Méthocarbamol : utilisations, bienfaits et effets secondaires

Les spasmes musculaires peuvent déclencher une douleur intense dans diverses conditions. Heureusement, il existe des médicaments capables de soulager ce mal, parmi lesquels figure le méthocarbamol.
Méthocarbamol : utilisations, bienfaits et effets secondaires

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Le méthocarbamol est un analogue carbamate dérivé de la méphénésine. Il peut être acheté sous son nom générique seul ou en combinaison avec d’autres médicaments sous les noms de marque Robaxin ® ou Robaxisal ®. Il appartient au groupe des myorelaxants.

La manière exacte dont le composé agit dans le corps n’est pas encore connue. Cependant, on sait qu’il a un effet au niveau du système nerveux central. Il génère un effet dépresseur en bloquant les réflexes de contraction au niveau de la moelle épinière, entraînant ainsi une diminution de la douleur sans toucher au muscle ni à la plaque neuromusculaire.

A quoi sert le méthocarbamol ?

Les myorelaxants sont utilisés pour traiter les spasmes douloureux de courte durée. La principale utilité clinique du méthocarbamol est de réduire la douleur des événements musculaires et squelettiques aigus, parmi lesquels se distinguent les foulures et les entorses.

C’est l’un des relaxants musculaires les plus anciens. Cependant, ce n’est pas la première option de traitement. De multiples études ont montré que le composé est moins efficace et plus toxique que les médicaments récents, c’est pourquoi sa prescription a diminué.

Le médicament peut soulager les symptômes par lui-même, mais le repos, la physiothérapie et d’autres médicaments sont nécessaires pour de meilleurs résultats. D’autre part, il peut soulager d’autres affections douloureuses non indiquées sur la notice, telles que les lombalgies chroniques, l’arthrite inflammatoire et les fractures des côtes.



Comment le méthocarbamol est-il administré ?

Ce composé est disponible dans les formats de 500 et 750 milligrammes à administrer par voie orale. La forme pharmacologique principale est constituée de comprimés, qui doivent être avalés entiers, sans mâcher ni écraser, et de préférence avec de la nourriture.

Le traitement par le méthocarbamol doit être le plus court possible, afin d’éviter l’apparition d’effets secondaires sévères. Le spécialiste peut ainsi suspendre l’administration lorsque la douleur musculaire disparaît.

Entorse traitée au méthocarbamol.
Le méthocarbanal peut favoriser la récupération suite à une entorse.

La dose recommandée

La dose recommandée varie en fonction de l’état à traiter, de l’intensité de la douleur et des conditions générales. Il est toujours recommandé de suivre les instructions fournies par le spécialiste.

Selon la notice du médicament, la dose quotidienne chez l’adulte peut varier entre 4 et 6 grammes. La dose totale peut être divisée en 2-3 comprimés 4 fois par jour. Il est à noter que le spécialiste peut augmenter la dose jusqu’à 8 grammes par jour pendant les 72 premières heures.

Les patients âgés ont souvent besoin d’une dose plus faible pour avoir l’effet désiré. Chez eux, la prise de 1 comprimé 4 fois par jour est recommandée. D’autre part, les patients souffrant d’insuffisance hépatique ou d’un autre problème au niveau du foie doivent augmenter l’intervalle entre chaque dose.

Sécurité et effets secondaires

Tous les médicaments actuellement commercialisés peuvent provoquer l’apparition d’effets indésirables, même lorsqu’ils sont consommés à des doses adéquates. Des études montrent que les réactions secondaires les plus fréquentes se produisent au niveau neurologique, c’est pourquoi elles peuvent affecter le niveau d’attention et la capacité de réaction des personnes.

Cependant, le médicament est également capable de modifier d’autres systèmes, et l’un des signes suivants peut apparaître :

  • Somnolence et sédation
  • Mal de tête
  • Vertiges
  • Confusion
  • Amnésie
  • Vomissements
  • Dyspepsie
  • Anxiété et nervosité
  • Goût métallique

Le médicament est généralement bien toléré par la plupart des patients, mais il peut causer de légères lésions hépatiques. La fréquence avec laquelle le méthocarbamol affecte le foie est actuellement inconnue, car il existe peu de preuves à cet égard.

Une administration à fortes doses et pendant une longue période pourrait entraîner une dépendance chez certaines personnes. Ce médicament peut également interagir avec certains dépresseurs du système nerveux, tels que les antidépresseurs et l’alcool, renforçant ainsi leurs effets.

Les contre-indications du méthocarbamol

La consommation du médicament est contre-indiquée dans certaines situations où le risque l’emporte de loin sur les bénéfices. Il doit être évité chez les patients allergiques au principe actif ou à l’un des excipients, et ce, afin d’éviter l’apparition d’un choc anaphylactique.

Le méthocarbamol a un effet dépresseur sur l’activité musculaire, il doit donc être évité en cas de myasthénie grave, car il peut aggraver le tableau clinique. Le médicament peut également aggraver l’évolution de l’épilepsie, des lésions cérébrales et de certaines affections cérébrales.

L’utilisation du composé doit être évitée chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans, car il n’existe aucune étude précise montrant son efficacité. Enfin, il faut faire preuve de prudence lors de l’administration chez les personnes âgées, car le risque de blessures et d’accidents dus à la somnolence augmente.

Somnolence au méthocarbamol.
La somnolence d’origine médicamenteuse doit être prise en compte lors de la prise de ce médicament.



Un médicament utile dont l’usage a diminué

Les médicaments appartenant aux relaxants musculaires à action centrale, tels que le méthocarbamol, sont très utiles pour soulager la douleur causée par les spasmes musculaires. Ce médicament a un temps d’absorption court, ses effets sont donc perceptibles quelques minutes après l’ingestion.

Malgré tout, la prescription du composé a diminué ces dernières années en raison de l’apparition de nouveaux médicaments, plus puissants et générant moins d’effets secondaires. La prise de méthocarbamol est relativement sûre. Cependant, il existe un risque de lésions hépatiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 solutions maison pour réduire les spasmes musculaires
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
7 solutions maison pour réduire les spasmes musculaires

Découvrez aujourd'hui 7 remèdes très faciles à préparer chez soi pour réduire les spasmes musculaires et douleurs dans les muscles.



  • Sibrack J, Hammer R. Methocarbamol. In: StatPearls. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-.
  • LiverTox: Clinical and Research Information on Drug-Induced Liver Injury. Bethesda (MD): National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases; 2012-. Methocarbamol.
  • Martín-Aragón S, Bermejo P, Marcos E. Relajantes musculares. Revisión. Farmacia Profesional. 2008; 22(8): 38-43.
  • Emrich OM, Milachowski KA, Strohmeier M. Methocarbamol in acute low back pain. A randomized double-blind controlled study. MMW Fortschr Med. 2015;157 (Suppl 5):9-16.
  • Deloney LP, Smith Condeni M, Carter C, Privette A et al. Efficacy of Methocarbamol for Acute Pain Management in Young Adults With Traumatic Rib Fractures. Ann Pharmacother. 2021;55(6):705-710.
  • Aljuhani O, Kopp BJ, Patanwala AE. Effect of Methocarbamol on Acute Pain After Traumatic Injury. Am J Ther. 2017;24(2):e202-e206.