Novalgine : quelle est son utilité ?

20 novembre 2019
La novalgine s'utilise comme traitement contre la douleur aiguë, modérée ou intense, post-opératoire ou post-traumatique, de type colique ou d'origine tumorale.

La Novalgine est un médicament qui se compose de métamizole ou de dipyrone. Il appartient au groupe des pyrazolones et possède une action analgésique et antipyrétique.

Cependant, la Novalgine possède également des propriétés anti-inflammatoires et spasmolytiques, bien que de moindre puissance. Dans cet article, nous verrons un ensemble de caractéristiques de ce médicament.

Quelle est l’action de la Novalgine ?

La formule moléculaire du métamizole, ou novalgine

De même que les autres médicaments du groupe, la dipyrone ou métamizole agit en inhibant l’action de la cyclooxygénase. Par conséquent, ce médicament inhibe la synthèse des prostaglandines, une action due à ses propriétés analgésiques et antipyrétiques.

Néanmoins, malgré cela et bien que ses métabolites soient également actifs et bloquent la synthèse des prostaglandines, son activité anti-inflammatoire n’est pas si importante. 

D’autre part, le métamizole détend et réduit l’activité du muscle lisse gastro-intestinal et utérin. La dipyrone ou métamizole peut s’utiliser par voie orale, intramusculaire ou intraveineuse.

La Novalgine est rapidement métabolisée par le foieoù elle est ensuite transformée en métabolites actifs éliminés à travers l’urine.

Quelle est son utilité ?

Ce médicament s’utilise pour le traitement de la douleur aiguë, modérée ou intense, post-opératoire ou post-traumatique, de type colique ou d’origine tumorale. On peut aussi le prescrire dans les cas de fièvre élevée qui ne réagit pas à d’autres mesures ou à d’autres médicaments antipyrétiques.

Découvrez également : Douleur chronique : traitements naturels et stratégies pour améliorer votre qualité de vie

Posologie et contre-indications de la Novalgine

Divers médicaments

La posologie correcte dépend de l’effet analgésique recherché et de la situation du patient. En général, pour les adultes, la dose administrée orale habituelle se situe entre 8 et 16 mg/kg de poids corporel.

L’administration parentérale s’associe à un plus grand risque de réactions anaphylactiques. Par ailleurs, pour le traitement de la fièvre chez les enfants, la dose de 10 mg/kg de poids corporel est généralement suffisante.

Les effets analgésiques et antipyrétiques se manifestent dans les 30 à 60 minutes après l’administration. Il est nécessaire de soigneusement analyser la dose parentérale de plus d’1 g de dipyrone à cause des risques d’hypotension.

Une autre recommandation à prendre en compte est que, pour les patients diabétiques, il est conseillé d’opter pour des comprimés ou des gouttes plutôt que pour du sirop. En outre, il est primordial d’éviter les fortes doses de métamizole chez les patients souffrant d’insuffisance rénale ou hépatique.

D’autre part, concernant les contre-indications, il ne faut pas utiliser la Novalgine dans les situations suivantes :

  • Hypersensibilité à la pyrazolone
  • Insuffisance rénale ou hépatique aussi bien aiguë que chronique
  • Dyscrasies sanguines
  • Ulcère duodénal actif
  • Insuffisance cardiaque
  • Pendant la grossesse et l’allaitement

De plus, une évaluation hématologique avant le traitement, et de manière périodique pendant le traitement, doit être effectuée.

Réactions indésirables

La dipyrone, ou métamizole, est un analgésique qui, par ses effets toxiques, surtout en ce qui concerne l’agranulocytose, a été retiré du marché dans de nombreux pays. Nous pouvons trouver des informations qui indiquent que son usage entraîne des réactions graves d’hypersensibilité. Entre autres, il existe :

  • Agranulocytose : bien que peu fréquente, il s’agit d’une réaction grave et, parfois, irréversible. Toutefois bien que son origine soit méconnue, on la considère comme une réaction de type immunologique
  • Choc : il s’agit d’une autre réaction essentielle d’hypersensibilité. Elle se manifeste par du prurit, des sueurs froides, des troubles, des nausées, des dyspnées et une décoloration de la peau

L’agranulocytose et le choc mettent en danger la vie du patient et exigent la suspension du traitement. Dans ces cas, la personne doit recevoir des soins médicaux d’urgence.

Par ailleurs, des réactions d’hypersensibilité cutanée peuvent également apparaître. En particulier dans les muqueuses oculaires et dans la région nasopharynx. Les autres réactions que l’administration de métamizole peut produire sont la leucopénie, la thrombocytopénie et l’anémie hémolytique.

Recommandations pour les professionnels de la santé

Il ne faut pas oublier que ces médicaments sont délivrés uniquement sur ordonnance. D’autre part, il est recommandé de suivre les conseils suivants :

  • Utiliser le métamizole seulement pour les traitements de courte durée, 7 jours maximum
  • Son usage n’est recommandé que dans les cas conformes aux indications autorisées et aux doses minimales efficaces

Cependant, si un traitement plus long est nécessaire, des analyses sanguines périodiques, y compris des analyses leucocytaires, doivent être réalisées. Par conséquent, la Novalgine ne peut être administrée chez les patients qui ne peuvent subir ce type d’examen.

Lisez également : A quelle fréquence faut-il faire une analyse de sang ?

Conclusion…

Avant de prescrire la Novalgine, mieux vaut établir une histoire médicale détaillée. Ainsi, on peut éviter que les patients ayant des antécédents d’hypersensibilité ou de réactions hématologiques à ce médicament y aient recours.

 

  • Güttler, K. (2015). Metamizol. Schmerz. https://doi.org/10.1007/s00482-015-1520-0

  • Escobar, W., Ramirez, K., Avila, C., Limongi, R., Vanegas, H., & Vazquez, E. (2012). Metamizol, a non-opioid analgesic, acts via endocannabinoids in the PAG-RVM axis during inflammation in rats. European Journal of Pain. https://doi.org/10.1002/j.1532-2149.2011.00057.x

  • Grossman, R., Ram, Z., Perel, A., Yusim, Y., Zaslansky, R., & Berkenstadt, H. (2007). Control of postopertive pain after awake craniotomy with local intradermal analgesia and metamizol. Israel Medical Association Journal.