Prognathisme mandibulaire : qu'est-ce que c'est et comment est-il corrigé ?

Le prognathisme mandibulaire est un problème qui affecte les fonctions orales et l'apparence du visage.
Prognathisme mandibulaire : qu'est-ce que c'est et comment est-il corrigé ?

Dernière mise à jour : 27 mai, 2022

Il existe diverses situations et troubles qui peuvent affecter la morsure et le sourire. Le prognathisme mandibulaire fait partie de ces altérations. En quoi consiste-t-il ? Quelles sont ses causes principales ?

Cette affection se caractérise par le fait que la mâchoire inférieure est trop grande ou trop avancée par rapport à la mâchoire supérieure. Elle affecte l’occlusion et l’esthétique faciale.

Le prognathisme mandibulaire

Le mot « prognathisme » vient du grec « pro », qui signifie « en avant », et « gnathos », qui signifie « mâchoire ». Ce trouble est également connu sous le nom de “malocclusion squelettique de classe III”.

Comme déjà mentionné, ce terme médical fait référence à l’extension de la mâchoire inférieure vers l’avant. Cet avancement fait que le menton dépasse le reste des éléments du visage.

Il est souvent dû à une croissance excessive de la mâchoire inférieure. Cependant, il peut aussi être causé par le manque de développement de l’os supérieur qui se situe vers l’arrière. Dans cette situation, les dents supérieures et inférieures ne peuvent pas être correctement liées.

Qu'est-ce que le prognathisme mandibulaire ?
Pour diagnostiquer le prognathisme mandibulaire, une radiographie dentaire est nécessaire, entre autres.

Les causes du prognathisme mandibulaire

L’origine la plus fréquente du prognathisme mandibulaire est généralement génétique et héréditaire. Les personnes nées avec des mâchoires inférieures plus grandes ont souvent des parents avec le même problème.

Par conséquent, s’il y a des antécédents dans la famille, il est important d’emmener les enfants chez le dentiste et l’orthodontiste dès leur plus jeune âge. De cette manière, il sera possible de détecter le problème pour y remédier au plus tôt.

Il existe aussi des situations extérieures pouvant favoriser l’apparition de cette condition. La perte prématurée des dents de lait en est un exemple. L’hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes et la respiration buccale sont d’autres facteurs qui augmentent le risque de prognathisme.

Parfois, cette affection peut aussi être un symptôme d’autres maladies systémiques. L’acromégalie, par exemple, est un trouble dans lequel il y a une production excessive d’hormone de croissance et la mâchoire est souvent plus grande.

Les patients atteints du syndrome de Down et d’autres troubles plus rares, tels que le syndrome de Crouzon, le naevus et l’acrodysostose, se caractérisent également par un prognathisme mandibulaire.

Les symptômes

La caractéristique la plus notable du prognathisme mandibulaire est le menton saillant. Mais ce trouble génère plusieurs autres symptômes :

  • Malocclusion : l’attachement incorrect des mâchoires affecte l’occlusion et la position des dents dans la bouche. Les dents de l’arcade inférieure se ferment à l’extérieur et devant les supérieures.
  • Altération des fonctions orales : le patient atteint de prognathisme mandibulaire a des problèmes pour mordre, mastiquer, manger et parler. Les problèmes de diction, comme un zézaiement, sont aussi courants.
  • Problèmes dans l’ articulation temporo-mandibulaire
  • Maux de tête fréquents
  • Problèmes esthétiques : le menton prononcé peut représenter un inconvénient esthétique pour certaines personnes. Cela peut entraîner un sentiment d’insécurité, une faible estime de soi et des difficultés dans les relations.

Le diagnostic du prognathisme mandibulaire

Le diagnostic de prognathisme mandibulaire est généralement suspecté par le dentiste et confirmé par l’orthodontiste. Lorsque le dentiste généraliste découvre des signes de cette condition, il renvoie le patient vers un orthodentiste.

L’examen physique et les données de l’histoire clinique, comme les antécédents familiaux et certaines habitudes orales, sont importants pour poser le diagnostic. En plus, d’autres ressources sont nécessaires pour aider le professionnel à le confirmer.

Les radiographies dentaires et crâniennes, comme l’orthopantomographie et la céphalométrique, permettent d’étudier le problème. Les photographies intra et extra orales fournissent également des informations précieuses.

Les empreintes d’occlusion et l’obtention d’un modèle en plâtre d’étude complètent le processus de diagnostic. À partir de là, le professionnel peut planifier le traitement le plus approprié pour chaque patient particulier.

