10 parties du corps qui sont affectées par le stress

Bien que le stress entraîne généralement une augmentation de l'appétit, il y a des moments où les personnes touchées génèrent une hyperactivité de la thyroïde et brûlent des calories plus rapidement.
10 parties du corps qui sont affectées par le stress

Dernière mise à jour : 01 février, 2022

Saviez-vous que certaines parties du corps sont affectées par le stress ? Souvent, nous ne sommes pas conscients de la façon dont ce trouble qui combine nervosité, fatigue et angoisse peut altérer nos processus physiologiques ainsi que nos processus mentaux.

Nous sommes confrontés à une condition complexe et multicausale qui ne modifie pas seulement notre qualité de vie. Cela a également un impact sur notre santé et se manifeste dans ce corps épuisé, dans ce mal de tête persistant, dans cette peau qui souffre plus d’acné ou dans ce cœur qui pompe plus vite que d’habitude.

Selon ce rapport de l’American Psychological Association (APA), notre système musculo-squelettique est le plus touché dans ces cas. Plus encore, parfois, faute de stratégies adéquates pour faire face à ces états épuisants, il est fréquent que nous nous retrouvions avec des douleurs chroniques.

Ainsi, tout cela finit par esquisser les maladies psychosomatiques classiques, celles que l’on ne traite pas toujours adéquatement. Un exemple de ceci est de se limiter à prendre des anti-inflammatoires ou des médicaments pour dormir sans savoir que la racine du problème est autre chose. Un autre plus profond, diffus et complexe.

Dans ces cas, il ne faut pas hésiter : il est nécessaire d’avoir un bon professionnel pour nous aider à mieux faire face au stress et aux troubles anxieux.

Voyons donc comment cette affection grave altère notre corps, comprenons ce processus physiologique complexe afin de pouvoir réagir à temps et chercher une réponse ajustée.

Parties du corps affectées par le stress

De nombreuses parties du corps sont affectées par le stress. De cette façon, comme ils nous l’expliquent à partir d’une étude réalisée à l’Université du Kansas et publiée dans le Journal Experimental and Clinical sciences, le stress peut être du déclencheur au facteur aggravant de nombreuses maladies antérieures.

Il en est ainsi parce qu’il altère les systèmes hormonaux et les centres organiques suivants :

  • Hormone corticotrope.
  • Système nerveux central.
  • Système gastro-intestinal.
  • L’aire tegmentale ventrale de notre cerveau.

Ces changements que le stress initie surtout au niveau hormonal. Ils provoquent des changements biologiques dans différentes zones de notre corps pour déclencher des maladies plus ou moins importantes. De plus, nous ne pouvons pas oublier que ces altérations affectent également le système nerveux central, médiatisant même notre comportement et nos pensées.

C’est un fait puissant qui devrait toujours nous encourager à avoir une aide professionnelle dans ces cas. Voyons maintenant quelles parties du corps sont affectées par le stress.

1. Peau

Taches brunes sur la peau, l'une des 10 parties du corps qui sont affectées par le stress

L’acné, les imperfections, l’inflammation et même le psoriasis peuvent être dus à des changements hormonaux causés par le stress.

Ainsi, comme le révèle une étude menée par le Dr Ying Chen, de l’Université de Boston, la relation cerveau-émotions-peau est directe et significative. Autrement dit, nos émotions se reflètent souvent sur la peau sous forme de maladies.

La tension générée par ce trouble émotionnel augmente la réponse inflammatoire de l’organisme, ce qui, entre autres, provoque l’obstruction des pores, des allergies et même une perte d’élasticité et l’apparition de boutons.

Le plus courant est sans aucun doute qu’il a tendance à accumuler des graisses et des impuretés à l’intérieur des pores, d’où la formation de points noirs et de boutons gênants.

2. Muscles

Les os et les muscles sont des zones du corps très touchées par les degrés chroniques de cette maladie. En provoquant une réponse du système musculo-squelettique, il génère une forte tension qui se traduit par des douleurs et des difficultés à bouger normalement.

