Qu'est-ce que l'intersexe ?

Avez-vous des doutes sur ce qu'est l'intersexe ? Aujourd'hui, nous allons discuter de ses caractéristiques, de sa classification et de certaines idées fausses qui l'ont précédé.
Qu'est-ce que l'intersexe ?
Leonardo Biolatto

Relu et approuvé par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 22 décembre, 2022

La plupart de la population interprète la sexualité du point de vue du binarisme. C’est-à-dire avec les étiquettes homme et femme. Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à un réveil dans la façon dont les genres sont catalogués. Dans de nombreux cas, étayés par des preuves scientifiques. Aujourd’hui, nous allons vous parler de ce qu’est l’intersexe et de ses caractéristiques.

Intersexe est une étiquette qui se démarque des autres, comme transgenre ou transsexuel. Cependant, pour une bonne partie de la population, il fait référence à la même chose ou en ignore complètement le sens. Dans les prochaines lignes, nous expliquerons méticuleusement ce que c’est, pourquoi vous devriez le savoir et certaines idées fausses à son sujet.

Caractéristiques de l’intersexe

Intersexe est un mot général utilisé pour décrire une variété de conditions caractérisées par la modification de l’anatomie sexuelle, reproductive, hormonale ou génétique d’une personne. Cela exclut l’utilisation de normes masculines ou féminines classiques.

Le terme est relativement nouveau. Dans un article publié en 2006, la Lawson Wilkins Pediatric Endocrine Society (LWPES) et la Société européenne d’endocrinologie pédiatrique (ESPE) ont convenu d’appeler toutes ces affections des troubles du développement sexuel.

L’utilisation de cette étiquette n’est pas sans controverse, puisque certains chercheurs l’utilisent pour regrouper également le syndrome de Klinefelter ou le syndrome de Turner. Quelle que soit la nomenclature, l’important est que l’intersexe se caractérise par une ambiguïté génitale, hormonale ou génétique (cette dernière génère plus de controverse).

Par exemple, une personne peut avoir des organes sexuels masculins à l’extérieur ; mais à l’intérieur des organes féminins (ou vice versa). Il peut également désigner les hommes avec un très petit pénis ou les femmes avec un très gros clitoris. Un trouble de la séquence génétique peut fournir des cellules XX (mâle) ou XY (femelle) chez la même personne.

Classification des intersexes

Si l’utilisation de la terminologie est controversée, la classification l’est aussi. Ceux-ci sont souvent appelés états intersexes.

Le problème est que, même si l’intersexe a fait l’objet d’études de milliers de scientifiques, il s’agit en réalité d’une condition qui n’a pas de paramètres de détermination fixes. Dans de nombreux cas, comme nous le verrons plus loin, l’attribution de l’étiquette intersexe se fait de manière subjective.

Problèmes de genre dans les intersexes.
La classification et la nomenclature de ces situations ne font pas l’objet d’un consensus unique à travers le monde.

Pseudohermaphrodisme masculin

Ce groupe comprend les personnes dont les testicules ou les organes génitaux ne se sont pas complètement développés. Il a également des sous-catégories (légère, sévère ou atypique).

La condition la plus importante dans cette catégorie est le syndrome d’insensibilité aux androgènes, également connu sous le nom de syndrome de Morris. Certaines de ses caractéristiques sont les suivantes :

  • Vagin aveugle.
  • Absence de poils aux aisselles et sur le pubis.
  • Des niveaux de testostérone similaires à ceux d’un homme en bonne santé.

Pseudohermaphrodisme féminin

Il est également connu sous le nom d’hyperplasie congénitale des surrénales ou, dans certains contextes, de syndrome adrénogénital. Il est divisé en classique, doux, masculinisant et atypique.

Certaines caractéristiques qui se distinguent dans ce groupe sont les suivantes :

  • Phénotype aux traits masculins.
  • Vagin et utérus normaux dans le classique ou doux. Dans la masculinisation, les organes génitaux externes ont tendance à se développer avec une apparence masculine.
  • Clitoris hypertrophié.

Véritable hermaphrodisme

Le véritable hermaphrodisme est une affection qui concerne les personnes nées avec des cellules ovariennes et testiculaires. Selon les preuves, les symptômes les plus courants sont les organes génitaux ambigus, l’hypertrophie du clitoris et l’hypospadia (l’ouverture de l’urètre n’est pas à l’extrémité du pénis). Dans tous les cas, la patiente a à la fois des testicules et des ovaires.

