Paprika La Vera : quels sont ses bienfaits et ses utilisations ?

Le paprika La Vera est un produit aux usages multiples en gastronomie. Découvrez quels sont ses bienfaits et comment l'inclure dans vos plats.
Paprika La Vera : quels sont ses bienfaits et ses utilisations ?
Maria Patricia Pinero Corredor

Rédigé et vérifié par la nutritionniste Maria Patricia Pinero Corredor.

Dernière mise à jour : 28 octobre, 2022

Le paprika La Vera est l’un des ingrédients culinaires qui a le plus traversé les frontières depuis son origine, devenant la base fondamentale de la cuisine asiatique, méditerranéenne et latino-américaine. En plus de donner une saveur et une couleur agréables à une variété de plats, il est également connu pour ses propriétés médicinales, basées sur son effet antioxydant.

Mais qu’est-ce que le paprika La Vera exactement ? Quels sont ses bienfaits ? Poursuivez donc votre lecture.

Qu’est-ce que le paprika ?

Le paprika est la poudre obtenue après broyage d’un piment rouge, mûr et sain, préalablement déshydraté. Ce fruit provient d’une plante angiosperme de la famille des solanacées et du genre Capsicum. Il est également connu sous le nom de paprika.

Son histoire remonte à plus de 12 000 ans, étant cultivé par les peuples autochtones à l’époque préhistorique. Il est originaire d’Amérique du Sud et, de là, il a été emmené par Christophe Colomb en Espagne.

Ce sont les Espagnols et les Portugais qui l’ont étiqueté du nom de piment. Les plus connus en Espagne sont celles de Vera ( à Cáceres) et ceux de Murcie. Une fois en Europe, les coutumes culinaires ont évolué et transformé la saveur et l’arôme de leurs préparations, remplaçant même l’assaisonnement le plus utilisé à cette époque, qui était le poivre noir.

Le piment est une baie à la peau très fine, avec une pulpe un peu épaisse et de nombreuses graines à l’intérieur. Les 5 variétés les plus courantes sont les suivantes :

  1. Capsicum chinense
  2. C. frutescens
  3. C. pubescent
  4. C. bac
  5. C. annuum L

Cette dernière est cultivée depuis l’époque préhispanique et est actuellement celle qui connaît la plus grande expansion.

Ces baies ont des tailles, des formes, des saveurs et des couleurs différentes. Elles vont du jaune et du vert au rouge et à l’orange.

Selon la concentration de capsaïcine, le piment peut être doux, doux-amer ou épicé. De plus, il est utilisé à des fins préventives dans la santé via l’apport de certains nutriments.

Poivron rouge.
Le paprika est le résultat du broyage du piment rouge.

Comment définit-on le paprika de la Vera ?

Le paprika La Vera obtenu à partir du broyage de piments totalement rouges, des variétés du groupe Ocaleas (Jaranda, Jariza et Jeromín), et de la variété Bola, appartenant aux espèces Capsicum longun L. et Capsicum annum L.

Ces piments sont récoltés mûrs, sains, propres et de la couleur caractéristique de chaque espèce, séchés avec du bois de chêne. De plus, ils doivent provenir des municipalités correspondant aux régions naturelles de La Vera, Campo Arañuelo, Valle del Ambroz et Valle del Alagón.



Leurs caractéristiques

Les deux variétés utilisées, selon la définition, sont le Bola et l’Ocal, dont les caractéristiques sont les suivantes :

  • Bola (Capsicum annum) : cette variété possède peu de pulpe par rapport au poids du fruit. Les graines remplissent presque tout l’intérieur, et celles-ci ne contiennent pas de capsaïcine, la molécule responsable des démangeaisons.
  • Ocal (Capsicum longun) : celle-ci a une plus grande quantité de pulpe, ainsi que de la capsaïcine. De plus, elle a une forme plus allongée et son rouge est plus intense.

Comment est fabriqué le paprika La Vera ?

Le processus de fabrication de ce type de paprika déshydraté passe par différentes étapes :

  1. Phase de séchage à la fumée. Le bois de chêne fera sécher le paprika pendant 10 à 15 jours, jusqu’à ce qu’il passe de 80 % d’eau à 15 %. Durant cette phase, la fumée fusionne avec la saveur du poivre et les caroténoïdes qui donnent la couleur intense se fixent.
  2. Phase de broyage. A ce stade, on procède au broyage et au tamisage du poivre qui a été déshydraté. Selon la séparation des graines et des autres parties du fruit, il sera classé en différentes catégories.
  3. Phase d’emballage. Une fois broyé, le produit final sera conditionné, de préférence dans du verre, car ce matériau garantit la préservation de la couleur et des arômes.

