Symptômes de la discopathie dégénérative

24 juillet 2020
Au fur et à mesure que nous vieillissons, les disques intervertébraux s'abîment. Cela peut entraîner une discopathie dégénérative chez certaines personnes.

La discopathie dégénérative n’est pas vraiment une maladie. Il s’agit plutôt d’un terme utilisé pour décrire les changements normaux qui se produisent dans les disques intervertébraux avec l’âge. Les disques vertébraux agissent comme des amortisseurs de la colonne vertébrale, lui permettant ainsi de se plier et de tourner.

En cas de discopathie dégénérative, les ouvertures de passage des nerfs de la colonne rétrécissent et n’amortissent plus les impacts, surtout lors des sauts ou de la course. Par ailleurs, cette affection se manifeste la plupart du temps dans les disques des lombaires et des cervicales.

Quelles sont les causes de la discopathie dégénérative ?

Une femme assise au bureau qui a mal au dos à cause de la discopathie dégénérative

Au fur et à mesure que nous vieillissons, les disques intervertébraux s’abîment. Cela peut entraîner une maladie dégénérative du disque chez certaines personnes. Parmi les changements dus à l’âge, nous pouvons citer :

  • Perte de liquide dans les disques : cela fait perdre aux disques leur capacité d’agir en tant qu’amortisseurs. Cette perte diminue également l’épaisseur du disque et la distance entre chaque vertèbre
  • Fissures dans la couche externe du disque : la matière gélatineuse du disque sort et cause la rupture du disque

Les personnes fumeuses, obèses ou qui réalisent des travaux physiques lourds sont plus susceptibles de souffrir de ces changements. De même, l’usure, une mauvaise posture et des mouvements incorrects du corps peuvent également affaiblir le disque et entraîner sa dégénération.

Symptômes de la discopathie dégénérative

Cette maladie peut provoquer des douleurs dans la nuque ou le dos en fonction de l’emplacement des disques usés. Toutefois, si le disque affecté se trouve dans la nuque, cela peut causer des douleurs dans la nuque mais aussi dans le bras. En revanche, si le disque usé se situe dans le dos, la douleur peut apparaître dans le dos, mais également dans les fessiers ou les jambes.

La plupart du temps, la douleur est plus intense lors des mouvements de flexion, d’étirements ou de torsion. Elle peut aussi survenir à la suite d’une blessure, même après avoir effectué un mouvement normal tel que se pencher pour ramasser un objet. Dans d’autres cas, il est possible de sentir des fourmillements et des picotements dans une jambe ou un bras.

En réalité, la dégénération du disque fait partie du processus naturel de vieillissement. Avec le temps, nous finissons tous par expérimenter des affections dans leur colonne vertébrale en fonction de son degré d’usure.

Cependant, tous les individus ne développent pas de symptômes. En effet, la discopathie dégénérative du disque est très variable en nature et en gravité.

Lisez également : 5 exercices pour renforcer votre colonne vertébrale

Diagnostic de la maladie dégénérative du disque

Un examen de la colonne vertébrale chez une femme souffrant de discopathie dégénérative

Cette maladie se diagnostique par le biais d’un examen physique et un questionnement sur les symptômes, les lésions, les maladies, habitudes et activités réalisées. Lors de cet examen, le médecin évalue l’amplitude des mouvements de la zone affectée et s’il y a des douleurs dues au mouvement.

Le spécialiste cherchera également les zones de sensibilité ainsi que les changements associés aux nerfs comme les fourmillements, les picotements ou la faiblesse dans la région endommagée. Il ou elle vérifiera aussi d’autres affections telles que les fractures, les tumeurs ou les infections.

D’autre part, le diagnostic par imagerie est utilisé dans les cas suivants :

  • Symptômes à la suite d’une lésion
  • Soupçon d’une lésion nerveuse
  • D’autres affections qui peuvent endommager la colonne vertébrale

Découvrez davantage : Routine d’exercices pour renforcer les cervicales

Quel est le traitement ?

Pour soulager la douleur, on peut appliquer du froid ou de la chaleur selon ce qui nous fait du bien dans la zone affectée. En outre, le médecin prescrira des anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’ibuprofène, ou le naproxène. Si cela est nécessaire, il peut également recommander des médicaments plus puissants.

Le traitement pharmacologique peut être complété par des séances de physiothérapie et des exercices permettant de renforcer et d’étirer le dos.Dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. En général, l’opération consiste à extraire le disque abîmé. Cependant, l’os est parfois fixé de façon permanente pour protéger la moelle épinière.

Enfin, si le problème de santé est une hernie discale, de l’arthrose ou une sténose vertébrale, il est fort probable qu’il faille recourir à d’autres traitements.

 

  • Cano-Gómez, C., Rodríguez De La Rúa, J., García-Guerrero, G., Juliá-Bueno, J., & Marante-Fuertes, J. (2008). Fisiopatología de la degeneración y del dolor de la columna lumbar TEMA DE ACTUALIZACIÓN. Rev. esp. cir. ortop. traumatol. (Ed. impr.).

  • Wybier, M. (2015). Diagnóstico por imagen de la patología lumbar degenerativa. EMC – Aparato Locomotor. https://doi.org/10.1016/s1286-935x(15)71133-0

  • Comuñas, F. (2000). Dolor radicular. Revista Sociedad Española Del Dolor Supl. II.