3. Coeur

Il existe une relation directe et évidente entre les épisodes constants de stress et le risque accru de problèmes cardiovasculaires tels que l’hypercholestérolémie et les triglycérides, la tension artérielle et les problèmes de circulation.

Ainsi, de l’Université de Californie, une étude intéressante a été réalisée pour démontrer cette corrélation claire entre le stress psychologique et les maladies cardiaques. Cependant, oui, nous parlons d’états chroniques où cette anxiété et ce stress sont maintenus pendant des mois.

De plus, tout indique que le rythme cardiaque s’accélère considérablement, augmentant la vitesse de transport du sang vers le cerveau et d’autres parties du corps.

“Avec une certaine fréquence, nous trouvons des patients hypertendus dans nos consultations qui indiquent que leur hypertension est émotionnelle, car ils reconnaissent que généralement des augmentations de leur tension artérielle sont associées à des situations stressantes, même lorsqu’ils sont sous traitement avec des médicaments hypotenseurs.” souligne l’ étude du stress comme facteur de risque d’hypertension.

4. Système immunitaire

Les personnes qui souffrent d’un degré chronique de ce trouble émotionnel présentent une diminution significative de leur réponse immunitaire, ce qui augmente à son tour la prédisposition aux infections. C’est ce que confirme cette recherche menée par l’Université du Kentucky (États-Unis).

Cela est dû à l’intervention qu’il a sur les activités qui dépensent le plus d’énergies pour combattre les micro-organismes qui peuvent attaquer le corps.

5. Système digestif

La digestion, une des 10 parties du corps qui sont affectées par le stress

Parmi les parties du corps qui sont affectées par le stress, il y a sans aucun doute le système digestif. Ainsi, dans les états mentionnés ci-dessus où le stress est récurrent, il pourrait entraîner des symptômes physiques au niveau de l’estomac, des intestins, etc.

Regardons quelques exemples.

Toutes ces conditions pourraient être le résultat d’une augmentation de l’hormone connue sous le nom de « cortisol ».

6. Poids corporel

Le stress est une condition directement liée à la prise de poids, ainsi qu’à des problèmes chroniques tels que l’obésité.

7. Cerveau

Le cerveau, une des 10 parties du corps affectées par le stress

Parmi les parties du corps qui sont touchées par le stress, l’une des plus touchées par les épisodes récurrents de cette maladie est le cerveau.

Le cortisol, la principale hormone du stress, a un impact négatif sur le cortex frontal du cerveau, qui est responsable de l’aide à la prise de décision et à la rétention de la mémoire. En fait, cette étude menée par l’Université de Californie à San Diego met l’accent sur la relation entre la perte de mémoire et le déclin cognitif et le stress chronique.

Cela explique pourquoi, lors de situations stressantes, les gens sont incapables de prendre les bonnes décisions et de bien se concentrer sur leurs activités.

8. Foie

Selon cette étude de l’hôpital de Craiova (Roumanie), les personnes aux prises avec une maladie du foie pourraient subir une rechute due au stress. Il s’agit sans aucun doute d’un fait pertinent dont nous devons tenir compte lorsque nous sollicitons une aide professionnelle et spécialisée.

Les substances chimiques qui s’activent lorsqu’elle atteint un niveau chronique affectent les cellules appelées lymphocytes cytolytiques, chargées de favoriser la destruction des hépatocytes, ce qui exacerbe les pathologies du foie.

9. Reins

La production excessive de cortisol entraîne une augmentation de l’excrétion rénale de phosphate, ce qui peut entraîner une faiblesse musculaire, des modifications osseuses et de graves difficultés pour le bon fonctionnement des reins.

10. Niveaux de glucose

Parmi les parties du corps qui sont affectées par le stress, il y a ce mécanisme chargé de réguler notre taux de glucose. Ainsi, souffrir d’un degré élevé de cette condition pourrait entraîner le développement d’une résistance à l’insuline.

