Que sont les protéines et à quoi servent-elles ?

10 octobre 2020
Les protéines sont l'un des trois macronutriments. Il est nécessaire de les consommer quotidiennement. Nous vous expliquons pourquoi et quelles sont leurs fonctions en particulier. Ne manquez pas cette occasion.

Il est important que vous sachiez ce que sont les protéines. Ces nutriments essentiels sont fournis par l’alimentation et remplissent une multitude de fonctions dans l’organisme.

Nous allons vous dire en détail tout ce que vous devez savoir à leur sujet. Une fois que vous aurez compris les implications des protéines sur la santé, vous voudrez probablement vous concentrer davantage sur la satisfaction des besoins en ce nutriment.

Les macronutriments

Il existe 3 types de macronutriments : les protéines, les graisses et les glucides. Ils reçoivent ce nom parce qu’ils se trouvent en grande quantité dans la nourriture, ce qui permet de satisfaire les besoins énergétiques de l’organisme.

Les fonctions spécifiques des protéines sont diverses. On les trouve dans les aliments d’origine animale et végétale et font partie des structures cellulaires et des tissus. En assurer un apport correct permet donc d’éviter la perte de masse musculaire.

La littérature scientifique actuelle indique que le fait de ne pas ingérer les protéines nécessaires est l’un des facteurs de risque de l’apparition de la sarcopénie. Cette maladie est causée par la destruction progressive des muscles et la perte de force dans tout le corps.

En outre, les protéines ont de nombreuses autres implications physiologiques et anatomiques. Elles peuvent agir comme des enzymes, en catalysant les réactions internes des cellules et de l’environnement interne. Il s’agirait d’une accélération des processus qui sont normalement ralentis. Il est même possible de les transformer en glucose au niveau du foie pour produire de l’énergie.

Les muscles du bras d'un homme.
L’une des principales fonctions des protéines est de former le tissu musculaire.

Vous pouvez également être intéressé : Les glucides sont-ils importants dans l’alimentation ?

Consommer des protéines pour une bonne composition corporelle

Une carence en protéines peut entraîner une maladie. Jusqu’à récemment, on prétendait qu’un excès le ferait aussi. Aujourd’hui, cependant, la préoccupation est davantage de souffrir d’une carence.

Bien que les protéines du corps soient capables d’accomplir un large éventail de tâches, leur fonction la plus importante est structurelle. Dans le cas des sportifs, il est essentiel de garantir un bon apport pour permettre la croissance musculaire.

Bien qu’un apport de 1,2 gramme de nutriments par kilogramme de poids par jour soit recommandé chez les personnes sédentaires, chez les athlètes, cet apport est proche de 2 grammes. Une revue récente d’études publiée dans le Journal of the International Society of Sports Nutrition recommande même de porter la consommation à 3 grammes par kilogramme de poids par jour chez les personnes qui souffrent d’une forte fonte musculaire.

Mais ce n’est pas seulement dans le contexte du sport qu’il est nécessaire de surveiller leur consommation. Les protéines aident à prévenir et à réduire les processus de cachexie associés au cancer, comme le disent les experts. Cette condition consiste en une perte progressive de poids et de muscle qui augmente le risque de décès chez les patients atteints de cancer.

Pour en savoir plus : Les régimes alimentaires riches en flavonoïdes

Leur consommation affecte-t-elle la fonction rénale ?

L’un des arguments utilisés pour limiter l’apport en protéines était qu’une consommation excessive pouvait générer des dommages au foie et aux reins à moyen terme. C’est pourquoi il a été recommandé de ne pas dépasser 0,8 gramme de nutriments par kilogramme de poids pour les personnes très sédentaires.

Cependant, une étude publiée en 2017 a analysé les résultats de plusieurs études dans lesquelles des doses élevées de protéines alimentaires ont été administrées sur une longue période. Les résultats de la plupart de ces études ont montré qu’aucun dommage n’a été constaté sur la fonction rénale. C’est pourquoi les régimes alimentaires riches en protéines sont désormais considérés comme sûrs.

