Quelles sont les conséquences de l'abus d'oméprazole ?

L'oméprazole est un médicament qui appartient au groupe des inhibiteurs de la pompe à protons. Il s'agit de médicaments très utiles dans certaines conditions. Cependant, en cas d'usage prolongé, ils peuvent déclencher des effets adverses.
Quelles sont les conséquences de l'abus d'oméprazole ?

Dernière mise à jour : 03 juin, 2021

L’abus d’oméprazole et autres inhibiteurs de la pompe à protons entraîne un certain nombre d’effets indésirables légers. Toutefois, dans un faible pourcentage, ils peuvent être intenses.

L’oméprazole est un médicament appartenant au groupe des inhibiteurs de la pompe à protons. Cet ensemble de médicaments exerce une puissante inhibition sur la sécrétion acide de l’estomac, ce qui leur confère une grande efficacité thérapeutique.

Ils sont ainsi en mesure de soulager les symptômes chez les patients qui souffrent de reflux gastro-œsophagien ou de brûlures épigastriques. Ils sont également utiles pour prévenir les saignements digestifs potentiels induits par les médicaments.

L’abus d’oméprazole

En raison de sa propre efficacité, l’abus d’oméprazole et de ce type de médicaments s’est étendu au-delà de ses indications. Ils produisent effectivement une profonde inhibition de l’aciditéassociée à un contrôle symptomatique efficace et à une guérison rapide des lésions.

Cependant, ces médicaments ne sont pas sans effets indésirables. Même s’ils sont rares et généralement légers, dans certains cas ils peuvent déclencher des altérations sérieuses. En effet, des études ont montré que l’usage chronique d’oméprazole n’est pas entièrement sûr.

Les effets adverses de l’abus d’oméprazole

Parmi les effets indésirables les plus fréquents, nous pouvons citer :

  • Céphalée et vertiges.
  • Nausées et diarrhée.
  • Douleur abdominale.
  • Constipation et flatulences.
  • Eruption cutanée.

D’autres réactions adverses moins courantes, mais qui ont été associées à la consommation prolongée de cette substance, sont liées à la perte de la fonction de la barrière défensive de l’acide gastrique. Cet effet secondaire favorise alors des changements dans la flore intestinale avec une prolifération bactérienne. Certaines données indiquent qu’il pourrait ainsi favoriser l’infection par le Clostridium difficile.

Il existe également des données à propos d’une augmentation de l’incidence d’infection à levures. D’autre part, les associations avec une prévalence accrue de pneumonie ne sont pas tout à fait claires. Ainsi, des études plus nombreuses et de meilleure qualité sont nécessaires pour confirmer cela.

Médicaments pour le reflux gastrique.

“Bien qu’utilisé pour le reflux gastro-œsophagien, l’oméprazole peut provoquer des symptômes similaires en tant qu’effets adverses.”

Lisez également : Le reflux gastro-oesophagien: symptômes et traitement

Altérations dans l’absorption et le métabolisme de certaines substances

L’abus d’oméprazole, avec l’hypochlorhydrie qui en résulte, est considéré comme un facteur qui prédispose à des altérations dans l’absorption et le métabolisme de certaines substances. Il existe des données qui signalent que l’hypochlorhydrie est associée à un trouble de l’absorption de la vitamine B12.

Par ailleurs, on a observé un risque accru de fractures chez les consommateurs chroniques d’oméprazole. Toutefois, nous n’avons pas pu démontrer qu’il est associé à des altérations dans l’absorption du calcium ou à une prévalence plus élevée de l’ostéoporose.

La sécrétion excessive de gastrine, produite par la réduction de l’acidité gastrique, a été liée à une éventuelle prédisposition à développer un cancer gastrique ou pancréatique. Cependant, il n’existe pas de données qui montrent que l’abus d’oméprazole est associé à une augmentation de l’incidence de ces néoplasies.

Néanmoins, il est important de savoir que, chez certaines personnes, cette surconsommation peut donner lieu à des réactions rares telles que :

  • Hypomagnésémie.
  • Néphrite interstitielle.
  • Lésion rénale chronique.
  • Rhabdomyolyse.
Reflux gastrique.

Indications du traitement prolongé avec de l’oméprazole

Afin d’éviter l’abus d’oméprazole et de tout autre médicament, il est essentiel de connaître ses véritables indications. La liste des indications de traitement avec des inhibiteurs de la pompe à protons est très longue. Mais, dans la plupart des cas, elles sont limitées dans le temps.

Les principales indications d’usage chronique d’oméprazole sont celles dans lesquelles il existe une maladie chronique liée à l’acidité et qui requiert sa suppression. Par exemple :

  • Œsophagite.
  • Reflux gastro-oesophagien qui réapparaît après le traitement.
  • Œsophage de Barret : considéré comme précancéreux.
  • Maladie de Zollinger Ellison.

Chez certaines d’entre elles, comme l’oesophage de Barret, l’oméprazole doit être utilisé de façon chronique et sûre. L’usage chronique est également indiqué chez les patients qui présentent un risque élevé de saignement digestif. C’est le cas des adultes âgés ou qui ont déjà souffert d’hémorragie préalable.

Conclusion

L’oméprazole et autres inhibiteurs de la pompe à protons sont des médicaments hautement efficaces et sûrs dans le traitement des pathologies liés à l’acide gastrique. Ils sont également utiles pour prévenir l’hémorragie digestive.

Enfin, il faut savoir que la plupart des indications de traitement avec l’oméprazole ne dépassent les 6-8 semaines. Une utilisation plus longue est rare, elle suit des indications précises et peut finir par déclencher des effets indésirables.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 aliments à éviter si vous souffrez de reflux gastrique
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
7 aliments à éviter si vous souffrez de reflux gastrique

Si votre médecin diagnostiqua que vous souffrez de reflux gastrique, vous devez suivre ses instructions et comprendre l'importance de



  • Molero Gómez, R., Sacristán de Lama, M. P., López Arranz, C., Mangues Bafalluy, I., Socias Manzano, M. S., & Piñeiro Corrales, G. (1997). Utilización Terapéutica del Omeprazol. Sociedad Española de Farmacia Hospitalaria.

  • Callejas Díaz, A., Montero Hernández, E., Gil Navarro, M., Tutor-Ureta, P., Yebra Bango, M., & Vargas Núñez, J. A. (2011). Omeprazol e hipomagnesemia. Revista Clinica Espanola. https://doi.org/10.1016/j.rce.2011.01.013

  • Sánchez, L. J., Nombela, A. M., Velázquez, C. B., Hernández, S. H., & Carretón, M. a. J. A. (2016). Efectos adversos del consumo crónico de omeprazol. FMC Formacion Medica Continuada En Atencion Primaria. https://doi.org/10.1016/j.fmc.2016.01.007