Si le prognathisme mandibulaire est causé par une condition médicale sous-jacente, le dentiste peut suggérer un traitement rapide pour cette condition avec le spécialiste approprié.



Le traitement

Les alternatives thérapeutiques face à un problème d’occlusion squelettique de classe III dépendent de l’âge du patient. Le traitement chez un enfant ou un adolescent — dont les os n’ont pas encore fini de croître — est différent du traitement chez un adulte dont les dents sont déjà pleinement formées.

Lorsque le traitement est réalisé pendant l’enfance, il est moins invasif et plus conservateur. De plus, il permet d’éviter que les symptômes de cette maladie et ses effets fonctionnels, esthétiques et psychologiques ne se prolongent dans le temps.

Pour cette raison, il est recommandé d’emmener les enfants chez le dentiste pédiatrique dès leur première année de vie et de consulter l’orthodontiste entre 6 et 7 ans, ou plus tôt si le dentiste le suggère, pour effectuer une évaluation de l’occlusion.

Commencer le traitement pendant l’enfance, dès que les premiers signes sont détectés, est bénéfique. Mais il existe aussi des alternatives thérapeutiques pour les adultes.

Traitement du prognathisme mandibulaire chez les enfants

Pendant l’enfance et l’adolescence, il est possible de corriger la croissance accrue des mâchoires. À ce stade, vous pouvez profiter du fait que la formation osseuse est toujours active. Cela favorise l’avancement de la mâchoire supérieure ou ralentit l’avancement de la mâchoire inférieure à la recherche d’une relation harmonique.

Pour cela, on utilise l’orthodontie interceptive, procédure qui agit sur la croissance des bases osseuses dès le plus jeune âge. Dans le cas du prognathisme mandibulaire, des dispositifs d’expansion sont utilisés pour stimuler le développement de la mâchoire supérieure.

Également des mentonnières et des masques orthodontiques qui ralentissent la croissance de la mâchoire. Une fois ces interventions effectuées, il peut être nécessaire de les compléter par un traitement orthodontique correctif pour améliorer l’alignement des dents. Lorsque les os ont la bonne position, les malpositions des dents sont corrigées pour obtenir une bonne occlusion.



Traitement du prognathisme mandibulaire chez les adultes

Dans le cas de patients adultes, chez qui la croissance osseuse est déjà terminée et le prognathisme mandibulaire déjà établi, la thérapeutique est plus complexe. Mais il est possible d’obtenir de bons résultats.

Dans les cas bénins, il est possible d’opter pour un traitement orthodontique pour corriger le désalignement des dents. Ce traitement peut améliorer la morsure et le sourire. Cependant, il ne modifie pas l’aspect du visage et n’est pas toujours indiqué.

Dans les situations plus graves, lorsque les problèmes fonctionnels et esthétiques sont très évidents, il est nécessaire de combiner un traitement orthodontique avec une chirurgie orthognathique. Cette dernière est un type de chirurgie maxillo-faciale qui permet de retrouver la symétrie et l’harmonie du visage en remettant les os maxillaires à leur place.

Chirurgie orthognathique pour corriger le prognathisme mandibulaire

Avant de soumettre le patient à cette intervention, il est nécessaire de réaliser différentes études morphologiques et esthétiques avec radiographies et photographies. Cela aide à déterminer les aspects qui doivent être corrigés et les techniques les plus appropriées.

De plus, elle permet de montrer au patient le résultat possible, ce qui lui permet d’accepter plus facilement le changement et de résoudre les doutes et les peurs associés avant la procédure. Dans tous les cas, avant cela, l’orthodontie est nécessaire pendant un certain temps.

Avec cela, la situation orale devient plus favorable à l’intervention. En particulier, il est possible de positionner les pièces dentaires dans les zones les plus commodes.

La chirurgie est pratiquée au bloc opératoire et sous anesthésie générale, une hospitalisation est donc nécessaire. L’intervention nécessite une équipe pluridisciplinaire, dans laquelle le chirurgien maxillo-facial joue un rôle primordial. La durée de la procédure est d’environ 2 heures, bien que cela dépende de la complexité du cas.

Le processus se fait à travers la cavité buccale, il n’y aura donc pas de cicatrice visible sur le visage. Selon le type de prognathisme mandibulaire, la mâchoire supérieure, la mâchoire inférieure ou les deux os seront mobilisés.

