Qu'est-ce que le plafond de verre et pourquoi devrions-nous le résoudre ?

Le plafond de verre est un obstacle à l'égalité hommes femmes au travail. Il freine la progression et l'épanouissement des femmes. Découvrez à quoi ce plafond est dû.
Qu'est-ce que le plafond de verre et pourquoi devrions-nous le résoudre ?

Dernière mise à jour : 13 juin, 2022

Pourquoi n’y a-t-il que 2 femmes et 8 hommes dans un conseil d’administration ? Pourquoi, lorsqu’on doit laisser un enfant aux soins d’un proche, tient-on pour acquis que ce sera la grand-mère ou la tante ? Et pourquoi y a-t-il plus d’hommes que de femmes dans les mondes de la science et de la technologie ? Le plafond de verre est la raison.

La réponse réside dans les préjugés sexistes, qui amènent les personnes à penser que certaines aptitudes ou capacités sont spécifiques aux hommes ou aux femmes, comme si elles étaient innées et non susceptibles de se développer. Ces biais sont des préjugés fondés sur des stéréotypes et sont donc discriminants.

Le plafond de verre est une limite invisible. Voyons précisément de quoi il s’agit.

Qu’est-ce que le plafond de verre ?

Le plafond de verre est une expression qui a été créée pour mettre en avant la situation vécue par les femmes au travail ; c’est-à-dire les limitations fondées sur les préjugés et les stéréotypes de genre à l’heure d’obtenir une promotion et d’occuper des postes de hiérarchie, de pouvoir ou de plus grande responsabilité.

Ce sont des barrières invisibles qui offrent une plus grande résistance et difficulté. Elles sont difficiles à reconnaître et encore plus difficiles à changer, puisqu’elles sont présentes dans l’imaginaire social collectif.

Voici quelques-uns des préjugés qui sont à la base des stéréotypes de genre :

  • Les femmes sont plus sensibles et émotives que les hommes, elles n’ont donc pas les compétences nécessaires pour diriger des équipes.
  • Elles ne savent pas faire des affaires, elles ne connaissent pas les finances.
  • Les femmes sont plus aptes à s’occuper de leurs enfants.
Entreprise avec un plafond de verre.
Les entreprises reproduisent des modèles sociaux qui perpétuent l’exclusion des femmes des postes de décision. Elles sont autorisées à accéder à certains niveaux d’emploi, mais elles ne peuvent pas progresser dans leur carrière.

Dans quelles performances voit-on le plafond de verre ?

Le plafond de verre fait référence à des barrières invisibles ou implicites. En somme, à des pratiques qui passent inaperçues. Voyons quelques exemples :

  • Des postes budgétaires, un soutien ou une participation à des projets sont décidés lors de réunions informelle auxquelles une femme ne peut pas assister.
  • Une femme est parfois forcée indirectement de choisir entre son travail et sa vie de famille. Par exemple : une femme devenue mère qui travaille dans une entreprise qui n’est pas favorable à la parentalité.
  • À travail égal, les hommes perçoivent un salaire plus élevé que les femmes.
  • L’intimidation et le harcèlement au travail sont également un frein à la croissance des femmes. Cela est évident via les commérages malveillants qui remettent en cause le talent de la femme.
  • Certaines descriptions de postes correspondent à un profil masculin, de sorte que les candidats masculins sont toujours plus adaptés que les femmes.



Pourquoi est-il important de briser le plafond de verre ?

Le plafond de verre soutient la discrimination et, en tant que telle, l’injustice. Il bloque les opportunités de nombreuses femmes à travers le monde, limitant ainsi leur potentiel et leur développement.

Il est également important de mettre un terme à cette situation, car elle influe sur l’autonomie économique des femmes. Les écarts entre les sexes au niveau du travail poussent les femmes à travailler dans des secteurs de l’économie submergés, avec des salaires précaires et non formalisés. Aussi qu’ils se trouvent dans les sols dits collants, c’est-à-dire avec des difficultés à décoller.

Le plafond de verre ne passe pas si inaperçu et la leçon qu’il véhicule est claire : les femmes ne sont pas adaptées à certains métiers. S’il n’y a pas de femmes modèles dans certains domaines (par exemple, dans les disciplines de la technologie et de l’information), c’est que ce n’est pas une place pour elles.

C’est une idée que les personnes intériorisent dès leur plus jeune âge, notamment après 6 ans. À long terme, cette idée influence également les choix à l’âge adulte.

Écoliers dans la nature.
Les enfants intériorisent les concepts de genre dès leur plus jeune âge. Une éducation qui considère l’égalité hommes-femmes aidera à changer le plafond de verre.



“Elles ont déjà réalisé beaucoup de choses ces dernières années”

Il faut faire très attention aux justifications ou aux idées qui circulent autour des femmes, de leurs acquis et de leurs droits. Il est courant d’entendre des personnes dire que la situation des femmes a changé ces derniers temps et que des temps meilleurs viendront.

Certes, nous assistons à une période de changement, mais la question est de savoir pourquoi nous devrions nous battre pour cela. Pourquoi à droits égaux, il n’y a pas de possibilités égales ? En d’autres termes, aujourd’hui les femmes (pas toutes !) ont rejoint le marché du travail, mais leur croissance et leur épanouissement ont une limite.

Personne ne devrait douter du fait que les femmes sont capables d’être des leaders, d’assumer des responsabilités ou d’occuper de hauts postes. Les organisations doivent être en mesure de promouvoir la diversité au sein de leur personnel, car cette diversité enrichit et accroît la créativité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Journée internationale des droits des femmes : la génération de l’égalité
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Journée internationale des droits des femmes : la génération de l’égalité

Quelle est l'origine de la Journée internationale des droits des femmes ? Quelles sont les avancées actuelles en matière d'égalité des genres ?



  • Jiménez, R. G. P., & Fernández, C. J. (2016). La brecha de género en la educación tecnológica. Ensaio: Avaliação e Políticas Públicas em Educação24, 743-771.
  • Roig, A. E., & Hurtado, M. J. R. (2007). La brecha digital: género y juegos de ordenador. REICE. Revista Iberoamericana sobre Calidad, Eficacia y Cambio en Educación5(1), 63-77.
  • Piedra, J., García-Pérez, R., Fernández-García, E., & Rebollo, M. A. (2014). Brecha de género en educación física: actitudes del profesorado hacia la igualdad. Revista Internacional de Medicina y Ciencias de la Actividad Física y del Deporte/International Journal of Medicine and Science of Physical Activity and Sport14(53), 1-21.
  • Reina, M. D. C. M., & Cea, M. V. (2009). Actitud en niños y adultos sobre los estereotipos de género en juguetes infantiles. CIENCIA ergo-sum, Revista Científica Multidisciplinaria de Prospectiva16(2), 137-144.