Dysgénésie gonadique

Enfin, la dysgénésie gonadique désigne une variété d’affections caractérisées par un mauvais développement des gonades (ovaires ou testicules). Les chercheurs soulignent que le plus fréquent de tous est le syndrome de Turner, dont nous avons déjà parlé, avec 1 cas tous les 2500 naissances.

Parmi ses caractéristiques distinctives, nous soulignons les suivantes :

  • Absence de puberté.
  • Infertilité
  • Infantilisme sexuel.
  • Absence de caractères sexuels secondaires.
Chromosomes sexuels.
L’intersexe génétique est le plus discuté de tous, car sa classification et sa typification ne sont pas claires.

Ces quatre catégories sont utilisées pour décrire les cas intersexes. Bien entendu, de nombreux patients peuvent être regroupés en plusieurs et les étiquettes ne suffisent parfois pas à décrire complètement les épisodes.

Quelle est la fréquence de l’intersexe ?

Compte tenu de l’ambiguïté du terme intersexe, puisque dans de nombreux cas le diagnostic est posé de manière subjective, on ne sait pas à quel point l’intersexe est commun. La biologiste et experte en études de genre, Anne Fausto-Sterling, a proposé il y a quelques décennies que le nombre de personnes intersexes pourrait représenter environ 1,7 % de la société.

Ce chiffre n’est pas sans controverse, puisque certains chercheurs l’ont sévèrement critiqué. Ils affirment que la prévalence est plus faible, car de nombreuses affections intégrées dans les catégories décrites ne peuvent être considérées comme faisant partie de l’intersexualité. En ce sens, le nombre réel pourrait rester supérieur à 0,018%.

Il est important d’ajouter une variable supplémentaire : toutes les personnes intersexes ne sont pas diagnostiquées. En fait, beaucoup d’entre eux atteignent la fin de leur vie sans en être conscients. Cela se produit avec des troubles génétiques ou ceux dans lesquels le développement génital externe n’a pas subi de modifications.

Idées fausses sur l’intersexe

Pour clore cet article sur l’intersexualité, nous signalerons quelques idées reçues à son sujet. Au début nous disions qu’il ne fallait pas le confondre avec le terme transgenre ou transsexuel. Un intersexe n’est pas un transgenre, ni un transsexuel.

S’il est vrai qu’une personne intersexe peut s’identifier à un moment de sa vie comme transgenre, cela n’implique pas que tout le monde soit considéré comme tel. De même, les options de traitement basées sur la chirurgie ou les hormones n’impliquent pas qu’ils deviennent transsexuels.

Cette dernière nous amène à l’idée fausse suivante : c’est une condition qui doit toujours être traitée dans l’enfance. Comme le souligne Amnesty International, ses conséquences peuvent être ressenties sur le plan psychologique, sur l’identité de genre, la santé et la vie sexuelle. De nombreuses interventions, de toute façon, sont inutiles ou conditionnent complètement l’avenir de l’enfant.

Une autre idée fausse est que tout le monde a une apparence féminine ou androgyne. De nombreux cas d’intersexe n’ont rien à voir avec l’apparence physique.

Bien que nous ayons utilisé le terme hermaphrodite dans les catégories de classification, c’est un mot avec lequel très peu de personnes intersexes se sentent identifiées. Il n’est utilisé que dans la littérature médicale.

Cela pourrait vous intéresser ...
Asexualité : ne pas ressentir de désir sexuel
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Asexualité : ne pas ressentir de désir sexuel

Découvrez dans cet article comment se présente une asexualité, ce que cela veut dire et comment vivre cela dans un couple.



  • Breehl, L., & Caban, O. Genetics, Gonadal Dysgenesis. StatPearls [Internet]. 2020.
  • Hughes, I. A., Houk, C., Ahmed, S. F., Lee, P. A., & Society, L. W. P. E. Consensus statement on management of intersex disorders. Journal of pediatric urology. 2006; 2(3): 148-162.
  • Sax L. How common is intersex? a response to Anne Fausto-Sterling. J Sex Res. 2002 Aug;39(3):174-8.
  • Yordam N, Alikasifoglu A, Kandemir N, Caglar M, Balci S. True hermaphroditism: clinical features, genetic variants and gonadal histology. J Pediatr Endocrinol Metab. 2001 Apr;14(4):421-7.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.