Le chirurgien pratique une ostéotomie du maxillaire, qui consiste à fracturer ce dernier et à le placer en arrière. Si nécessaire, l’excès d’os est retiré. Les deux fragments d’os sont fixés ensemble avec des plaques et des clous en titane.

Ce type de chirurgie ne peut être pratiqué qu’une fois la croissance dentaire terminée. Pour les filles, cela se produit généralement vers l’âge de 16 ans ; chez les garçons, entre 17 et 18 ans.

Chirurgie orthognathique pour corriger le prognathisme mandibulaire
La chirurgie corrective améliore l’esthétique faciale des patients atteints de prognathisme mandibulaire.

Que se passe-t-il après une chirurgie correctrice de la mâchoire ?

Après la chirurgie, il est nécessaire d’appliquer certains soins pour favoriser la récupération des tissus et éviter les complications. Il faudra suivre une diète liquide, puis molle, pour éviter de bouger la mâchoire le temps de sa cicatrisation.

Le chirurgien prescrira des médicaments contre la douleur et pour prévenir les infections. Il suggérera également du repos pendant 1 à 3 semaines. Il faut éviter les efforts et éviter de fumer.

Une fois le temps de récupération passé, il peut être nécessaire de recourir à nouveau à l’orthodontie pendant un certain temps. Avec un appareil dentaire, les dents peuvent être positionnées à l’endroit approprié pour obtenir le sourire souhaité.

Peut-on prévenir le prognathisme ?

Lorsque le prognathisme mandibulaire est dû à des problèmes héréditaires ou génétiques, ou fait partie d’un syndrome, il n’est pas possible de le prévenir. Mais il est possible d’agir sur les facteurs externes qui favorisent l’apparition du trouble.

Les parents, par exemple, jouent un rôle fondamental dans la santé buccale des enfants. Détecter et contrôler les habitudes néfastes (comme la respiration buccale) et rechercher une solution à temps fait également partie de la prévention.

Des consultations dentaires dès le plus jeune âge et fréquentes permettent également de détecter à temps tout problème dans la bouche. Aller chez le dentiste est une action simple, mais fondamentale pour éviter des problèmes majeurs à l’avenir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Soin bucco-dentaire à l’huile de coco : est-ce efficace ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Soin bucco-dentaire à l’huile de coco : est-ce efficace ?

L'huile de coco est l'un des produits naturels les plus utilisés pour les soins de la peau. Nous vous parlons ici du soin bucco-dentaire à l'huile ...



  • Sauhing Muñoz, I. J. (2012). Diagnóstico y tratamiento de pacientes clase III por prognatismo mandibular (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Cartuche, L. P. G., Cruz, V. S., Bravo, M. E., & Manuel, E. C. (2019). MALOCLUSION DE CLASE III, TRATAMIENTO ORTODONCICO. REVISIÓN DE LA LITERATURA. Evidencias en Odontología Clínica4(2).
  • Alina, R. A., & Yosvany, H. S. (2021, June). CARACTERÍSTICAS MORFOLÓGICAS DEL SÍNDROME CLASE III. In cibamanz2021.
  • Carrasco-Sierra, M., Mendoza-Castro, A. M., & Andrade-Vera, F. M. (2018). Implementación de la ortodoncia interceptiva. Dominio de las Ciencias4(1), 332-340.
  • Caro, M., & Awuapara, S. (2021). Revisión de los principales manejos ortodónticos interceptivos y correctivos no quirúrgicos de la maloclusión clase III. Revista de la Asociación Odontológica Argentina109(3), 207-212.
  • Torres Rodríguez, M. S. (2022). Cambios cefalométricos en pacientes con prognatismo y pseudo prognatismo mandibular pre y postquirúrgicos.
  • Aquino Hilares, G. (2019). Ortodoncia y cirugía ortognática.
  • Disla Abreu, R., & Cabral Monte de Oca, C. (2021). Cirugía ortognática primero en el tratamiento combinado de ortodoncia-cirugía ortognática en maloclusiones esqueletales de Clase III (Doctoral dissertation, Universidad Nacional Pedro Henriquez Ureña).
  • Amit, K., Premkumar, S., & Palone, M. R. T. La maloclusión clase III esquelética grave mediante abordaje primario de cirugía ortognática: informe de caso Severe skeletal class III malocclusion by surgery-first orthognathic approach: a case report.
  • Parejas Sánchez, K. X. (2022). Protocolos y plan de tratamiento ortodóntico preventivo.