Les bienfaits du paprika La Vera

Le paprika La Vera contient suffisamment de nutriments et de composants actifs qui lui confèrent divers avantages pour la santé. Passons en revue ce que les études scientifiques en disent.

Une source de micronutriments

Le paprika La Vera, étant un produit déshydraté, a tendance à être riche en vitamines et en minéraux. Dans le cas de ce fruit, la variété des couleurs le révèle comme une source de caroténoïdes dont certains sont des précurseurs de la vitamine A.

Selon le Département de l’agriculture des États-Unis, 7 grammes de ce produit peuvent fournir les nutriments suivants :

  • Calories : 19
  • Protéine : 1 gramme
  • Matière grasse : 1 gramme
  • Glucides : 3,6 grammes
  • Fibre : 2,37 grammes
  • Vitamine A : 19 % de l’apport journalier recommandé (RDV)
  • Vitamine B6 : 9 % de l’AJR
  • Vitamine E : 13 % de l’AJR
  • Fer : 8 % de l’AJR

Le macronutriment le plus important est la fibre, qui n’est pas métabolisée, représentant plus de la moitié de vos glucides totaux. Les taux de protéines et de graisses sont très faibles.

Certains micronutriments parviennent à couvrir une bonne partie des valeurs recommandées. En particulier, la vitamine A et le tocophérol ou la vitamine E. Si 2 portions quotidiennes sont utilisées, il est évident que les apports auront tendance à augmenter. Les taux de pyridoxine et de fer sont acceptables.

Une source d’antioxydants

D’autres caroténoïdes du paprika qui donnent une couleur intense sont considérés comme des antioxydants potentiels. Ils sont capables de lutter contre les dommages causés par des molécules réactives, telles que les radicaux libres. C’est le cas de la capsaïcine, de la zéaxanthine et de la lutéine.

Les preuves confirment l’effet protecteur de ces antioxydants contre le développement de maladies chroniques, telles que les maladies cardiovasculaires, le cancer et les maladies neurodégénératives. De plus, ils agissent également comme modulateurs de la réponse immunitaire.



Des effets anti-inflammatoires

La capsaïcine est un composé présent dans les piments forts. On pense qu’elle se lie aux récepteurs des cellules nerveuses pour diminuer la douleur et l’inflammation. Il a été démontré qu’elle diminue les niveaux de TNF-alpha, une cytokine pro-inflammatoire, dans un modèle in vitro.

D’autre part, plusieurs études montrent que les crèmes topiques à base de capsaïcine aident à réduire la douleur causée par l’arthrite. Dans d’autres recherches, les suppléments de capsaïcine se sont avérés capables de prévenir l’inflammation et les dommages à l’estomac. Enfin, chez les animaux de laboratoire, il a également été démontré que des suppléments de ce composant pouvaient avoir un effet immunomodulateur.

Aide à la régulation du syndrome métabolique

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, certaines études animales et humaines révèlent que la capsaïcine des poivrons rouges a la capacité de contrôler le syndrome métabolique et ses complications, telles que l’obésité, l’altération du profil lipidique et le diabète.

Une autre étude sur des femmes atteintes de diabète gestationnel qui ont pris 5 milligrammes d’un supplément de capsaïcine a montré que la glycémie baissait après les repas.

Un atout pour la santé des yeux

On pense que la lutéine et la zéaxanthine protègent les yeux des rayons ultraviolets (UV) nocifs. Ces caroténoïdes filtrent la lumière bleue, qui n’est pas arrêtée par la cornée et les cristallins.

Certaines études rapportent que les deux carotènes sont associés à un risque moindre de dégénérescence maculaire liée à l’âge et de cataractes. Un essai mené sur des femmes ayant des apports élevés en lutéine et en zéaxanthine a révélé une baisse de 32 % du risque de développer des cataractes.

Un allié pour faire baisser le cholestérol

Jusqu’à présent, certaines études indiquent que les niveaux de bon cholestérol ou HDL peuvent être augmentés par l’apport de capsaïcine, un caroténoïde. Ce type de cholestérol est lié à la réduction des maladies cardiovasculaires.

