Les isoflavones de soja et leurs bienfaits potentiels pour la santé

Les isoflavones se caractérisent par une structure similaire à celle des œstrogènes féminins. D'où leurs bienfaits intéressants pour la santé.
Les isoflavones de soja et leurs bienfaits potentiels pour la santé

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Les isoflavones de soja sont des composés bioactifs de nature phénolique qui se caractérisent par leur action phytoestrogène et antioxydante. Ils sont présents à la fois dans la plante de soja (Glycine max) et dans ses produits dérivés. Ils sont aujourd’hui distribués sous forme de complément nutritionnel, en raison de leurs bienfaits potentiels.

Comme le révèle une étude publiée dans la revue Nutrients , ce composé phytochimique a montré des avantages pour l’équilibre hormonal, la santé cardiovasculaire et la prévention de l’ostéoporose. Sa consommation est même associée à des effets antidiabétiques et antitumoraux. Voulez-vous en savoir plus ?

Isoflavones de soja : utilisations et bienfaits potentiels

Les isoflavones de soja ont la capacité de se lier aux récepteurs des œstrogènes dans divers tissus et cellules. Pour cette raison, ils sont classés comme des phytoestrogènes.

Leur assimilation dans le corps a donc un impact sur la santé hormonale, reproductive et métabolique. Examinons de plus près leurs principaux bienfaits.



Symptômes de la ménopause

L’une des principales applications des isoflavones de soja concerne la ménopause. En particulier, ils sont utilisés en complément pour réduire certains symptômes, tels que les bouffées de chaleur, la dépression, la sécheresse vaginale et les troubles métaboliques.

Ces avantages ont été mis en évidence dans diverses enquêtes. Une recherche publiée dans la revue Nutrients a rapporté que les isoflavones étaient utiles pour réduire les bouffées de chaleur de la ménopause, en plus d’atténuer la perte de densité osseuse, d’abaisser la tension artérielle et d’améliorer le contrôle glycémique à ce stade.

Bouffées de chaleur de la ménopause traitées aux isoflavones.
Les isoflavones réduiraient les symptômes vasomoteurs de la ménopause, comme les bouffées de chaleur.

Syndrome de l’intestin irritable

La supplémentation en isoflavones de soja est bénéfique pour les patients atteints du syndrome du côlon irritable, comme en témoigne cet essai. La consommation d’isoflavones diminue les symptômes du trouble et, en général, améliore la qualité de vie des patients touchés.

Taux de cholestérol élevé

Comme nous en avons discuté, les isoflavones ont également un impact positif sur la santé cardiovasculaire. En particulier, des sources telles que le tofu, le tempeh et d’autres produits à base de soja ont montré des effets bénéfiques sur le contrôle du LDL ou du mauvais cholestérol.

Une méta-analyse partagée dans The American Journal of Clinical Nutrition a confirmé ces effets. Selon les chercheurs, la protéine de soja avec des isoflavones aide à améliorer les profils lipidiques. Non seulement elle réduit le mauvais cholestérol (LDL) et le cholestérol total, mais elle maintient également les niveaux de bon cholestérol stables.

Diabète de type 2

La consommation d’isoflavones de soja favorise la prévention et le traitement du diabète de type 2. Selon une recherche partagée sur International Journal of Molecular Sciences , ce phytonutriment affecte le bon fonctionnement des organes impliqués dans le diabète, comme le pancréas, le foie et le tissu adipeux.

Une étude précédente partagée sur Food & Function a montré des résultats similaires. Dans ce document, les chercheurs ont conclu que la génistéine – un type d’isoflavone – a des effets antidiabétiques et est un candidat prometteur comme approche complémentaire pour prévenir le diabète.

Ostéoporose

Les isoflavones de soja ne sont pas un traitement de première intention de l’ostéoporose. Malgré tout, ce sont l’un des compléments nutritionnels les plus recommandés pour la prévention de ce trouble.

Dans une recherche publiée sur Journal of Medicinal Food, il a été rapporté que les isoflavones diminuent la perte de densité osseuse causée par l’ostéoporose. De plus, une étude publiée sur European Journal of Clinical Nutrition a lié ce supplément à la stimulation de la formation osseuse chez les femmes ménopausées.

Cancer du sein

Les résultats de la recherche sur le rôle des isoflavones dans le cancer du sein sont controversés. Alors que certains suggèrent qu’une alimentation riche en soja peut réduire le risque de cette maladie, d’autres études montrent que sa consommation excessive augmente les risques.

En ce sens, il convient d’évaluer chaque cas particulier entre les mains du médecin ou du nutritionniste. En général, la consommation ponctuelle et modérée de soja et de ses dérivés ne pose généralement pas de problème.

Les effets secondaires possibles des isoflavones de soja

Pour la plupart des adultes en bonne santé, une consommation modérée d’isoflavones de soja n’est pas un problème. Les effets secondaires sont généralement associés à la consommation prolongée de suppléments commerciaux de cette substance. En général, les sources alimentaires sont bien tolérées.

Dans tous les cas, certaines réactions indésirables dues à sa prise sont les suivantes :

  • Perte d’appétit.
  • Troubles gastro-intestinaux.
  • Constipation, ballonnements et nausées.
  • Réactions allergiques (éruption cutanée, démangeaisons et, dans les cas graves, anaphylaxie).

Cependant, la consommation à long terme d’isoflavones alimentaires pendant l’enfance est associée à un risque accru de maladie de Kawasaki chez les enfants. Par conséquent, il devrait être évité dans ces étapes.

