Conseils d’alimentation pendant et après la radiothérapie

13 octobre 2020
La radiothérapie et l'alimentation peuvent agir de façon synergique. Par ailleurs, veiller à son alimentation dans ces situations réduit les effets secondaires du traitement.

Les processus oncologiques sont des maladies complexes qui requièrent un traitement précis combinant pharmacologie et régime alimentaire. Grâce à cela, un effet synergique entre les deux composants peut se produire, améliorant le pronostic. Nous allons ici vous offrir une série de conseils d’alimentation pendant et après la radiothérapie.

Au cours de ces dernières années, les recommandations nutritionnelles dans le cadre du cancer ont beaucoup changé. Auparavant, on défendait surtout un modèle hypercalorique et riche en glucides. Aujourd’hui, on a plutôt opté pour le contraire. La restriction des sucres et l’apport de certains micronutriments semblent être efficaces pour augmenter les chances de survie.

Alimentation pendant la radiothérapie

Le régime alimentaire au cours de la radiothérapie a pour but de réduire les effets secondaires de cette dernière et d’augmenter son efficacité. Pour cela, on peut utiliser des stratégies comme le régime cétogénique, surtout dans les cas de tumeurs qui dépendent du glucose.

Selon une étude publiée dans la revue Molecular Metabolism, la restriction en glucides est utile en tant que traitement complémentaire car elle retarde ou freine la croissance tumorale. Il est néanmoins important d’offrir une série de recommandations diététiques plus précises afin d’éviter des effets secondaires propres au traitement.

Une douleur à l'abdomen.

La diarrhée est l’un des effets secondaires les plus fréquents de la radiothérapie, ce qui explique pourquoi l’alimentation devient une alliée de taille pour la réduire.

Pour éviter la bouche sèche

Il est fréquent que les traitements oncologiques créent une sensation constante de bouche sèche. Pour éviter ce problème, il convient de boire de petites quantités d’eau de façon régulière. Par ailleurs, il est nécessaire d’éviter les aliments secs. Une bonne option est d’utiliser des sauces un peu grasses ou d’écraser les aliments en forme de purée.

S’il y a une mucosite

La mucosite est l’inflammation de toute la muqueuse de l’appareil digestif. Dans ce type de situations, la priorité est d’éviter d’offrir des aliments avec un caractère acide, comme les agrumes. Ceux qui ont une texture dure ne constituent pas non plus une bonne option. Il est préférable d’opter pour des produits froids qui offrent un léger effet analgésique.

Quand on a du mal à avaler

Quand la dysphagie apparaît, l’idéal est de fractionner les repas pour éviter les grands volumes d’aliments. Par ailleurs, il vaut mieux ne pas introduire d’éléments solides durs comme la viande.

Une stratégie efficace est d’écraser les préparations jusqu’à obtenir une purée et de les consommer en buvant fréquemment.

En cas de manque d’appétit

Il est fréquent que les traitements oncologiques provoquent une réduction de l’appétit, comme l’affirme une recherche publiée dans Support Care in Cancer. Dans ce cas, il est important de répartir la quantité de calories quotidiennes en plusieurs petits repas.

Même si, traditionnellement, on recommandait de choisir des aliments riches en glucides, ce conseil est actuellement remis en question.

En cas de diarrhées

Le dernier des effets secondaires les plus fréquents de la radiothérapie est la diarrhée. Pour éviter ce problème, il est essentiel d’ingérer des produits laitiers fermentés et aux fibres solubles, comme c’est le cas des pommes. Les probiotiques du yaourt ont prouvé leur efficacité dans le traitement de ce problème intestinal.

Quand la radiothérapie s’applique au niveau abdominal, il est beaucoup plus probable de voir se développer des diarrhées tout au long du processus. On peut donc ici mettre en place une série de changements plus stricts.

Il est fondamental d’établir un régime pauvre en résidus et avec un faible contenu en fibres. Par ailleurs, on doit modérer la présence de graisses et de lait, en augmentant l’ingestion de liquides.

Alimentation après la radiothérapie

Une fois le traitement conclu, il est possible d’appliquer une série de protocoles diététiques dans le but de stimuler les processus d’autophagie internes et d’améliorer le fonctionnement général de l’organisme. L’un d’eux est le jeun intermittent ; sa pratique a été associée à un plus faible risque de développer des problèmes oncologiques par récidive.

On recommande aussi la restriction d’aliments ultra-transformésLa présence de graisses trans et d’additifs dans ces derniers est contreproductive pour la santé. Il est toujours préférable de choisir des produits frais, comme les fruits et légumes, les viandes ou les poissons.

On déconseille également de consommer de l’alcool et des sodas. Ces derniers contiennent de grandes quantités de sucres simples ou d’édulcorants artificiels qui compliquent le fonctionnement des processus physiologiques.

La radiothérapie d'une femme.

Une fois le traitement par radiothérapie terminé, l’alimentation continue d’être un pilier pour prévenir les récidives.

L’alimentation dans la radiothérapie est un pilier

Comme nous l’avons commenté, l’alimentation est capable de réduire les effets secondaires de la radiothérapie. Par ailleurs, elle améliore ses effets quand on introduit des nutriments de qualité et qu’on limite les aliments nocifs.

Ainsi, si vous souffrez d’une maladie oncologique, pensez à consulter un nutritionniste pour compléter le traitement établi. Ce professionnel pourra élaborer un plan diététique sur mesure, qui agira de façon synergique avec la pharmacologie administrée. De cette façon, le pronostic et la gestion de la pathologie en seront améliorés.

  • Weber DD., Aminzadeh Gohari S., Tulipan J., Catalano L., et al., Ketogenic diet in the treatment of cancer- where do we stand? Mol Metab, 2020. 33: 102-121.
  • Elliott DA., Nabavizadeh N., Romer JL., Chen Y., et al., Medical marijuana use in head and neck squamous cell carcinoma patients treated with radiotherapy. Support Care Cancer, 2016. 24 (8): 3517-24.
  • Szajewska H., Canani RB., Guarino A., Hojsak I., et al., Probiotics for the prevention of antibiotic associated diarrhea in children. J Pediatr Gastroenterol Nutr, 2016. 62 (3): 495-506.
  • Antunes F., Erustes AG., Costa AJ., Nascimento AC., et al., Autophagy and intermittent fasting: the connection for cancer therapy? Clinics, 2018.
  • Luna, Javier, et al. “Nutrientes y radioterapia: revisión de la literatura.” Nutricion hospitalaria 32.6 (2015): 2446-2459.
  • Jiménez, MIC Ana Karen Medina, and MIC Marco Antonio López García. “LA DIETA CETOGÉNICA EN EL TRATAMIENTO DEL CÁNCER:¿ QUÉ DICE LA EVIDENCIA CIENTÍFICA?.” COMITE EDITORIAL: 1.