Chez les animaux de laboratoire, cet effet bénéfique a également été retrouvé avec un apport de piment rouge et de capsaïcine pendant 2 semaines. Cependant, des recherches plus approfondies axées sur la population humaine sont nécessaires pour tirer des conclusions convaincantes.

Cholestérol dans le sang.
La régulation du cholestérol sanguin dépend de nombreux facteurs. L’alimentation en est un, mais pas le seul.

Des effets anticancéreux

On sait que le stress oxydatif active les voies inflammatoires qui transforment une cellule normale en cellule tumorale, favorisant la prolifération, la chimiorésistance et la survie de ces cellules. D’où l’importance de consommer des antioxydants.

Des études précliniques ont montré que certains caroténoïdes présents dans le paprika ont des effets antitumoraux importants, à la fois in vitro et in vivo. La lutéine, la zéaxanthine, le lycopène, l’astaxanthine, le bêta-carotène et la capsaïcine ont montré une bonne activité anticancéreuse dans divers tissus.

Dans ces essais, il a été constaté qu’un grand nombre de femmes ayant des niveaux élevés de caroténoïdes dans le sang avaient 25 à 35 % de chances en moins de développer un cancer du sein. Bien sûr, d’autres études sur l’effet direct du paprika rouge sur la prévention ou le traitement du cancer sont nécessaires.

Les utilisations du paprika La Vera

Le paprika La Vera est utilisé dans 2 aspects culinaires : la gastronomie directe et comme colorant et stabilisant pour les produits carnés crus ou saumurés. Dans les deux cas, il confère une saveur et un arôme fumés si particuliers, qui caractérisent les préparations.

De plus, ce paprika est capable de stopper les processus oxydatifs des graisses polyinsaturées entrant dans la formulation des produits carnés, grâce à la présence d’antioxydants. Un excès de ces phénomènes oxydatifs dans le produit carné génère une perte de valeur nutritionnelle, de qualité sensorielle et de durée de conservation.

Côté gastronomie, le paprika de La Vera est une épice polyvalente. Il peut être incorporé pour sa saveur douce, douce-amère ou épicée.

Il a une touche fumée et peut être utilisé comme condiment pour les viandes, la salade de pommes de terre et les œufs. Certaines épices sont ajoutées aux ragoûts, comme le goulasch hongrois et les soupes. Le paprika La Vera est également utilisé dans des plats à base de riz, de haricots et de lentilles.

Tout repas se marie bien avec ce paprika déshydraté qui non seulement enrichit en saveur et en couleur, mais qui apporte également une valeur ajoutée en favorisant une bonne santé.

Quelle est la quantité de paprika La Vera recommandée ?

La valeur du paprika La Vera ne réside pas seulement dans son utilisation comme épice colorée, aromatisée et fumée. Elle va au-delà de la cuisine, car il offre également des bienfaits pour la santé.

Seulement 2 cuillères à soupe de paprika de La Vera par jour suffisent pour couvrir près de la moitié de l’apport recommandé en vitamine A, vitamine E, ainsi que d’autres antioxydants. Selon la science, il a un effet anti-inflammatoire et améliore la santé visuelle et la glycémie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Graines de tamarin : une collation saine pour votre alimentation
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Graines de tamarin : une collation saine pour votre alimentation

Les graines de tamarin sont une option intéressante à préparer à la maison. Nous vous disons ici comment les préparer en collation.



