Fucha Ryori : une cuisine végétarienne bouddhiste

Le Fucha Ryori est un type de cuisine japonaise qui a traversé les siècles. Découvrez quels sont les ingrédients phare.
Fucha Ryori : une cuisine végétarienne bouddhiste
Maria Patricia Pinero Corredor

Rédigé et vérifié par la nutritionniste Maria Patricia Pinero Corredor.

Dernière mise à jour : 01 octobre, 2022

Le Fucha Ryori est un type de cuisine monastique peu connu et pratiquement caché dans le mysticisme de la cuisine japonaise. Il s’agit d’une variante de la cuisine végétarienne du temple bouddhiste Shōjin rōyri. Fucha signifie “boire du thé ensemble”. Cette variante est basée sur l’ancienne habitude chinoise qui consiste à boire du thé après le travail ou la méditation.

Cependant, aujourd’hui, le Fucha Ryori est quelque peu différent. Ce terme est utilisé pour décrire la cuisine monastique de l’école Ō baku du bouddhisme zen. C’est l’une des trois principales écoles zen du Japon. Par conséquent, le Fucha Ryori est très attaché à la culture japonaise.

Il se réfère particulièrement à la cuisine des monastères, c’est-à-dire à la cuisine des moines — en l’occurrence des bouddhistes —. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus. Nous vous disons en quoi elle consiste et quels sont ses avantages.

Qu’est-ce que le Fucha Ryori ?

Le Fucha Ryori est une tradition culinaire issue des temples bouddhistes. C’est un type de nourriture végétarienne qui est préparée et consommée par les moines bouddhistes. Apparue comme une tradition en Chine, elle s’est ensuite propagée au Japon au 17e siècle lorsque les moines de la dynastie Ming ont dû fuir vers les montagnes mandchoues.

Une fois installés là-bas, les moines ont commencé leurs traditions. L’une d’elles était le Fucha Ryori. A l’origine, la nourriture était servie sur de grandes tables rouge vermillon. Sur celles-ci, une grande assiette était posée dont le contenu était à partager entre quatre personnes.

En Chine, des assiettes individuelles ont été introduites. Quant au Japon, il est de coutume de servir des portions séparément et d’attribuer certains plats spéciaux à une assiette commune.

Dans le Fucha Ryori, servir les plats de cette manière signifie équilibre, raffinement et simplicité. Trois traits qui caractérisent la cuisine asiatique. Comme l’affirme une recherche culturelle concernant le Fucha, c’est une forme d’union entre les temples et une expression symbolique du bouddhisme.

Qu'est-ce que le Fucha Ryori ?
Le thé matcha est l’un des principaux aliments du Fucha Ryori. Il se distingue par sa haute teneur en antioxydants.

Les différents plats du Fucha Ryori

Le Fucha Ryori est composé de divers aliments aux bienfaits pour la santé. Les plus importants sont ceux mentionnés ci-dessous.

Le thé matcha

On parle beaucoup du thé Matcha, qui est l’entrée du Fucha. C’est un ingrédient en poudre obtenu à partir de la même plante que le thé vert. Cependant, en raison de sa culture et de sa composition, il apporte plus de bienfaits.

En particulier, il a une concentration élevée du polyphénol appelé épigallocatéchine-3-gallate (EGGG), connu pour son effet antioxydant et amincissant. Il contient également des vitamines, des minéraux et d’autres catéchines qui lui confèrent les effets suivants :

  • Propriétés anti-inflammatoires
  • Potentiel anticancéreux
  • Effets cardioprotecteurs
  • Propriétés antivirales
  • Potentiel d’amélioration de la fonction cognitive



Le potiron

La soupe de potiron Fucha est incluse dans un plat appelé Syunkan qui peut comprendre les ingrédients suivants :

  • Rouleaux de carottes
  • Concombre
  • Radis blanc japonais et algues
  • Shiso part
  • Champignon shiitake
  • Tofu sec au gluten de blé
  • Sauce moutarde
  • Tubercule d’algue et d’igname
  • Rouleaux de tofu frits aux aubergines dans une sauce miso sucrée
  • Rouleaux de crème de tofu aux carottes
  • Champignon shiitake et gluten de blé
  • Tofu frit au gluten de blé