Toutes les protéines ne sont pas les mêmes

Vous connaissez maintenant l’importance d’un bon apport en protéines. Cependant, toutes les protéines fournies par l’alimentation n’ont pas la même qualité. Il existe deux classes fondamentales, selon leur origine : les protéines animales et végétales.

Les premières sont caractérisées pour présenter une valeur biologique majeure. Cela signifie qu’elles contiennent tous les acides aminés essentiels pour le corps humain (ceux que l’organisme n’est pas capable de produire) et jouissent d’un niveau de digestibilité acceptable.

En revanche, les protéines végétales sont généralement dépourvues de certains acides aminés essentiels. De plus, leur digestibilité est plus faible, ce qui conditionne leur absorption. Elles sont également nécessaires dans un régime alimentaire varié, mais il est conseillé de veiller à ce qu’au moins 50 % des protéines du régime soient d’origine animale.

Afin que vous compreniez l’importance des acides aminés essentiels, nous allons souligner que certains d’entre eux sont impliqués dans le maintien de la masse musculaire. C’est le cas de la leucine. Elle est capable de stimuler les voies anaboliques de l’organisme, augmentant ainsi la formation de tissu maigre.

Une enquête récente publiée dans le Journal of Nutrition assure que la supplémentation de cet acide aminé de manière isolée est capable de prévenir la perte musculaire chez les personnes âgées. Quoi qu’il en soit, ce sera toujours la meilleure façon de l’intégrer dans le régime alimentaire.

Importance des protéines végétales dans l'alimentation.
Les protéines végétales devraient faire partie de l’alimentation, mais elles sont moins digestes que les protéines animales.

Veillez à introduire suffisamment de protéines dans votre alimentation

Nous avons vu l’importance des protéines dans l’alimentation. Un apport insuffisant de ce nutriment conditionnera la santé des muscles. D’autres réactions physiologiques peuvent être affectées, comme la formation de certaines hormones.

Pour vous assurer que vous consommez la quantité de protéines dont vous avez besoin, il est essentiel d’analyser votre alimentation. Si un aliment d’origine animale apparaît à chaque repas principal, il est peu probable que vous soyez déficient. Cependant, essayez de vous assurer que vous avez aussi des protéines végétales dans votre alimentation.

Il y a quelques années encore, on pensait que 0,8 gramme de protéines par kilogramme de poids corporel était la quantité correcte à consommer en une journée. Aujourd’hui, cependant, la recommandation a été augmentée. Ne négligez pas votre consommation de protéines et, à long terme, votre santé en bénéficiera.

  • Naseeb MA., Volpe SL., Protein and exercise in the prevention of sarcopenia and aging. Nutr Res, 2017. 40: 1-20.
  • Jager R., Kerksick CM., Campbell BI., Cribb PJ., et al., International society of sports nutrition position stand: protein and exercise. J Int Soc Sports Nutr, 2017.
  • Teixeira FJ., Santos OH., Howell SL., Pimentel GD., Whey protein in cancer therapy: a narrative review. Pharmacol Res, 2019. 144: 245-256.
  • Borack MS., Volpi E., Efficacy and safety of leucine supplementation in the elderly. J Nutr, 2016. 146: 2625-2629.
  • Kamper AL., Strandgaard S., Long term effects of high protein diets on renal function. Annu Rev Nutr, 2017. 37: 347-369.
  • Morales, Jean Paolo Zea, et al. “Los Aminoácidos en el cuerpo humano.” RECIMUNDO: Revista Científica de la Investigación y el Conocimiento 1.5 (2017): 379-391.
  • Azcona, Ángeles Carbajal. “Proteínas.” ÁC Azcona, Manual de Nutrición y Dietética (2013): 45-48.
  • León-Latre, Montserrat, et al. “Sedentarismo y su relación con el perfil de riesgo cardiovascular, la resistencia a la insulina y la inflamación.” Revista Española de Cardiología 67.6 (2014): 449-455.
  • Hernández Triana, Manuel. “Recomendaciones nutricionales para el ser humano: actualización.” Revista Cubana de Investigaciones Biomédicas 23.4 (2004): 266-292.