Entre autres choses, des excès de ce phytoestrogène peuvent entraîner une croissance anormale du tissu utérin, ainsi qu’un risque accru de cancer du sein.

Fromage de soja appelé tofu.
La consommation de soja et de ses dérivés, chez des adultes en bonne santé, sans excès, ne devrait pas entraîner de problèmes de santé.

La teneur en isoflavones du soja et de ses dérivés

En général, la quantité d’isoflavones suggérée varie de 40 mg/jour à 80 mg/jour (quantité optimale). Cependant, un apport allant jusqu’à 100 mg/jour est considéré comme sûr jusqu’à 3 mois.

On estime que chaque 100 grammes de soja et ses dérivés fournissent la quantité suivante d’isoflavones :

  • Graine de soja : 60-239 mg.
  • Farine de soja : 60-235 mg.
  • Protéine de soja : 45-200 mg.
  • Lait de soja : 1-31 mg.
  • Tempeh : 43-63mg.
  • Tofu : 10-50mg.
  • Miso : 20-100 mg.



Que faut-il retenir sur les isoflavones de soja ?

Les isoflavones de soja sont un type de phytoestrogène associé à des bienfaits pour la santé hormonale, métabolique, reproductive et cardiovasculaire. Une consommation modérée et ponctuelle peut favoriser la prévention et le traitement de certaines maladies chroniques.

Même ainsi, lorsqu’il s’agit de les prendre en complément, il est préférable de consulter au préalable un médecin ou un nutritionniste. Gardez à l’esprit que, dans certains cas, cette prise peut être contre-productive.

À des doses élevées ou prolongées, le risque d’effets indésirables augmente.
Cela pourrait vous intéresser ...
La consommation de soja augmente-t-elle le risque de cancer du sein ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La consommation de soja augmente-t-elle le risque de cancer du sein ?

Divers effets sont attribués à la nourriture et ceux-ci peuvent être inquiétants. Découvrez la relation entre le soja et le cancer du sein.



  • Pabich M, Materska M. Biological Effect of Soy Isoflavones in the Prevention of Civilization Diseases. Nutrients. 2019 Jul 20;11(7):1660. doi: 10.3390/nu11071660. PMID: 31330799; PMCID: PMC6683102.
  • Desmawati D, Sulastri D. Phytoestrogens and Their Health Effect. Open Access Maced J Med Sci. 2019 Feb 14;7(3):495-499. doi: 10.3889/oamjms.2019.044. PMID: 30834024; PMCID: PMC6390141.
  • Chen LR, Ko NY, Chen KH. Isoflavone Supplements for Menopausal Women: A Systematic Review. Nutrients. 2019 Nov 4;11(11):2649. doi: 10.3390/nu11112649. PMID: 31689947; PMCID: PMC6893524.
  • Jalili M, Vahedi H, Janani L, Poustchi H, Malekzadeh R, Hekmatdoost A. Soy Isoflavones Supplementation for Patients with Irritable Bowel Syndrome: A Randomized Double Blind Clinical Trial. Middle East J Dig Dis. 2015 Jul;7:170-6. PMID: 26396720; PMCID: PMC4560632.
  • Taku K, Umegaki K, Sato Y, Taki Y, Endoh K, Watanabe S. Soy isoflavones lower serum total and LDL cholesterol in humans: a meta-analysis of 11 randomized controlled trials. Am J Clin Nutr. 2007 Apr;85(4):1148-56. doi: 10.1093/ajcn/85.4.1148. Erratum in: Am J Clin Nutr. 2007 Sep;86(3):809. PMID: 17413118.
  • Kuryłowicz A. The Role of Isoflavones in Type 2 Diabetes Prevention and Treatment-A Narrative Review. Int J Mol Sci. 2020 Dec 28;22(1):218. doi: 10.3390/ijms22010218. PMID: 33379327; PMCID: PMC7795922.
  • Gilbert ER, Liu D. Anti-diabetic functions of soy isoflavone genistein: mechanisms underlying its effects on pancreatic β-cell function. Food Funct. 2013 Feb;4(2):200-12. doi: 10.1039/c2fo30199g. PMID: 23160185; PMCID: PMC3678366.
  • Zheng X, Lee SK, Chun OK. Soy Isoflavones and Osteoporotic Bone Loss: A Review with an Emphasis on Modulation of Bone Remodeling. J Med Food. 2016 Jan;19(1):1-14. doi: 10.1089/jmf.2015.0045. Epub 2015 Dec 15. PMID: 26670451; PMCID: PMC4717511.
  • Ma, DF., Qin, LQ., Wang, PY. et al. Soy isoflavone intake inhibits bone resorption and stimulates bone formation in menopausal women: meta-analysis of randomized controlled trials. Eur J Clin Nutr 62, 155–161 (2008). https://doi.org/10.1038/sj.ejcn.1602748
  • Portman MA, Navarro SL, Bruce ME, Lampe JW. Soy isoflavone intake is associated with risk of Kawasaki disease. Nutr Res. 2016 Aug;36(8):827-34. doi: 10.1016/j.nutres.2016.04.002. Epub 2016 Apr 12. PMID: 27440537; PMCID: PMC4987172.
  • Wood CE, Appt SE, Clarkson TB, Franke AA, Lees CJ, Doerge DR, Cline JM. Effects of high-dose soy isoflavones and equol on reproductive tissues in female cynomolgus monkeys. Biol Reprod. 2006 Sep;75(3):477-86. doi: 10.1095/biolreprod.106.052142. Epub 2006 May 24. PMID: 16723506.