Dans tous les cas, l’ingrédient central est la soupe au potiron. Cet aliment se distingue par sa teneur abondante en fibres et en antioxydants. De plus, il a une teneur élevée en vitamine A. Il fournit les effets suivants :

  • Propriétés anti-inflammatoires
  • Réduction des problèmes digestifs, tels que la constipation
  • Prévention des maladies chroniques associées au stress oxydatif

L’abricot

L’Umeboshinohinodeage est un autre plat de cette cuisine. Ce plat est à base d’abricot. Il contient également de petits morceaux de concombre avec de la poudre d’arrow-root, du gingembre et du poivre japonais. Dans tous les cas, la pièce maîtresse est l’abricot.

L’un des principaux avantages de ce fruit est qu’il est riche en vitamine A. 00 grammes contiennent 1 926 UI. De plus, il se distingue comme source de potassium et de vitamine C. Il possède ainsi des propriétés astringentes, antioxydantes et anti-inflammatoires.

Entre autres choses, il est pauvre en glucides et riche en eau et en fibres. Pour cette raison, il convient aux patients diabétiques. Même ainsi, c’est quelque chose que le médecin doit indiquer.

A quoi servent les graines d'abricot ?
L’abricot est un fruit riche en vitamine A, en fibres et en antioxydants. De plus, il a un potentiel anti-inflammatoire et digestif.



L’arrow-root

L’arrow-root ou Maranta arundinacea est un ingrédient commun du Fucha Ryori. C’est une poudre utilisée pour épaissir les sauces, soupes et autres aliments, très courante dans la cuisine asiatique. Elle est composée d’amidons dérivés de divers tubercules tropicaux.

Dan le Fucha Ryori, cet ingrédient est conjointement utilisé avec les ingrédients suivants :

  • Carotte
  • Concombre
  • Gingembre
  • Poivre japonais
  • Soja
  • Gelée de konjac.Radis japonais.
  • Moutarde
  • Épinards
  • Tofu
  • Purée de pomme de terre
  • Pousses de bambou
  • Légumes et fruits de toutes sortes

Que faut-il retenir sur le Fucha Ryori ?

Le Fucha Ryori est une coutume d’antan qui perdure aujourd’hui et a été transmise à travers des générations de bouddhistes. Aujourd’hui, c’est une cuisine végétarienne à laquelle on attribue des bienfaits pour la santé. C’est aussi un mode de vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le niveau d’éducation peut-il influencer l’alimentation ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le niveau d’éducation peut-il influencer l’alimentation ?

Le niveau d'éducation a une influence déterminante sur l'alimentation et donc sur le risque de développer des maladies.



  • Ambros. (2019). Partaking of Life: Buddhism, Meat-Eating, and Sacrificial Discourses of Gratitude in Contemporary Japan. In Religions (Vol. 10, Issue 4, p. 279). MDPI AG. https://doi.org/10.3390/rel10040279
  • Joanna Kochman, Karolina Jakubczyk,* Justyna Antoniewicz, Honorata Mruk, and Katarzyna Janda. Health Benefits and Chemical Composition of Matcha Green Tea: A Review. Molecules. 2021 Jan; 26(1): 85. Published online 2020 Dec 27. doi: 10.3390/molecules26010085
  • Amin MZ, Islam T, Uddin MR, Uddin MJ, Rahman MM, Satter MA. Comparative study on nutrient contents in the different parts of indigenous and hybrid varieties of pumpkin (Cucurbita maxima Linn.). Heliyon. 2019 Sep 13;5(9):e02462. doi: 10.1016/j.heliyon.2019.e02462. PMID: 31687561; PMCID: PMC6819838.
  • Jyothi AN, Sheriff JT, Sajeev MS. Physical and functional properties of arrowroot starch extrudates. J Food Sci. 2009 Mar;74(2):E97-104. doi: 10.1111/j.1750-3841.2008.01038.x. PMID: 19323747.
  • Wu CS, Liao HT. Interface design and reinforced features of arrowroot (Maranta arundinacea) starch/polyester-based membranes: Preparation, antioxidant activity, and cytocompatibility. Mater Sci Eng C Mater Biol Appl. 2017 Jan 1;70(Pt 1):54-61. doi: 10.1016/j.msec.2016.08.067. Epub 2016 Aug 26. PMID: 27770926.