Qu’est-ce que le T-DM1 et à quoi sert-il ?

3 mai 2020
18 à 20 % des cancers du sein métastatiques sont HER-2+, c'est-à-dire qu'ils présentent une surexpression de l'oncogène HER2. Un nouveau médicament T-DM1 a été développé pour traiter ce type de tumeur. Voyons de quoi il s'agit.

Le T-DM1 est un nouveau médicament antinéoplasique, unique et sélectif, approuvé par l’EMA pour le traitement du cancer du sein HER-2 positif avancé. HER-2 est une protéine connue sous le nom de “récepteur 2 du facteur de croissance épidermique”. Elle favorise la croissance des cellules cancéreuses. On le trouve dans le commerce sous le nom de Kadcyla.

Le T-DM1 se compose de deux éléments. L’un est le médicament que l’on connaît déjà sous le nom de trastuzumab, qui est un anticorps anti-HER2. Et l’autre est une molécule cytotoxique antimicrobienne -le DM1. Le fait qu’il s’agisse d’un anti-microtubules cytotoxique fait référence à sa capacité à bloquer la synthèse des microtubules lors de la division cellulaire, un mécanisme que nous verrons plus loin en détail.

Efficacité du T-DM1

Un patient prenant du T-DM1

18 à 20 % des cancers du sein métastatiques sont HER-2+. Autrement dit, ils se caractérisent par une surexpression et/ou une amplification de l’oncogène HER2. Avant le développement de thérapies anti-HER2 spécifiques, le pronostic des patients atteints de tumeurs HER-2+ était nettement plus mauvais que celui des autres.

Un oncogène est un gène dont la mutation ou la capacité de transformation induit la formation d’un cancer dans une cellule.

Cependant, avec le développement du trastuzumab, approuvé en 2000, le mauvais pronostic du cancer du sein HER2+ par rapport à HER2- a été contré.

En 2014, on a mis sur le marché un deuxième médicament anti-HER2. Il s’agit du pertuzumab. Ce dernier médicament prolonge encore la survie globale dans le traitement de première ligne du cancer du sein HER2+ avancé.

Quant au traitement de deuxième ligne du cancer du sein HER2+ avancé, le seul qui était approuvé à ce jour était une combinaison de chimiothérapie avec la capécitabine plus le lapatinib – un inhibiteur de la tyrosine kinase HER2/ERGFR.

Une étude d’enregistrement appelée EMILIA a comparé le traitement par T-DM1 au traitement par lapatinib plus capécitabine chez des patientes atteintes de ce type de cancer du sein qui avaient été précédemment traitées par le trastuzumab plus un taxane.

Les résultats de cette étude ont montré une augmentation de la survie sans progression, une augmentation de la survie globale et un profil d’effets secondaires mieux tolérés ainsi qu’un retard significatif des symptômes dans le temps jusqu’à la progression avec le traitement au T-DM1.

Mécanisme d’action : comment le T-DM1 affecte-t-il l’organisme ?

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, le T-DM1 est formé par la combinaison de deux médicaments : le trastuzumab et le DM1. Le T-DM1 combine les mécanismes d’action de ces deux médicaments :

  • Comme le trastuzumab, le T-DM1 est capable de se lier à HER2 et de bloquer la croissance des cellules tumorales qui surexpriment ce facteur de croissance
  • Il possède également le mécanisme d’action du DM1, c’est-à-dire qu’il est capable de se lier à la tubuline

En inhibant la tubuline, il empêche la cellule cancéreuse de se diviser. Cela entraîne finalement la mort de la cellule par apoptose. Les résultats des essais de cytotoxicité in vitro montrent que le DM1 est de 20 à 200 fois plus puissant que les taxanes et les alcaloïdes du Vinca.

Lisez également : Est-il possible de prévenir le cancer du sein ?

Effets indésirables du T-DM1

La poitrine d'une femme avec un noeud

Les effets indésirables des médicaments sont tous les effets non désirés et non intentionnels qui se produisent comme prévu avec un traitement par un médicament.

Les effets secondaires les plus fréquemment signalés furent des nausées, de la fatigue et des céphalées. Ils ont été vécus par ≥25 % des patients. En ce sens, la sécurité du T-DM1 a été évaluée chez un total de 1871 patientes atteintes d’un cancer du sein dans différents essais cliniques et il a été observé que les réactions graves les plus fréquentes étaient :

  • Hémorragie
  • Dyspnée
  • Douleurs osseuses et musculaires
  • Douleurs abdominales
  • Thrombocytopénie
  • Vomissements

Cet article peut également vous intéresser : Selon une étude, cet “aliment” pourrait nous protéger face au cancer du sein

Conclusion

Les données rapportées par les études démontrent que le T-DM1 est une avancée très pertinente dans le traitement du cancer du sein HER2+ avancé. Il produit une amélioration de la survie chez les patientes précédemment traitées par le trastuzumab.

Cependant, malgré ces progrès, la maladie métastatique HER2+ reste incurable. Il faut donc trouver de nouvelles thérapies plus efficaces et mieux tolérées. Il est donc essentiel de poursuivre la recherche active sur le cancer du sein.

 

  • Verma, S., Miles, D., Gianni, L., Krop, I. E., Welslau, M., Baselga, J., … Blackwell, K. (2012). Trastuzumab emtansine for HER2-positive advanced breast cancer. New England Journal of Medicine. https://doi.org/10.1056/NEJMoa1209124
  • Barok, M., Joensuu, H., & Isola, J. (2014). Trastuzumab emtansine: Mechanisms of action and drug resistance. Breast Cancer Research. https://doi.org/10.1186/bcr3621
  • Junttila, T. T., Li, G., Parsons, K., Phillips, G. L., & Sliwkowski, M. X. (2011). Trastuzumab-DM1 (T-DM1) retains all the mechanisms of action of trastuzumab and efficiently inhibits growth of lapatinib insensitive breast cancer. Breast Cancer Research and Treatment. https://doi.org/10.1007/s10549-010-1090-x