Tout ce que vous devez savoir sur la santé de l'utérus

Un mode de vie sain et des contrôles gynécologiques réguliers sont essentiels pour la santé de l'utérus. Découvrez d'autres recommandations.
Tout ce que vous devez savoir sur la santé de l'utérus

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 07 mai, 2023

Préserver la santé de l’utérus est très important, surtout si l’on tient compte du fait que le cancer dans cette région est l’un des plus fréquents. De même, c’est un organe exposé à une grande variété de pathologies qui, pour la plupart, peuvent être évitées.

Une des premières mesures à mettre en place pour prendre soin de cette partie du corps est de se renseigner sur sa fonction, les soins dont elle a besoin et les maladies qui l’affectent. De cette façon, il est possible de détecter toute anomalie dans le temps.

D’autre part, il faut tenir compte du fait qu’il s’agit d’un organe très sensible, qui est relié à un centre nerveux associé aux émotions. Pour cette raison, votre bien-être découle également d’une bonne santé émotionnelle. Continuez de lire !

Anatomie de l’utérus

Le processus de prise en charge de la santé de l’utérus commence par la connaissance de son anatomie. Cet organe, également appelé “matrice”, est creux et a la forme d’une poire renversée. Il est situé dans le bas de l’abdomen et est maintenu en place par un réseau de muscles, de ligaments et de tissus fibreux.

Pour être plus exact, il se situe derrière la vessie et devant le rectum. De plus, il est composé de quatre sections principales :

  • Arrière-plan. Il est en haut et correspond à la zone la plus large. Il se connecte aux trompes de Fallope.
  • Corps. C’est la zone principale. Il est situé sous le niveau des trompes de Fallope ; sa forme est plus large dans la partie supérieure et se rétrécit.
  • Isthme. C’est la partie inférieure et aussi la partie la plus étroite de l’organe. Tenant compte du fait que la forme est une poire inversée, elle coïnciderait avec la zone de la tête d’une telle poire.
  • Col de l’utérus. Il correspond aux deux derniers pouces de l’organe. Il a la forme d’un tube et se connecte au vagin.

Il faut dire aussi que l’utérus est un organe musculaire élastique, composé de trois couches de tissus qui sont les suivantes :

  • Périmètre. C’est la coque extérieure.
  • Myomètre. La couche intermédiaire.
  • Endomètre. C’est la paroi interne de l’organe. Il s’accumule au cours du mois et, s’il n’y a pas de fécondation, il est éliminé pour donner lieu aux menstruations.
Le médecin montre l'anatomie de l'utérus.
Un réseau de muscles, de ligaments et de tissus fibreux est responsable du maintien de l’utérus dans sa position dans le bas-ventre.

Les fonctions de l’utérus

Cet organe remplit des fonctions très importantes en rapport avec la fertilité, le cycle de reproduction et la maternité. Ainsi, en préservant la santé de l’utérus, toutes ces fonctions sont également préservées.

Tout d’abord, cet organe donne lieu à la période menstruelle. Au cours d’un cycle normal, l’endomètre se remplit de minuscules vaisseaux sanguins et s’épaissit. S’il n’y a pas de fécondation, l’organe se débarrasse de cette muqueuse et la menstruation se produit.

Si un ovule est fécondé, il finit par rester dans l’endomètre. Celle-ci est chargée de la nourrir et continue de remplir cette fonction pendant toutes les phases de la grossesse. Avec cela, il offre les conditions pour que l’embryon se développe jusqu’à la naissance. Les contractions qui se produisent dans l’utérus rendent l’accouchement possible.

Une autre fonction de cet organe est de diriger le flux sanguin vers le bassin et les organes génitaux externes, qui comprennent les ovaires, le vagin, les lèvres et le clitoris. Cela affecte également la réponse sexuelle.

Maladies qui affectent l’utérus

Il existe plusieurs pathologies qui peuvent affecter la santé de l’utérus. Les plus courants sont les fibromes, l’endométriose, les polypes utérins, le prolapsus et le cancer de l’utérus. Voyons en termes généraux en quoi consiste chacun d’eux.

