Postbiotiques : qu'est-ce que c'est et comment s'en procurer ?

Les postbiotiques peuvent être importants pour la santé. Découvrez ce que c'est et comment vous pouvez en tirer parti.
Postbiotiques : qu'est-ce que c'est et comment s'en procurer ?
Maria Patricia Pinero Corredor

Rédigé et vérifié par la nutritionniste Maria Patricia Pinero Corredor.

Dernière mise à jour : 11 mai, 2023

La science est dynamique et changeante. Une découverte en amène toujours une autre plus tard. Les postbiotiques en sont un exemple. Ce sont des composants cellulaires non vivants obtenus à partir des probiotiques lors de leur croissance dans l’intestin.

On connaissait à ce jour les probiotiques (micro-organismes vivants bénéfiques pour la santé), les prébiotiques (substrats qui stimulent la croissance de ces bactéries) et les symbiotiques (l’union des précédents dans un même aliment). S’ajoutent maintenant les postbiotiques.

Malgré le fait que les recherches ne font que commencer et que certains aspects ne sont pas très clairs, nous vous invitons à découvrir ici la relation entre les postbiotiques et les pro et prébiotiques.



[/atomik -lu-aussi ]

Que sont les postbiotiques ?

En 2019, un panel d’experts a défini les postbiotiques comme une préparation de micro-organismes inanimés ou de leurs composants, qui confèrent un bénéfice pour la santé de l’hôte.

La définition considère également que les postbiotiques doivent contenir des cellules ou des composants microbiens inactifs, avec ou sans métabolites synthétisés par les bactéries, bénéfiques pour la santé. En d’autres termes, à partir d’une cellule vivante, comme les probiotiques, on obtient des cellules mortes ou leurs fragments.

Le concept convenu sera très utile pour les activités futures dans ce domaine par les scientifiques, les industries, les chercheurs, les régulateurs et les consommateurs.

Les composants des postbiotiques

Les postbiotiques sont constitués des éléments suivants :

  • Cellules microbiennes non vivantes
  • Structures ou fragments de cellules microbiennes : parois cellulaires, membranes, exopolysaccharides, protéines fixées aux parois cellulaires
  • Métabolites ou produits finaux : peptides, acides organiques, enzymes, bactériocines, protéines sécrétées
Microbiote intestinal et postbiotiques.
Toutes les recherches sur les -biotiques visent à améliorer la santé du microbiote intestinal humain.

Comment sont-ils liés aux probiotiques, prébiotiques et symbiotiques ?

Si nous devions relier ces concepts, nous commencerions par les prébiotiques, puisque ce sont tous ces nutriments ou substrats (comme les fructo-oligosaccharides) qui nourrissent les probiotiques. Ces types de nutriments permettent le maintien et la croissance de bactéries saines, afin que, grâce à un groupe d’enzymes, elles puissent produire des postbiotiques.

Les symbiotiques sont un mélange de micro-organismes vivants (probiotiques) et de substrat (prébiotiques). C’est ainsi qu’ils profitent à l’hôte.

Certains postbiotiques sont des peptides, une sorte de très petites protéines. Il y a aussi les acides gras à chaîne courte ou AGCC et l’acide lactique. Ceux-ci peuvent empêcher la croissance de bactéries nocives ou favoriser la prolifération de bactéries bénéfiques.

Le site d’action des postbiotiques n’est pas seulement l’intestin. Ils peuvent également être administrés directement dans la bouche, la peau, le tractus urogénital et le nasopharynx.



[/atomik -lu-aussi ]

Quels sont ses bienfaits pour la santé ?

S’agissant d’un nouveau concept, il existe encore quelques lacunes quant à leur mécanisme d’action pour favoriser le bon état de santé de l’hôte. Cependant, ce que nous savons déjà est encourageant. Voyons cela plus en détail.

Prévention ou traitement possible du COVID-19

Une récente recherche de 2022 a examiné 84 études depuis le début de la pandémie. Cette recherche a mis en évidence le fait que les postbiotiques, associés aux pro et prébiotiques, peuvent favoriser la communication entre le microbiote intestinal et le système immunitaire. Par conséquent, ils sont considérés comme des adjuvants dans la prévention, le traitement et la modulation de l’expression bactérienne interne chez les patients atteints de COVID-19.

Maintien de la barrière intestinale

On pense que les postbiotiques aident à maintenir la barrière intestinale. Ils peuvent également réduire l’inflammation et aider à combattre les infections du système digestif.

De plus, ils pourraient être utilisés pour traiter les allergies et les maladies nutritionnelles chroniques, telles que l’obésité. Ils pourraient également réguler la glycémie, améliorant ainsi le contrôle chez les patients diabétiques.

Traitement des infections digestives

Certains ulcères peuvent être causés par Helicobacter pylori. Il s’avère que les postbiotiques sont capables de l’éradiquer.

De plus, il a été prouvé qu’ils sont capables de contrôler les symptômes du syndrome du côlon irritable, notamment la réduction de la douleur et de l’inconfort abdominal. Les habitudes intestinales modifiées et l’inflammation s’améliorent également.

D’autres bénéfices, comme l’amélioration de la qualité du sommeil ou la guérison des infections des voies respiratoires, méritent des études plus approfondies pour donner des résultats concluants. Cependant, les essais jusqu’à présent ont été favorables.

En général, même si les recherches sur les postbiotiques sont bien avancées, les chercheurs sont prudents.

Comment obtenir des postbiotiques ?

