Thiopental : voie d’administration et contre-indications

14 février 2019
Le thiopental est un médicament utilisé comme anesthésique. Il appartient à la famille des barbituriques et est également appelé thiopental de sodium.

Le thiopental est un médicament utilisé comme anesthésique général. Cette substance appartient au groupe des barbituriques, utilisés comme sédatifs et analgésiques pour leur action dépressive du système nerveux central. On peut également le trouver sous le nom de thiopental de sodium. En effet, il s’agit d’un médicament dérivé de l’acide thiobarbiturique.

De nos jours, il est peu utilisé étant donné qu’il existe d’autres médicaments qui produisent moins d’effets secondaires avec des doses plus faibles. Les patients ont commenté qu’après s’être réveillés de l’anesthésie, ils se sentaient lents et légèrement désorientés. En effet, une grande majorité des témoignages mentionne un effet qui ressemble à l’état de la gueule de bois.

A voir également : Méthode naturelle pour abaisser la pression artérielle en 5 minutes sans médicaments

thiopental

Dans les faits, il s’agit d’un médicament à action ultra-brève qui a été expérimenté pour induire le patient en état d’hypnose. Cependant, il a été scientifiquement prouvé qu’il ne s’agissait que d’un anesthésique avec quelques minutes d’effets.

Quel est le mécanisme d’action du thiopental ?

Le thiopental, comme tous les barbituriques, se lie aux récepteurs GABA. Ce mécanisme d’action est identique à celui d’autres relaxants, tels que les benzodiazépines (bien que le sous-type de récepteur soit différent).

Lorsque la substance se lie au récepteur, tout deux forment un complexe de liaison qui module la transmission d’informations au système nerveux central.

L’effet sédatif et anesthésique est le résultat final de l’interaction. En cas de crises, cela les bloquera également en modulant le neurotransmetteur GABA, de sorte qu’il est également utilisé comme anticonvulsivant.

En calmant le patient, la personne entre dans un état de tranquillité qui réduit le métabolisme cérébral. Les besoins en nutriments étant très faibles, l’apport sanguin diminue également. Pour cette raison, il sert à réduire le flux sanguin et donc la pression intracrânienne.

À quoi sert le thiopental ?

L’indication principale pour l’utilisation de thiopental est l’intubation orotrachéale. Les caractéristiques de ce médicament à l’action anesthésique ultra-courte en font le candidat idéal. Le plus intéressant en ce sens, c’est qu’à des doses très faibles, il supprime le réflexe pharyngé et facilite ainsi l’intubation.

Ceci est particulièrement utile dans les situations d’urgence où le patient ne ventile pas correctement et a subi un traumatisme à la bouche, de sorte qu’il y ait du sang, des corps étrangers (objets, dents, etc.) qui gênent la visualisation du chemin à suivre pour l’intuber. Dans ce cas, les spécialistes choisissent généralement l’anesthésie par inhalation.

Les médecins l’utilisent comme anesthésique général lors d’interventions brèves. Comme nous l’avons mentionné précédemment, il a été progressivement abandonné et l’utilisation d’autres types de médicaments est généralement préférable. Principalement parce qu’il est anesthésiant et sédatif, mais pas analgésique. C’est-à-dire que cela ne réduit pas la douleur. Cela ne fait que détendre le patient.

Il existe des situations très spécifiques dans lesquelles il peut être une option à prendre en compte. Par exemple, lorsque des patients ayant subi un traumatisme à la tête ont une hypertension artérielle crânienne réfractaire, on peut y avoir recours pour préparer la neurochirurgie.

Les spécialistes l’utilisent également dans le cas de patients psychiatriques ayant des convulsions ne répondant pas aux autres traitements.

A voir aussi : Quelle alternative aux médicaments pour traiter la dépression ?

Quelles sont les contre-indications du thiopental ?

thiopental

Il existe plusieurs contre-indications de thiopental comme celles listées ci-dessous :

  • Une hypersensibilité aux barbituriques : cela signifie qu’avec une petite dose, l’effet sur le patient est très intense et de longue durée. L’anesthésie causera probablement une dépression respiratoire.
  • Le fait de le mélanger avec d’autres dépresseurs du système nerveux central, et en particulier de l’alcool, puisqu’ils fonctionnent de manière très similaire.
  • La grossesse et l’allaitement : le thiopental passe dans le fœtus et provoque donc une dépression du système nerveux du bébé.
  • Le travail nécessitant la manipulation de substances dangereuses ou la conduite de véhicules : son effet sédatif réduit la capacité de concentration.

Quelles sont les voies d’administration du thiopental ?

Les médecins administrent toujours le thiopental à leurs patients par voie intraveineuse, à l’exception de l’anesthésie par inhalation pour intubation. Il existe plusieurs variétés dans la posologie, mais il est normal d’utiliser des injectables de 2-4 mg / kg, en tenant compte du fait que cette dose est variable et que chaque personne a une sensibilité différente. Les spécialistes commenceront donc par la quantité la plus faible et l’augmenteront peu à peu.

Il atteint un effet maximal une minute après l’administration et, comme indiqué précédemment, dure quelques minutes si aucune dose d’entretien ne le stabilise.