Qu'est-ce que l'hypotension intracrânienne ? Symptômes, causes et traitement

Des maux de tête sévères, une vision floue et une confusion sont des signes avant-coureurs d'une hypotension intracrânienne.
Qu'est-ce que l'hypotension intracrânienne ? Symptômes, causes et traitement

Dernière mise à jour : 07 décembre, 2022

L’hypotension intracrânienne est un syndrome neurologique associé à une diminution de la pression normale dans la cavité cérébrale. En général, c’est le résultat d’une diminution du volume de liquide céphalo-rachidien (LCR). Nous vous invitons ici à découvrir les symptômes, les causes et le traitement de l’hypotension intracrânienne.

Le liquide céphalo-rachidien est une substance translucide, inodore et aseptique, semblable à l’eau distillée. Il se forme principalement dans les plexus choroïdes et les ventricules latéraux du cerveau. Des études affirment que le volume total de LCR chez l’adulte varie de 90 à 159 millilitres. Ses fonctions comprennent la protection du cerveau et l’élimination des déchets.

La réduction du volume du LCR provoque une pression négative dans la voûte crânienne qui entraîne une hypotension intracrânienne. Le mal de tête est l’un des symptômes les plus courants, ainsi que l’apparition de troubles neurologiques. Un traitement rapide améliore le pronostic à long terme

Les symptômes courants

De nombreux médicaments produisent des nausées comme effet secondaire.
Les nausées peuvent être des symptômes d’hypotension intracrânienne.

L’hypotension intracrânienne se manifeste classiquement par un mal de tête sévère qui se propage dans tout le crâne. Elle s’aggrave généralement en position debout et s’améliore ou s’atténue en position couchée, c’est pourquoi on l’appelle céphalée orthostatique. Les autres symptômes associés à cette condition sont les suivants :

  • Vomissements et nausées
  • Douleurs et raideurs au cou
  • Bourdonnements
  • Vision double ou trouble
  • Changements au niveau de l’audition 
  • Sensibilité à la lumière et au son
  • Vertiges et confusion
  • Motricité et équilibre altérés

D’autre part, il existe des cas d’hypotension intracrânienne associée à des fistules qui se présentent avec une fuite de LCR par le nez ou une rhinorrhée. De même, il peut y avoir une fuite de fluide à travers une plaie chirurgicale due à une rupture des méninges.

Les causes de l’hypotension intracrânienne

La recherche suggère que le phénomène déclenchant de l’hypotension intracrânienne est la perte et la réduction de la concentration de LCR au niveau du cerveau. Cette diminution apparaît à la suite de sa fuite à travers les couches méningées du cerveau.

Les trois couches de membranes appelées collectivement les méninges sont la dure-mère, la couche sous-arachnoïdienne et la pie-mère, de l’extérieur vers l’intérieur. La dure-mère est chargée d’entourer et de protéger le cerveau et la moelle épinière. Les lésions à ce niveau sont la cause la plus fréquente d’hypotension intracrânienne. Parmi les causes de cette condition, figurent les suivantes :

  • Ponction lombaire
  • Traumatisme ou blessure au crâne ou à la moelle épinière
  • Malformation acquise ou faiblesse congénitale de la dure-mère
  • Chirurgie de la colonne
  • Anesthésie péridurale
  • Disques calcifiés ou éperons osseux dans la colonne vertébrale
  • Références pour hydrocéphalie



[/atomik -lu-aussi ]

Comment diagnostique-t-on l’hypotension intracrânienne ?

Un examen médical approfondi et un examen neurologique détaillé sont essentiels au diagnostic de l’hypotension intracrânienne. Les caractéristiques de la céphalée et les symptômes de focalisation cérébrale sont très utiles pour la suspicion d’une éventuelle fuite de LCR.

De même, les études d’imagerie sont essentielles pour le diagnostic définitif de cette maladie. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) à contraste amélioré du cerveau peut montrer des méninges épaissies avec un rehaussement pachyméningé brillant. De plus, ce test peut mettre en évidence la descente du thalamus et des amygdales cérébelleuses.

Parfois, une tomographie axiale informatisée (TDM) permet de montrer des encéphalocèles et des défauts osseux à l’origine de la pathologie. De même, la détection et la surveillance de la pression intracrânienne sont cruciales pour la détermination des pressions cérébrales anormalement négatives. Parmi les autres tests utiles dans le diagnostic de l’hypotension intracrânienne, figurent les suivants :

  • Myélographie dynamique avec fluoroscopie
  • IRM de la colonne vertébrale
  • Cisternographie radio-isotopique
  • TDM avec contraste iodé intrathécal

Le traitement de l’hypotension intracrânienne

L'atrophie cérébrale est complexe.
L’attention médicale est cruciale pour soulager l’hypotension intracrânienne.

Dans la plupart des cas, l’hypotension intracrânienne se résout spontanément, comme le montrent les études. Cependant, il existe des cas graves dans lesquels une intervention professionnelle est requise. Les patchs périduraux et la chirurgie sont les traitements les plus courants.

Patch sanguin péridural

Cette procédure consiste à injecter une petite quantité de sang au niveau péridural, autour du canal rachidien, à proximité du site de fuite du LCR. Lorsque le sang coagule, il crée un patch ou un bouchon qui empêche le flux de liquide de s’échapper.



[/atomik -lu-aussi ]

Intervention chirurgicale

La chirurgie est une option de traitement en cas de non-utilisation d’au moins deux patchs périduraux. Parmi les plans d’intervention chirurgicale, figurent les suivants :

  • Réparation des déchirures de la dure-mère
  • Clipping des diverticules méningés.
  • Duroplastie pour renforcer la dure-mère

Dans certains cas, la résolution de l’hypotension orthostatique peut être associée à une hypertension intracrânienne de rebond. En augmentant la pression cérébrale, le traitement de choix est l’acétalozamide, un diurétique qui réduit la rétention d’eau dans le corps.

Une attention médicale et une surveillance précoces garantissent un meilleur pronostic

Comme vous pouvez le constater, l’hypotension intracrânienne est une affection rare liée à la perte de liquide céphalo-rachidien et à la pression négative qui en résulte dans le cerveau. Le pronostic de cette condition s’améliore avec des soins professionnels en temps opportun.

Heureusement, la plupart des personnes s’améliorent d’elles-mêmes. Cependant, certains patients nécessitent des interventions plus complexes dont le pronostic dépendra de la sévérité de la lésion méningée et du volume de liquide perdu.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 remèdes naturels contre les céphalées
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
7 remèdes naturels contre les céphalées

Les remèdes naturels contre les céphalées sont très recommandés. Il est toujours préférable d'essayer de contrôler les symptômes par des moyens nat...



  • Reguera RM. Interpretación del Líquido Cefalorraquídeo. Anales de Pediatría Continuada. 2014;12(1):30–3.
  • Shin HY. Recent update on Epidural Blood Patch. Anesthesia and Pain Medicine. 2022;17(1):12–23.
  • Barahona ML, Mora Encinas JP, González Montaño VM, Pozo Zamorano T, Fernández Gil MÁ. Síndrome de Hipotensión intracraneal: Revisión de hallazgos en Resonancia Magnética. Revista de Neurología. 2011;52(11):676.
  • Lin J-ping, Zhang S-dong, He F-fang, Liu M-jun, Ma X-xu. The status of diagnosis and treatment to intracranial hypotension, including sih. The Journal of Headache and Pain. 2017;18(1).

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.