Quelle doit être mon alimentation en cas d’hyperthyroïdie ?

11 septembre 2020
L'alimentation joue un rôle important dans la gestion des symptômes de l'hyperthyroïdie. Une fois que l'on détecte cette maladie, il convient donc de procéder à des ajustements au niveau de son alimentation. Que faut-il prendre en compte ?

En cas d’hyperthyroïdie, il est nécessaire de procéder à des ajustements au niveau de l’alimentation. La thyroïde mesure à peine 5 centimètres mais un mauvais fonctionnement de sa part déclenche une grande variété de symptômes. Quelle en est la raison ? Cette petite glande en forme de papillon sécrète des hormones qui ont une action directe sur presque toutes les fonctions corporelles.

Ainsi, quand on souffre d’une altération, il est nécessaire d’améliorer son alimentation pour moduler son activité et éviter des complications. Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ? Quels aliments faut-il consommer et éviter ? Nous allons apporter quelques réponses dans cet article.

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ?

La thyroïde est une petite glande située dans le cou. Sa fonction est de sécréter différents types d’hormones, certaines étant fondamentales pour l’organisme. Son bon fonctionnement est essentiel pour la santé car ces hormones affectent presque toutes les cellules du corps. Plus concrètement, ses fonctions incluent les points suivants :

  • Régulation de l’utilisation de l’énergie
  • Synthèse de protéines
  • Activité enzymatique
  • Régulation de la température corporelle

L’hyperthyroïdie est un trouble qui fait que la glande ne produit pas normalement d’hormone thyroïdienne. Dans ce cas, et pour diverses raisons, le problème est la sécrétion augmentée d’hormones T3 et T4. Différentes maladies peuvent aussi entrer dans ce cadre, comme la maladie de Graves Basedow, les goitres multinodulaires ou les adénomes toxiques de la thyroïde.

En cas d’hyperthyroïdie, toutes les fonctions du corps ont tendance à s’accélérer. Par conséquent, une série de symptômes apparaissent, comme ceux qui suivent :

  • Perte de poids
  • Nervosité
  • Problèmes de sommeil
  • Tremblements
  • Augmentation de la transpiration
  • Palpitations

Si l’on souffre d’une maladie de la thyroïde comme l’hyperthyroïdie, il est nécessaire de consulter un médecin ou endocrinologue pour définir le traitement qui s’adapte le mieux à chaque situation particulière.

Que faire en cas d'hyperthyroïdie ?

Découvrez aussi : Comment détecter un problème de thyroïde ?

L’alimentation en cas d’hyperthyroïdie

Comme le signalent les experts de la British Thyroid Foundation, il n’existe pas de protocole d’alimentation pour les maladies de la glande thyroïdienne. Néanmoins, maintenir une bonne alimentation en cas d’hyperthyroïdie est fondamental car cela aide à contrôler les symptômes et à améliorer la qualité de vie.

Plusieurs nutriments jouent un rôle très important dans la fonction de la glande et la sécrétion normale d’hormones. Les principaux sont l’iode et le sélénium, même si l’on étudie aussi d’autres contenus dans des aliments comme les crucifères ou le soja.

Les prendre en compte est important car cela se traduit par un meilleur état de santé. Il ne faut pas oublier que l’hyperthyroïdie est une maladie qui, une fois diagnostiquée, durera toute la vie.

Ainsi, selon le médecin spécialiste Óscar Vidal, il existe deux aspects à prendre en compte :

  • Maintenir une alimentation faible en aliments qui aident à produire l’hormone thyroïdienne, comme l’iode
  • Renforcer d’autres nutriments ayant une capacité anti-oxydante, qui permettent de régénérer des cellules saines. C’est le cas du sélénium

Comment contrôler la quantité d’iode ?

Dans l’alimentation pour l’hyperthyroïdie, il faut surveiller les niveaux d’iode car celle-ci participe à la production d’hormones thyroïdiennes. Il est nécessaire d’en consommer de façon rationnelle car il est très difficile de l’éliminer complètement.

Les principales sources d’iode dans l’alimentation sont les suivantes :

  • Le sel iodé
  • Les aliments marins comme certains poissons, les fruits de mer ou les algues
  • Les produits laitiers
  • Le jaune d’œuf
  • Certaines céréales et graines

Par ailleurs, les aliments de la famille des crucifères (comme le brocoli, le chou-fleur ou le chou de Bruxelles) contiennent un principe qui inhibe l’absorption d’iode par la glande thyroïdienne.