Fibromes

Les fibromes sont des tumeurs non cancéreuses qui se développent dans l’utérus. Souvent, ils ne génèrent pas de symptômes et ne nécessitent pas de traitement. Cependant, ils peuvent provoquer des douleurs ou des saignements abondants pendant les menstruations. Dans certaines occasions, il est nécessaire de les retirer chirurgicalement.

Endométriose

L’endométriose est l’un des problèmes de santé utérine les plus courants. On estime que jusqu’à 11 % des femmes en souffrent. Cette condition provoque la croissance de l’endomètre à l’extérieur de l’utérus, provoquant des douleurs. Il peut également causer des problèmes digestifs et l’infertilité. Il est généralement traité avec une contraception ou un dispositif intra-utérin.

Polypes utérins

Les polypes sont des excroissances en forme de doigt qui adhèrent à la muqueuse de l’utérus. Ils peuvent être aussi petits qu’une graine ou aussi gros qu’une balle de golf.

Ils ne provoquent pas toujours de symptômes et, s’ils le font, ils incluent des saignements abondants, des règles irrégulières et l’infertilité. Ils ont le potentiel de devenir cancéreux. Par conséquent, ils doivent être supprimés.

Prolapsus utérin

C’est le déplacement de l’utérus vers le vagin ou à l’extérieur de celui-ci. Il survient lorsque les muscles et les ligaments du plancher pelvien deviennent faibles et flexibles. Dans les cas bénins, aucun traitement n’est nécessaire. S’il est grave ou entraîne des complications, une intervention chirurgicale et même l’ablation de l’organe peuvent être nécessaires.

Cancer de l’utérus

C’est le problème de santé le plus grave de l’utérus. Il peut être de deux types. Le premier est le cancer de l’endomètre, qui est le plus courant et apparaît généralement après la ménopause. Le second est le sarcome, qui est rare. Le principal symptôme est un saignement anormal. Il est traitée par chirurgie, chimiothérapie ou radiothérapie.

Prendre soin de la santé de l’utérus

La meilleure façon de protéger la santé de l’utérus, ainsi que de tout le corps en général, est d’avoir un mode de vie sain. Il est important d’adopter une alimentation abondante en légumes, fruits et céréales. De plus, vous devez consommer suffisamment de liquides et, si possible, des aliments raffinés.

L’activité physique a aussi des effets positifs. Pour être précis, il est conseillé d’effectuer des exercices conçus pour la région pelvienne. Cela comprend les exercices de Kegel, ainsi que la danse et l’aérobic. Un mode de vie sédentaire affaiblit le plancher pelvien et peut avoir des conséquences négatives.

Entre autres choses, il est important de prendre soin de soi dans le domaine émotionnel. Les pratiques de méditation, le tai-chi, le yoga et les activités similaires sont fortement recommandés. Cependant, la chose la plus importante entre toutes est de consulter le gynécologue régulièrement et lorsque vous remarquez des symptômes étranges.

Prendre soin de la santé de l'utérus
Les consultations périodiques en gynécologie sont essentielles au dépistage précoce des anomalies de l’utérus.

Recommandations finales

La visite régulière chez le gynécologue et la réalisation de tests périodiques sont deux mesures fondamentales pour être conscient de la santé de l’utérus. Un diagnostic opportun peut faire la différence.

La chose indiquée est d’effectuer le test de Papanicolaou au moins une fois par an, ou plusieurs fois si le médecin l’exige. De la même manière, il convient d’être conscient de toute manifestation anormale, telle que douleur, flux étranges, etc.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Fernandez, H., Gervaise, A., & De Tayrac, R. (2002). Fibromas uterinos. EMC-Ginecología-Obstetricia, 38(2), 1-11.
  • Fonseca, J. M., Sánchez, S. C., & Pérez, J. C. H. (2021). Endometriosis. Revista Médica Sinergia, 6(05), 1-10.
  • Arzuaga-Salazar, M. A., de Souza, M. D. L., & de Azevedo Lima, V. L. (2012). El cáncer de cuello de útero: un problema social mundial. Revista Cubana de Enfermería, 28(1), 63-73.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.