Autrement dit, comme le révèle une étude réalisée à l’Institut de diabétologie clinique Leibniz, un stress psychologique aigu rend difficile l’utilisation efficace par l’organisme de cette substance qui sert à réguler efficacement le taux de sucre dans le sang.

Chez les personnes qui luttent déjà contre le diabète, cela pourrait aggraver la maladie en générant des altérations du système qui aide à le contrôler.

Pour conclure, comme nous l’avons vu, il y a beaucoup d’organismes qui sont affectés par le stress. N’hésitons donc pas à demander une aide psychologique pour traiter la racine du problème. Ces états nécessitent une approche multidisciplinaire où des experts peuvent nous guider dans l’amélioration de notre santé et de notre qualité de vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Stress et hypertension artérielle : comment sont-ils liés ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Stress et hypertension artérielle : comment sont-ils liés ?

Il existe une relation directe entre le stress et l'hypertension artérielle. Découvrez ici quelle est leur connexion et ce que vous pouvez faire à ...



  • Chen, Y. y Lyga, J. (2014). Conexión piel-cerebro: estrés, inflamación y envejecimiento cutáneo. Inflamación y alergia: objetivos farmacológicos (Anteriormente, objetivos actuales de fármacos: inflamación y alergia) (descontinuado) , 13 (3), 177-190. https://www.ingentaconnect.com/content/ben/iadt/2014/00000013/00000003/art00005
  • Dimsdale, JE (2008). Estrés psicológico y enfermedad cardiovascular. Diario del Colegio Americano de Cardiología , 51 (13), 1237-1246. https://www.jacc.org/doi/abs/10.1016/j.jacc.2007.12.024
  • MSc. Osana Molerio Pérez,Dr. Manuel Antonio Arce González,Dra. Idania Otero Ramos y Dra. Zaida Nieves Achón, El estrés como factor de riesgo de la hipertensión arterial esencial, Universidad Central de Villa Clara, Revista Cubana de Higiene y Epidemiología versión On-line ISSN 1561-3003: http://scielo.sld.cu/scielo.php?pid=S1561-30032005000100007&script=sci_arttext&tlng=pt
  • Molerio Pérez, Osana, Arce González, Manuel Antonio, Otero Ramos, Idania, & Nieves Achón, Zaida. (2005). El estrés como factor de riesgo de la hipertensión arterial esencial. Revista Cubana de Higiene y Epidemiología, 43(1) Recuperado en 01 de febrero de 2022, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1561-30032005000100007&lng=es&tlng=pt.
  • Morey, JN, Boggero, IA, Scott, AB y Segerstrom, SC (2015). Direcciones actuales en el estrés y la función inmune humana. Opinión actual en psicología , 5 , 13-17. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352250X15001128
  • Nowotny, B., Cavka, M., Herder, C., Löffler, H., Poschen, U., Joksimovic, L., Kempf, K., Krug, A. W., Koenig, W., Martin, S., & Kruse, J. (2010). Effects of acute psychological stress on glucose metabolism and subclinical inflammation in patients with post-traumatic stress disorder. Hormone and metabolic research = Hormon- und Stoffwechselforschung = Hormones et metabolisme, 42(10), 746–753. https://doi.org/10.1055/s-0030-1261924
  • Peavy, GM, Salmon, DP, Jacobson, MW, Hervey, A., Gamst, AC, Wolfson, T., … y Galasko, D. (2009). Efectos del estrés crónico en la disminución de la memoria en adultos mayores cognitivamente normales y levemente deteriorados. Diario americano de psiquiatría , 166 (12), 1384-1391.
  • Vere, CC, Streba, CT, Streba, LM, Ionescu, AG y Sima, F. (2009). Estrés psicosocial y estado de enfermedad hepática. Revista mundial de gastroenterología: WJG , 15 (24), 2980.
  • Yaribeygi, H., Panahi, Y., Sahraei, H., Johnston, TP y Sahebkar, A. (2017). El impacto del estrés en la función corporal: una revisión. Diario EXCLI , 16 , 1057. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5579396/