  • Departamento de Agricultura de los EEUU. Species, Paprika. Diponible en: https://fdc.nal.usda.gov/fdc-app.html#/food-details/171329/nutrients
  • María Elena Carranco Jáuregui, Ma. de la Concepción Calvo Carrillo, Fernando Pérez-Gil Romo. Carotenoides y su función antioxidante: Revisión. ARCHIVOS LATINOAMERICANOS DE NUTRICIÓN. Vol. 61 Nº 3, 2011. Disponible en: http://ve.scielo.org/pdf/alan/v61n3/art01.pdf
  • Vergara N Diana, Lozada-Requena Iván, Aguilar O José. Efecto de la capsaicina sobre la producción de TNF-α en células mononucleares: estudio piloto. Rev. perú. med. exp. salud publica  [Internet]. 2006  Ene [citado  2022  Sep  23] ;  23( 1 ): 52-55. Disponible en: http://www.scielo.org.pe/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1726-46342006000100008&lng=es.
  • Basith, S., Cui, M., Hong, S., & Choi, S. (2016). Harnessing the Therapeutic Potential of Capsaicin and Its Analogues in Pain and Other Diseases. Molecules (Basel, Switzerland)21(8), 966. https://doi.org/10.3390/molecules21080966
  • Gyula Mozsik. Capsaicin as new orally applicable gastroprotective and therapeutic drug alone or in combination with nonsteroidal anti-inflammatory drugs in healthy human subjects and in patients. Prog Drug Res. 2014;68:209-58. doi: 10.1007/978-3-0348-0828-6_9. Diponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24941671/
  • Motte, J., Ambrosius, B., Grüter, T., Bachir, H., Sgodzai, M., Pedreiturria, X., Pitarokoili, K., & Gold, R. (2018). Capsaicin-enriched diet ameliorates autoimmune neuritis in rats. Journal of neuroinflammation15(1), 122. https://doi.org/10.1186/s12974-018-1165-x
  • 81 Congreso Nacional de la Sociedad Española de Oftalmología. La nutrición en la salud ocular. 2005. Disponible en: https://www.researchgate.net/publication/236029114_Nutricion_y_salud_ocular_Luteina_y_zeaxantina_como_nutrientes_especificos_de_la_retina
  • Suzen M Moeller  1 , Rick Voland, Lesley Tinker, Barbara A Blodi, Michael L Klein, Karen M Gehrs, Elizabeth J Johnson, D Max Snodderly, Robert B Wallace, Richard J Chappell, Niyati Parekh, Cheryl Ritenbaugh, Julie A Mares. Associations between age-related nuclear cataract and lutein and zeaxanthin in the diet and serum in the Carotenoids in the Age-Related Eye Disease Study, an Ancillary Study of the Women’s Health Initiative. Arch Ophthalmol. 2008 Mar;126(3):354-64. doi: 10.1001/archopht.126.3.354.
  • Sanati, S., Razavi, B. M., & Hosseinzadeh, H. (2018). A review of the effects of Capsicum annuum L. and its constituent, capsaicin, in metabolic syndrome. Iranian journal of basic medical sciences21(5), 439–448. https://doi.org/10.22038/IJBMS.2018.25200.6238
  • Yuan, Li-Jia & Qin, Yu & Wang, Lin & Zeng, Yuan & Chang, Hui & Wang, Jian & Wang, Bin & Wan, Jing & Chen, Shi-Hui & Zhang, Qian-Yong & Zhu, Jun-Dong & Mi, Man. (2015). Capsaicin-containing chili improved postprandial hyperglycemia, hyperinsulinemia, and fasting lipid disorders in women with gestational diabetes mellitus and lowered the incidence of large-for-gestational-age newborns. Clinical nutrition (Edinburgh, Scotland). 35. 10.1016/j.clnu.2015.02.011.
  • Blesso, C. N., & Fernandez, M. L. (2018). Dietary Cholesterol, Serum Lipids, and Heart Disease: Are Eggs Working for or Against You?. Nutrients10(4), 426. https://doi.org/10.3390/nu10040426
  • Aizawa, K., & Inakuma, T. (2009). Dietary capsanthin, the main carotenoid in paprika (Capsicum annuum), alters plasma high-density lipoprotein-cholesterol levels and hepatic gene expression in rats. British Journal of Nutrition, 102, 1760 – 1766.
  • Tanaka, T., Shnimizu, M., & Moriwaki, H. (2012). Cancer chemoprevention by carotenoids. Molecules (Basel, Switzerland)17(3), 3202–3242. https://doi.org/10.3390/molecules17033202
  • Reuter, S., Gupta, S. C., Chaturvedi, M. M., & Aggarwal, B. B. (2010). Oxidative stress, inflammation, and cancer: how are they linked?. Free radical biology & medicine49(11), 1603–1616. https://doi.org/10.1016/j.freeradbiomed.2010.09.006
  • Aguirrezabal, M.M., Mateo, J., Domínguez, M.C., & Zumalacárregui, J.M. (2000). The effect of paprika, garlic and salt on rancidity in dry sausages. Meat science, 54 1, 77-81 .Disponible en: https://www.semanticscholar.org/paper/The-effect-of-paprika%2C-garlic-and-salt-on-rancidity-Aguirrezabal-Mateo/76e52b8d9661ecf9f625e3651809a01e29bc5370

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.