L’importance du sélénium dans l’alimentation en cas d’hyperthyroïdie

Le sélénium est l’un des nutriments ayant une relation très étroite avec la glande thyroïde. Dans une revue de littérature scientifique, on a établi le rôle concret que jouait cet oligo-élément dans son fonctionnement. Il est déposé sur de nombreux tissus corporels, et surtout sur la glande thyroïde, où on le retrouve sous forme de sélénoprotéines.

Ce type de protéines a une action anti-oxydante très importante. On peut donc affirmer que le sélénium contribue à une activité protectrice de la thyroïde et à une amélioration de la santé en général.

Certains spécialistes analysent la supplémentation de sélénium dans la maladie de Graves. Cependant, ce nutriment peut aussi s’obtenir à travers l’alimentation. Nous le retrouvons dans des aliments comme le saumon, les grains entiers ou les œufs, même si la plus grande source de sélénium est assurément les noix du Brésil.

Une ration de deux ou trois noix de cette variété apporte déjà une plus grande quantité de sélénium que celle indiquée dans les besoins journaliers recommandés.

En cas d'hyperthyroïdie, les noix du Brésil doivent faire partie de l'alimentation.

Découvrez : Améliorez la santé de votre thyroïde grâce à ces 4 habitudes alimentaires

Hyperthyroïdie et vitamine D

Comme nous le commentions un peu plus tôt, les hormones de la thyroïde ont des effets sur un grand nombre de cellules et de fonctions du corps, dont les os. Ceux-ci peuvent se retrouver affaiblis si l’hyperthyroïdie n’est pas traitée de façon adéquate.

Par ailleurs, comme on nous le signale à la British Thyroid Foundation, on observe, dans les analyses de sang de personnes qui souffrent de cette maladie, de faibles niveaux de vitamine D. D’autres recherches sont néanmoins nécessaires pour savoir quelle en est la cause et quelles sont ses possibles conséquences.

Il est cependant évident qu’il faut surveiller la vitamine D et renforcer toutes les habitudes qui sont positives pour la santé musculosquelettique. Voici quelques recommandations :

  • Faire de l’exercice physique de façon régulière et réaliser une activité qui renforce la musculature
  • Prendre le soleil au moins dix minutes par jour. Il est nécessaire de profiter des heures de la journée où le soleil n’est pas trop fort pour éviter ses effets adverses
  • Consommer des aliments avec de la vitamine D, du calcium et du phosphore pour un état optimal du squelette. Ceux-ci se trouvent dans les produits laitiers, le poisson bleu, les amandes, les pois chiches, les légumes et les graines

Une bonne alimentation en cas d’hyperthyroïdie est essentielle pour la réussite du traitement

La thyroïde hyperactive est une maladie qui dérive d’un mauvais fonctionnement des hormones thyroïdiennes. Même si le traitement principal est pharmacologique ou chirurgical, il est essentiel de veiller à une alimentation spéciale pour l’hyperthyroïdie.

Suivre un régime équilibré et sain et prêter attention aux aliments avec de l’iode et du sélénium est essentiel pour accompagner le traitement pharmacologique et s’assurer une meilleure qualité de vie.

 

  • De Leo S, Lee SY, Braverman LE. Hyperthyroidism. Lancet. 2016;388(10047):906-918. doi:10.1016/S0140-6736(16)00278-6
  • American Thyroid Association. Hipertiroidismo. 2014.
  • Babiker A. et al.  The role of micronutrients in thyroid dysfunction. Sudan J Paediatr. 2020;20(1):13-19.
  • Benvenga S. et al. Nutraceutical Supplements in the Thyroid Setting: Health Benefits beyond Basic Nutrition. Nutrients. Setiembre 2019;11(9):2214.
  • Gaitan E. Goitrogens. Bailliere’s clinical endocrinology and metabolism. Agosto 1988. 2(3):683-702.
  • Gorka J. et al. Metabolic and clinical consequences of hyperthyroidism on bone density. Int J Endocrinol. Julio 2013. 2013:638727.
  • Leung A.M, Braverman L.E. Consequences of Excess Iodine. Natural Reviews Endocrinology. Marzo 2014. 10(3):136-42.
  •  O’Kane S. M et al. Micronutrients, iodine status and concentrations of thyroid hormones: a systematic review. Nutrition Reviews. Junio 2018. 76 (6): 418–431
  • Ventura M. et al. Selenium and Thyroid Disease: From Pathophysiology to Treatment. International Journal of Endocrinology. Enero 2017.