Pour obtenir des postbiotiques, il faut favoriser le développement de probiotiques qui sortent d’une partie de leurs cellules ou qui produisent certains composés. Pour cela, des substrats adéquats (prébiotiques) doivent être maintenus pour ladite croissance.

Alors, où trouvent-on ces prébiotiques ? Dans l’ail, les oignons, les asperges et les bananes, en particulier.

Ces sources alimentaires contiennent un type de fibre appelée fructo-oligosaccharides, qui nourrit les bactéries intestinales bénéfiques. On les trouve également dans la racine de chicorée, les topinambours, l’orge, l’avoine, les pommes, les légumineuses, les algues, les noix et les poireaux.

Pour compléter l’équation et ne pas rester seul avec votre microbiote naturel, vous pouvez consommer certains probiotiques dans l’alimentation ou sous forme de compléments. Les aliments fermentés non pasteurisés tels que le kéfir, le miso et le kombucha sont de bonnes sources de bactéries bénéfiques, en particulier du type lactobacilles.

Lors de la sélection d’aliments fermentés, recherchez ceux qui contiennent des micro-organismes aux avantages prouvés. Ceux-ci doivent être vivants, bien définis et caractérisés.

Les aliments prébiotiques permettent de stimuler les probiotiques et, avec eux, de générer des postbiotiques. Cependant, si vous faites partie de ceux qui préfèrent les suppléments postbiotiques, sachez que ce concept est nouveau dans le domaine des micro-organismes sains et qu’il reste encore beaucoup à étudier.

Il existe des produits qui prétendent soutenir la santé digestive et la fonction immunitaire, mais il n’y a pas encore suffisamment de preuves pour le prouver. Faites donc preuve de prudence.

Kéfir pour le microbiote intestinal et les postbiotiques.
Si vous mangez des aliments fermentés, vous fournirez à votre corps des prébiotiques qui, à long terme, se traduiront naturellement par plus de postbiotiques pour votre corps.

Il y a encore du chemin à parcourir

Une alimentation équilibrée et variée, qui comprend des aliments sources de prébiotiques et de probiotiques, peut garantir un bon développement des bactéries bénéfiques dans l’intestin. Par conséquent, la production de postbiotiques serait favorable pour prévenir le développement de certaines maladies.

Consultez un médecin pour savoir quel supplément postbiotique vous pouvez utiliser et comment. Il est également important d’être conscient des interactions médicamenteuses.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Salminen, S., Collado, M. C., Endo, A., Hill, C., Lebeer, S., Quigley, E., Sanders, M. E., Shamir, R., Swann, J. R., Szajewska, H., & Vinderola, G. (2021). The International Scientific Association of Probiotics and Prebiotics (ISAPP) consensus statement on the definition and scope of postbiotics. Nature reviews. Gastroenterology & hepatology18(9), 649–667. https://doi.org/10.1038/s41575-021-00440-6
  • Swanson KS, et al. Documento de consenso de expertos: Declaración de consenso de la Asociación Científica Internacional de Probióticos y Prebióticos (ISAPP) sobre la definición y el alcance de los simbióticos. Nat. Rev. Gastroenterol. Hepatol. 2020; 17 :687–701.
  • Marco ML, et al. Health benefits of fermented foods: microbiota and beyond. Curr. Opin. Biotechnol. 2017;44:94–102. Disponible en: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27998788
  • Xavier-Santos, D., Padilha, M., Fabiano, G. A., Vinderola, G., Gomes Cruz, A., Sivieri, K., & Costa Antunes, A. E. (2022). Evidences and perspectives of the use of probiotics, prebiotics, synbiotics, and postbiotics as adjuvants for prevention and treatment of COVID-19: A bibliometric analysis and systematic review. Trends in food science & technology120, 174–192. https://doi.org/10.1016/j.tifs.2021.12.033
  • Viola Andresen, Jürgen Gschossmann, Peter. Layer.  Heat-inactivated Bifidobacterium bifidum MIMBb75 (SYN-HI-001) in the treatment of irritable bowel syndrome: a multicentre, randomised, double-blind, placebo-controlled clinical trial. 2020, VOLUME 5, ISSUE 7, P658-666,  DOI:https://doi.org/10.1016/S2468-1253(20)30056-X
  • Braido F, Melioli G, Candoli P, Cavalot A, Di Gioacchino M, Ferrero V, Incorvaia C, Mereu C, Ridolo E, Rolla G, Rossi O, Savi E, Tubino L, Reggiardo G, Baiardini I, di Marco E, Rinaldi G, Canonica GW; Lantigen Study Group, Accorsi C, Bossilino C, Bonzano L, DiLizia M, Fedrighini B, Garelli V, Gerace V, Maniscalco S, Massaro I, Messi A, Milanese M, Peveri S, Penno A, Pizzimenti S, Pozzo T, Raie A, Regina S, Sclifò F. The bacterial lysate Lantigen B reduces the number of acute episodes in patients with recurrent infections of the respiratory tract: the results of a double blind, placebo controlled, multicenter clinical trial. Immunol Lett. 2014 Dec;162(2 Pt B):185-93. doi: 10.1016/j.imlet.2014.10.026. Epub 2014 Nov 3. PMID: 25445613; PMCID: PMC7173099.
  • Nishida,D. Sawada,T. Kawai,Y. Kuwano,S. Fujiwara,K. Rokutan. Para-psychobiotic Lactobacillus gasseri CP2305 ameliorates stress-related symptoms and sleep quality. Journal of Applied Microbiology. Volume123, Issue6, December 2017, Pages 1561-1570. https://doi.org/10.1111/jam.13594

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.