pas seulement que leur rythme circadien s’altère : il renforce aussi cette altération. C’est pour cela qu’en plus d’améliorer l’hygiène de sommeilla supplémentation en mélatonine devient fondamentale.

En outre, en 2018, un groupe de chercheurs espagnols a publié une étude réalisée sur des animaux, dans laquelle ils démontraient comment la supplémentation chronique avec de la mélatonine favorisait la transformation de graisse blanche – nocive – en tissu adipeux beige – activité brûle-graisse – et augmentait l’activité thermogénique de la graisse brune. Le résultat de cette étude a été publié dans la revue Journal of Pinal Research.

La supplémentation en mélatonine augmente la capacité thermogénique de l’organisme, même quand on ne modifie ni l’activité physique, ni l’ingestion d’aliments.

Ceci peut vous intéresser : Types de graisse corporelle : blanche, beige et brune

Supplémentation en mélatonine

Une supplémentation en mélatonine.

La supplémentation consisterait en la prise de 2 milligrammes de mélatonine sous forme de comprimés à libération prolongée. Le moment idéal pour les prendre serait entre deux et trois heures avant d’aller dormir. Cela pourrait cependant varier en fonction de la personne.

Quoi qu’il en soit, on a pu vérifier, dans les dernières études, les effets de doses plus importantes. Les résultats ont été positifs pour des doses allant jusqu’à 100 milligrammes, en écartant des effets indésirables. C’est ce qu’indique un article publié dans la revue European Journal of Clinical Pharmacology.

Dans tous les cas, la supplémentation en mélatonine devrait toujours être guidée par un professionnel expert en la matière. Un professionnel pourra aussi varier la dose optimale, ajuster le moment le plus adéquat pour l’ingérer et évaluer de possibles interactions avec d’autres médicaments.

Le rôle de la mélatonine dans la gestion de l’obésité est prometteur. La supplémentation en mélatonine devra toujours être guidée par un professionnel expert.

Cela pourrait vous intéresser ...
3 stratégies pour lutter contre l’obésité
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
3 stratégies pour lutter contre l’obésité

Lutter contre l'obésité devient de plus en plus important dans nos sociétés sédentaires. Découvrez comment garder la santé dans cet article !



  • Fernández Vázquez, G., Reiter, R.J. & Agil, A. (2018). Melatonin increases brown adipose tissue mass and function in Zücker diabetic fatty rats: implications for obesity control. Journal of pineal research, 64(4). Consultado el 10/01/2020. Recuperado de: https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/jpi.12472#accessDenialLayout
  • Groth Harpsoe N., Holst Andersen LP., Gogenur I., Rosenberg J., Clinical pharmacokinetics of melatonin: a systematic review. Eur J Clin Pharmacol, 2015. 71 (8): 901-9.