Viande de dinde et viande de poulet : quelles sont leurs différences ?

24 décembre 2020
Nous allons vous présenter les différences entre la viande de dinde et la viande de poulet, ainsi que les méthodes de cuisson les plus appropriées pour les deux. Même si elles se ressemblent, certains points permettent de les distinguer.

La viande de dinde et la viande de poulet sont deux produits sains qui peuvent être inclus dans l’alimentation. Toutes deux sont d’ailleurs recommandées pour améliorer l’état de santé des personnes, indépendamment de leur âge.

Les deux aliments font partie du groupe des viandes blanches. Celles-ci ont une meilleure réputation que les rouges, associées à un plus grand risque de développement de pathologies chroniques quand on les consomme de façon excessive. Nous devons par ailleurs éviter celles qui sont transformées par l’industrie car elles peuvent contenir de dangereux additifs avec des effets sur le métabolisme.

Viande de poulet

Cet aliment se démarque par son contenu en protéines, des nutriments qui sont indispensables pour garantir une bonne santé musculaire. Ces substances se caractérisent par leur haute valeur biologique, étant donné qu’elles contiennent tous les acides aminés essentiels et présentent des niveaux adéquats de digestibilité.

La viande de poulet a, par ailleurs, un faible pourcentage de graisse. Même s’il est vrai que les lipides qu’elle apporte sont de type saturés, ils ne représentent pas de risque pour la santé. L’avis de la science face à la consommation d’acides gras saturés a beaucoup évolué au cours de ces dernières années, comme le montre une étude publiée dans Critical Reviews in Food Science and Nutrition.

Il ne faut pas non plus oublier que cet aliment se distingue par son contenu en vitamines du groupe B. Ces micronutriments sont essentiels pour l’organisme et participent à un grand nombre de réactions métaboliques liées à l’obtention d’énergie. La vitamine B12 est par exemple une substance fondamentale pour prévenir l’anémie.

De la viande de poulet.

Le poulet est une viande blanche qui contient des vitamines du complexe B et des protéines.

Pour en savoir plus : Que sont les protéines et à quoi servent-elles ?

Viande de dinde

La viande de dinde se compose aussi de protéines avec une haute valeur biologique. En matière d’apport de nutriments, il n’existe quasiment pas de différences entre ces deux aliments. La seule chose que l’on peut spécifier est qu’en fonction de la partie de l’animal que l’on consomme, le nombre de ces protéines peut être plus haut ou plus bas.

Nous retrouvons cependant des différences significatives au niveau des graisses. La viande de dinde ne contient pas de lipides de type saturé. En fait, la quantité totale de graisse de la viande de dinde est assez inférieure à celle de la viande de poulet. La présence de cholestérol est aussi nettement inférieure.

Cela n’a cependant pas de conséquences sérieuses sur la santé. Les lipides saturés ne sont pas considérés comme nocifs, tant qu’ils sont de type cis et non trans.

Enfin, il faut souligner que la viande de dinde contient une plus grande quantité de calcium que celle de poulet : presque le triple. Cette donnée est intéressante au moment d’établir un régime pour prévenir les pathologies osseuses. L’ingestion régulière de calcium réduit en effet le risque de développer de l’ostéoporose à des âges avancés.

Ceci peut aussi vous intéresser : Quelle quantité de viande peut-on consommer par semaine ?

La préparation de la viande importe

Au moment de cuisiner la viande de dinde ou la viande de poulet, il faut prendre quelques points en considération. Le premier d’entre eux est que les meilleures options sont la plancha, le four ou la cuisson à l’eau. De cette façon, les acides gras ne sont pas modifiés et leur salubrité est assurée.

On doit éviter de frire ces aliments ou de les paner. Lors de ces situations, ces composés nocifs et même toxiques pour la santé humaine peuvent se créer, comme les lipides de type trans et l’acrylamide. Ces deux substances sont capables d’augmenter l’inflammation systémique, en affectant les organes, les tissus et les cellules.

Par ailleurs, le plus adéquat est de les accompagner de légumes. De cette façon, on assure un apport adéquat de micronutriments et d’antioxydants.

Si nous voulons aussi introduire un glucide, les meilleures options sont les tubercules, les légumineuses ou le riz complet. Il est important d’éviter, dans la mesure du possible, les pâtes et le pain car leur taux glycémique élevé peut être nocif pour le métabolisme des sucres en général.

De la viande blanche.

La viande de dinde ressemble beaucoup à la viande de poulet au niveau de son contenu nutritionnel, mais pas dans sa teneur en graisse.

Viande de dinde et viande de poulet : deux aliments sains

La viande de dinde et la viande de poulet peuvent toutes deux être incluses dans un régime sain. Elles doivent apparaître de façon habituelle dans l’alimentation car elles représentent l’une des meilleures sources de protéines à haute valeur biologique. Par ailleurs, il est bon que la consommation de viande blanche dépasse la consommation de viande rouge.

Dans tous les cas, les méthodes de cuisson ont une influence sur le résultat final des deux produits, qui ne présentent presque pas de différences significatives entre eux. L’idéal est de les préparer à la plancha ou au four, en sachant qu’il est aussi possible de les cuire à l’eau. Cela permet de conserver la salubrité des acides gras.

N’oubliez pas que la base de l’alimentation est la variété : il est donc recommandé d’alterner ces produits avec d’autres aliments ayant un contenu élevé en protéines, comme les œufs, les poissons et les produits laitiers.

  • Landi F., Calvani R., Tosato M., Martone AM., et al., Protein intake and muscle health in old age: from biological plausibility to clinical evidence. Nutrients, 2016.
  • Szajewska H., Szajewski T., Saturated fat controversy: importance of systematic reviews and meta analysis. Crit Rev Food Sci Nutr, 2016. 56 (12): 1947-51.
  • Cano A., Chedraui P., Goulis DG., Lopes P., et al., Calcium in the prevention of postmenopausal osteoporosis: EMAS clinical guide. Maturitas, 2018. 107: 7-12.
  • González, María Isabel Castro. “Ácidos grasos omega 3: beneficios y fuentes.” Interciencia 27.3 (2002): 128-136.
  • Manuzza, Marcela Alejandra, et al. “Índice glucémico y carga glucémica: su valor en el tratamiento y la prevención de las enfermedades crónicas no transmisibles.” Diaeta 36.162 (2018): 29-38.