Taux de triglycérides élevé : causes et symptômes

Lorsqu'un médecin vous dit que vous avez un taux de triglycérides élevé, il est naturel que vous vous inquiétez. Découvrez ici quelles sont les causes possibles et quels symptômes se manifestent lorsque ce trouble est présent.
Taux de triglycérides élevé : causes et symptômes

Dernière mise à jour : 04 juin, 2022

Dans la croyance populaire, un taux de triglycérides élevé est associé à une alimentation très riche en graisses. Cependant, il n’en est pas toujours ainsi.

Si vous avez un taux de triglycérides élevé, ne paniquez pas. Il est nécessaire d’enquêter avec le médecin sur le fond du problème pour le résoudre correctement.

Que sont les triglycérides ?

Les triglycérides sont une variété de lipides qui circulent dans le sang humain et sont présents dans certains tissus de la composition corporelle. Ce n’est pas une substance étrangère, mais son élévation dans le plasma pose des problèmes.

Dans le métabolisme normal, cette graisse est une source d’énergie de réserve. Lors de l’ingestion de nourriture, les cellules lipidiques, appelées adipocytes, emprisonnent les triglycérides à l’intérieur pour les utiliser le moment venu.

Dans les situations qui nécessitent plus de dépenses caloriques, telles que des exercices physiques prolongés ou une période hivernale froide, le corps utilise ces réserves pour générer de la chaleur. Ce n’est pas un mécanisme exclusif à l’être humain, de nombreux animaux l’utilisent de la même manière.

Un taux de triglycérides élevé peut contribuer au durcissement des artères et à la formation de plaque sur leurs parois. De plus, il peut provoquer une pancréatite aiguë, il constitue donc un paramètre de laboratoire à surveiller.

Au-delà du fait que chaque laboratoire a ses paramètres biochimiques avec lesquels il établit la normalité, certaines valeurs sont considérées comme adéquates. On parle de taux de triglycérides élevé lorsqu’il y a plus de 150 milligrammes par décilitre de sang.

Cette concentration élevée est associée à un risque cardiovasculaire accru, d’infarctus aigu du myocarde et d’accident vasculaire cérébral. Au-delà de 200 milligrammes par décilitre, le taux est considéré comme très élevé, et au-delà de 500, il faut faire preuve d’une extrême prudence.

Que sont les triglycérides ?
Les triglycérides font partie de la réserve énergétique de l’organisme. Cependant, à des niveaux élevés, ils peuvent avoir des conséquences graves.



Les causes d’un taux de triglycérides élevé

L’une des principales causes est une mauvaise alimentation, mais ce n’est pas la seule. La sédentarité, la génétique et certaines maladies systémiques sont d’autres facteurs de risque.

1. Régime alimentaire

En matière de régime alimentaire, ce sont les graisses saturées et les graisses trans qui augmentent le cholestérol et les triglycérides. Les premières augmentent également le mauvais cholestérol ou LDL.

Les graisses saturées sont surtout concentrées dans les produits laitiers d’origine animale, comme le fromage, le lait et le beurre. La viande rouge fournit également de grandes quantités de triglycérides, en particulier les coupes moins maigres.

Les graisses trans ont un double effet négatif, qui consiste à faire baisser le bon cholestérol et à augmenter ceux qui obstruent les artères. On les retrouve principalement dans les produits ayant subi une hydrogénation lors de leur fabrication.

2. Maladies concomitantes

Les pathologies les plus associées à une augmentation des triglycérides sanguins sont les suivantes :

  • Hypothyroïdie
  • Syndrome des ovaires polykystiques
  • Diabète
  • Insuffisance rénale

3. Mode de vie

Le manque d’exercice et la sédentarité sont des facteurs de risque connus des maladies cardiovasculaires. Dans une large mesure, le problème réside dans l’augmentation des triglycérides et du cholestérol qui survient lorsque la personne ne pratique aucun sport.

Si l’on ajoute à cela de mauvaises habitudes comme le tabac ou l’alcoolisme, le risque augmente. Il existe même des recherches qui montrent que le mode de vie de la mère peut modifier les niveaux de lipides chez ses bébés pendant la grossesse.

4. Génétique

Au-delà de la maladie dite « de l’hypercholestérolémie familiale », dans laquelle les bases génétiques sont claires, l’hérédité est un autre facteur. Lorsque les parents ou les grands-parents ont souffert de ce trouble, leurs enfants et petits-enfants sont plus susceptibles de l’avoir également.

5. Autres causes possibles

En plus des facteurs déjà mentionnés, il existe d’autres qui favorisent leur apparition. Parmi les situations les plus notables, figurent les suivantes :

  • Surpoids ou obésité
  • Prise de médicaments
  • Maladies de la glande thyroïde
  • Diabète de type 2 mal contrôlé
  • Pathologies rénales ou hépatiques
  • Syndrome des ovaires polykystiques

Pas de symptômes, mais des complications

Un taux de triglycérides élevé ne se manifeste pas par des symptômes spécifiques. Aucun signe ne peut être attribué à l’augmentation de ces substances dans le sang.

