Qu’est-ce que la permarexie et quelles sont ses causes ?

18 octobre 2020
En plus de l'anorexie et de la boulimie, il existe d'autres troubles du comportement alimentaire qu'il convient de connaître. Un exemple est celui de la permarexie. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus à ce sujet.

La permarexie est un trouble du comportement alimentaire qui n’a été identifié que récemment et qui est l’antichambre de problèmes plus graves, comme l’anorexie ou la boulimie. Les patients atteints de cette maladie pensent que n’importe quel aliment va les faire grossir et ont un désir irrépressible d’être maigres.

C’est pour cela que les personnes atteintes de permarexie sont habituées à suivre différents régimes dont la publicité vante les mérites, dans le but de réduire leur poids corporel. En fait, c’est d’ailleurs l’un des critères sur lesquels on s’appuie pour diagnostiquer la maladie : avoir suivi plus de 3 régimes en un an pour perdre de la graisse.

Caractéristiques de la permarexie

Étant donné que cette pathologie n’a été classée que très récemment, il n’existe pas encore beaucoup d’études au sujet de la permarexie. On sait cependant que ce problème est propre à ces personnes qui ont des comportements compulsifs qui les poussent, par exemple, à compter les calories. Même si faire attention aux étiquettes nutritionnelles est une bonne chose, le faire de façon obsessionnelle peut vite se transformer en problème.

Quoi qu’il en soit, beaucoup de personnes souffrent de permarexie et n’ont pas été identifiées en tant que telles. Ces personnes ont un poids qui varie de façon habituelle et sont sujettes à des habitudes diététiques changeantes, mais elles n’ont pas un état physique pathologique. C’est pour cela qu’elles ont peu de chance de recevoir un diagnostic précis de la maladie.

Si une personne change fréquemment de protocoles alimentaires et si le but est de toujours perdre du poids, il est possible que la pathologie soit présente. Par ailleurs, les patients avec ce trouble sont particulièrement sensibles aux commentaires vis-à-vis de leur physique. Ils ont tendance à se comparer aux personnes de leur entourage.

Lisez également : L’hyporexie ou manque d’appétit : causes et conséquences

Cependant, s’il est vrai que l’on a des preuves de la relation entre la dépression et l’anorexie, il n’a pas encore été possible d’étendre cette association entre les problèmes psychologiques et la permarexie.

Le régime d'une femme.

L’obsession pour les régimes fait partie du diagnostic de la permarexie.

Comment identifier une personne qui souffre de permarexie ?

Le diagnostic de la maladie n’est pas si facile que cela. Il n’existe pas d’outils de screening qui permettent d’identifier de façon précise l’existence du problème. Le mieux est d’observer les schémas de comportement, en plus d’effectuer quelques tests qui déterminent le degré de santé mentale.

Si la personne affiche certains comportements obsessionnels autour de l’alimentation mais que ceux-ci n’entrent pas dans le cadre clinique de l’anorexie ou de la boulimie, on peut diagnostiquer une permarexie.

Il est important de faire attention aux habitudes alimentaires et à celles liées à la nourriture en général. Par ailleurs, savoir si la personne est susceptible face aux critiques externes peut être un bon indicateur. Si les opinions des autres l’affectent beaucoup, le risque de souffrir de cette pathologie ou de la voir la développer augmente.

Cet article peut vous intéresser : 8 maladies liées à l’obésité infantile

Comme nous l’avons dit, si la personne a essayé plus de 3 régimes différents au cours de la dernière année dans le but de perdre du poids, il s’agit alors d’un sérieux candidat. Dans ce cas, il faut consulter un professionnel le plus rapidement possible. La prévention et le traitement précoce sont les meilleures solutions pour les problèmes de comportement alimentaire. C’est grâce à cela que le risque de séquelles est réduit.

Causes de la permarexie

On a pu démontrer que les facteurs de risque pour l’apparition d’un problème de ce type sont les suivants :

  • Problèmes psychiatriques chez les parents.
  • Stress de la mère au cours de la grossesse.
  • Surpoids infantile.
  • Opposition à la composition corporelle.
  • Pression sociale.

Par ailleurs, selon une étude publiée dans la revue Child and Adolescent Psychiatric Clinics of North America, les troubles du comportement alimentaire comme la permarexie sont favorisés par l’excès d’information que nous offrent certains médias. Une interprétation erronée de ces dernières, à cause d’un manque de connaissances techniques, peut mener à l’apparition d’habitudes nocives.

La permarexie et l'obsession pour le poids.

Les causes de la permarexie sont variées car, en réalité, ce sont plus des facteurs de risque qui favorisent son apparition.

Un trouble du comportement alimentaire difficile à diagnostiquer

Comme nous l’avons commenté, la permarexie est une pathologie récente sur laquelle nous n’avons pas encore beaucoup d’informations scientifiques. Nous savons qu’il s’agit de l’antichambre de plus grands problèmes et que son diagnostic précoce facilite son traitement et sa guérison.

Quoi qu’il en soit, les critères pour identifier le trouble ne sont pas du tout clair ; il convient donc d’aller consulter un spécialiste et de se soumettre à différents outils de screening. 

Souvenez-vous que les maladies associées au comportement alimentaire sont complexes et requièrent un traitement pluridisciplinaire. Il faut aborder le problème à partir de différents angles pour offrir une solution fiable qui réduise le risque de séquelles à moyen terme.

En cas de doute, la meilleure option est de consulter un spécialiste pour obtenir plus d’informations à ce sujet. Se concentrer sur les détails peut faire toute la différence lorsqu’il s’agit de détecter le problème à temps et de prévenir des complications.

  • Saul JS., Rodgers RF., Adolescent eating disorder risk and the online world. Chil Adolesc Psychiatr Clin N Am, 2018. 27 (2): 221-228.
  • Keski Rhakonen A., Mustelin L., Epidemiology of eating disorders in Europe: prevalence, incidence, comorbidity, course, consequencies, and risk factors. Curr Opin Psychiatry, 2016. 29 (6): 340-5.
  • Thornton LM., Welch E., Munn Chernoff MA., Lichtenstein P., et al., Anorexia nervosa, major depression, and suicide attemps: shared genetic factors. Suicide Life Threat Behav, 2016. 46 (5): 525-534.
  • Jáuregui-Lobera, Ignacio. “¿ Medicina y enfermedades o moda y consumismo?.” Journal of Negative and No Positive Results: JONNPR 2.2 (2017): 46-48.
  • Encalada, Sergio Constantino Ochoa, et al. “La publicidad en internet y la presencia de trastornos alimenticios en los adolescentes.” Memorias del tercer Congreso Internacional de Ciencias Pedagógicas: Por una educación inclusiva: con todos y para el bien de todos. Instituto Superior Tecnológico Bolivariano, 2017.
  • Giner Bartolomé, Cristina. “Emociones y trastornos de la conducta alimentaria: Correlatos clínicos y abordajes terapéuticos basados en nuevas tecnologías.” (2016).