Il y a toutefois des complications dérivées du trouble. Cela représente un gros problème pour la clinique médicale. Parfois, le patient arrive à une salle d’urgence en raison d’un événement coronarien dérivé d’un taux de triglycérides élevés dont il ignorait l’existence.

La valeur des lipides sanguins doit être surveillée chez les personnes obèses, chez celles ayant des antécédents familiaux et chez celles présentant d’autres facteurs de risque cardiaque, comme les hypertendus et les diabétiques.

Cependant, la détection d’une valeur normale n’exclut pas la probabilité d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral chez les personnes présentant d’autres comorbidités.

Test des triglycérides
Un taux de triglycérides élevé n’a pas de manifestations cliniques évidentes. Par conséquent, en cas de suspicion, il convient d’effectuer une analyse en laboratoire.



Que faire en cas de taux de triglycérides élevé ?

Des mesures peuvent être prises pour abaisser le taux de triglycérides sanguins. Si nécessaire, le médecin prescrira un médicament spécifique, comme les statines.

Dans tous les cas, les recommandations internationales et les études scientifiques en la matière s’accordent à dire que si les statines ne sont pas associées à un changement d’hygiène de vie, l’effet ne durera pas. Parmi les modifications prescrites, figurent les suivantes :

  • Diminution de la quantité de graisses saturées et de graisses trans dans l’alimentation.
  • Pratique d’une activité physique régulière.
  • Absence de tabac
  • Consommation d’alcool modérée
  • Perte de poids
  • Consommation de sucre et de glucides raffinés modérée

Si les valeurs détectées dépassent 500 milligrammes par décilitre, le traitement doit être associé à des médicaments autres que les statines. Par exemple, des suppléments de fibrates, de niacine ou d’oméga-3.

Dans tous les cas, il ne faut pas ignorer un taux de triglycérides élevé. Sa présence silencieuse représente un risque latent qui, heureusement, peut être maîtrisé s’il est détecté à temps.

Cela pourrait vous intéresser ...
Un programme alimentaire d’une semaine pour réduire son taux de triglycérides
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Un programme alimentaire d’une semaine pour réduire son taux de triglycérides

Avec ce programme alimentaire, vous limiterez votre consommation de mauvaises graisses et de calories, et réduirez ainsi votre taux de triglycéride...



  • Laufs U, Parhofer KG, Ginsberg HN, Hegele RA. Clinical review on triglycerides. Eur Heart J. 2020;41(1):99-109c. doi:10.1093/eurheartj/ehz785
  • Reichl, D., et al. “Efectos del cambio de ambiente sobre los niveles de triglicéridos y de colesterolemia en jóvenes adultos cubanos.” Revista Cubana de Medicina 4.3 (2019).
  • Casas, Nuria Virgili, Maria de Talló Forga Visa, and Eva M. García Raimundo. “Dieta controlada en triglicéridos de cadena larga y de cadena media.” Nutrición y dietética clínica. Elsevier, 2019.
  • Carranza-Madrigal, Jaime. “Triglicéridos y riesgo cardiovascular.” Medicina interna de México 33.4 (2017): 511-514.
  • Goya, Iñaki Lekuona, and Miren Morillas Bueno. “Tratamiento de las dislipemias en situaciones especiales.” Revista Española de Cardiología Suplementos 12 (2012): 26-32.
  • Moré, Ahmed Amaury Ruiz, et al. “Alteraciones en lípidos de neonatos debido a tabaquismo e hipertensión en sus madres.” Revista Mexicana de Patología Clínica y Medicina de Laboratorio 56.1 (2009): 4-9.
  • Stoll, Mario, and Nicolás Dell’Oca. “Genética de la hipercolesterolemia familiar.” Revista Uruguaya de Cardiología 34.3 (2019): 239-259.
  • Ascaso, Juan F., et al. “Documento de consenso sobre el manejo de la dislipemia aterogénica de la Sociedad Española de Arteriosclerosis.” Clinica e investigación en Arteriosclerosis 29.2 (2017): 86-91.
  • Pedro-Botet, Juan, et al. “Triglicéridos, colesterol HDL y dislipidemia aterogénica en la guía europea para el control de las dislipidemias 2019.” Clínica e Investigación en Arteriosclerosis (2020).
  • Bouza, María de Jesús Sánchez, et al. “Edad, sexo, triglicéridos y obesidad: su asociación como factores de riesgo cardiometabólico en personas supuestamente saludables.” Revista Mexicana de Patología Clínica y Medicina de Laboratorio 65.2 (2018): 101-105.