Cilostazol : à quoi ça sert ?

Aujourd'hui, il existe déjà des médicaments comme le cilostazol qui améliorent la qualité de vie des patients souffrant de claudication intermittente.
Cilostazol : à quoi ça sert ?
Franciele Rohor de Souza

Relu et approuvé par la pharmacienne Franciele Rohor de Souza.

Écrit par Equipo Editorial

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2022

Le cilostazol est un médicament utilisé pour ses propriétés antiplaquettaires et vasodilatatrices. Il est donc indiqué dans le traitement de la claudication intermittente. C’est un vasodilatateur qui détend les parois des vaisseaux sanguins en vue de faciliter leur dilatation.

Ce médicament améliore la circulation, car il ne permet pas aux plaquettes, qui sont des cellules sanguines, de s’agglomérer, formant un caillot qui agit comme un bouchon pour la circulation sanguine.

Il est commercialisé sous forme de comprimés de 100 milligrammes et la dose recommandée est d’un comprimé toutes les 12 heures. Cependant, il est contre-indiqué chez les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque congestive.

Qu’est-ce que la claudication intermittente ?

Le cilostazol est utilisé pour la claudication intermittente.
La claudication intermittente peut être associée à d’autres maladies vasculaires.

La claudication intermittente est l’un des symptômes de la maladie artérielle périphérique, qui est causée par le blocage des artères qui irriguent les jambes. Elle se manifeste sous la forme de douleurs dans les membres inférieurs en raison d’un flux sanguin très faible. Elle survient généralement lors d’un exercice physique.

Le terme intermittent fait référence à la douleur se manifestant dans les membres inférieurs. Le terme claudication se rapporte aux bras. Par conséquent, la principale caractéristique de cette condition est la douleur qui survient lorsque une certaine distance est parcourue.

Au début, il se peut que la personne ne ressente de la douleur que lorsqu’elle fait du sport. Mais lorsque cette pathologie s’aggrave, elle peut la ressentir même au repos. Bien que la claudication intermittente soit parfois considérée comme une pathologie, il s’agit plutôt d’un symptôme d’artériopathie périphérique.

Aujourd’hui, heureusement, il existe un traitement – comme le cilostazol – qui permet d’améliorer la qualité de vie du patient, qui pourra mener une vie active sans souffrir de douleur.

Les symptômes

Parmi les symptômes les plus couramment décrits de la claudication intermittente, figurent les suivants :

  • Douleur intermittente : elle va et vient au fur et à mesure que le patient accomplit les activités de la vie quotidienne.
  • Douleur pendant l’exercice physique : elle apparaît généralement plus au niveau des pieds, des cuisses, des hanches et des fesses. Cependant, il ne faut pas oublier que les bras peuvent également être touchés, bien que cette situation soit moins fréquente.
  • Problèmes de peau : Des imperfections ou des ulcères peuvent apparaître sur la peau. Les doigts et les orteils peuvent prendre une couleur bleutée.
  • Douleur au repos : Ce symptôme est caractéristique du stade avancé. Il n’apparaît généralement pas au début.



[/atomik -lu-aussi ]

Comment le cilostazol agit-il dans l’organisme ?

Le cilostazol doit ses effets à sa capacité à inhiber une enzyme connue sous le nom de phosphodiestérase 3. Celle-ci est impliquée de manière significative dans la régulation du muscle cardiaque, du muscle lisse vasculaire et de l’agrégation plaquettaire. Ainsi, en étant inhibés par l’action du cilostazol, les symptômes liés à ces processus s’améliorent considérablement.

D’autre part, il convient de mentionner que ce médicament possède également un autre mécanisme d’action assez différent de celui décrit ci-dessus. Cependant, jusqu’à présent, il n’a été utilisé que pour son action vasodilatatrice.

Différents essais cliniques ont montré que les patients qui ont été traités par le cilostazol et qui souffrent des symptômes de claudication intermittente sont capables de marcher sur de plus longues distances sans présenter de douleur.



[/atomik -lu-aussi ]

Les effets indésirables du cilostazol

Le cilostazol provoque des palpitations.
Les palpitations font partie des effets indésirables de ce médicament.

Parmi les effets secondaires bénins les plus fréquents, nous pouvons citer les suivants :

En dehors de ceux-ci, il existe d’autres effets indésirables qui peuvent se développer avec le traitement au cilostazol. Si vous en souffrez, vous devez en informer votre médecin :

  • Urine avec du sang
  • Manque d’air lors de la respiration
  • Sensation d’évanouissement
  • Fièvre, frissons et autres symptômes grippaux

Le cilostazol est également contre-indiqué chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque congestive. Cependant, ces effets indésirables ne sont pas les seuls à pouvoir déclencher un traitement avec ce médicament.

Comment éviter les effets indésirables ?

En résumé, le cilostazol est un médicament qui inhibe la phosphodiestérase 3, une enzyme impliquée dans différents processus du système circulatoire. Pour cette raison, le cilostazol a des effets vasodilatateurs et antiplaquettaires utiles pour le traitement de la claudication intermittente.

Il s’agit d’un médicament qui, comme d’autres médicaments sur le marché, a une série d’effets indésirables. Pour cette raison, il doit toujours être pris selon les instructions du médecin et dans le cadre d’un mode de vie sain.

Consultez votre médecin pour toute question que vous avez sur l’utilisation de ce médicament et suivez toujours ses instructions. Vous éviterez ainsi les effets indésirables.

Cela pourrait vous intéresser ...
Nettoyez les résidus de cholestérol dans les vaisseaux sanguins en 40 jours !
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Nettoyez les résidus de cholestérol dans les vaisseaux sanguins en 40 jours !

Nettoyez les résidus de cholestérol des vaisseaux sanguins grâce à ce remède naturel à base de citron et d'ail. Testez-le !



  • Lee, S. W., Park, D. W., & Park, S. J. (2014). Cilostazol. In Antiplatelet Therapy in Cardiovascular Disease. https://doi.org/10.1002/9781118493984.ch14
  • Bedenis, R., Stewart, M., Cleanthis, M., Robless, P., Mikhailidis, D. P., & Stansby, G. (2014). Cilostazol for intermittent claudication. Cochrane Database of Systematic Reviews. https://doi.org/10.1002/14651858.CD003748.pub4
  • Liu, Y., Shakur, Y., Yoshitake, M., & Kambayashi, J. I. (2001). Cilostazol (Pletal®): A dual inhibitor of cyclic nucleotide phosphodiesterase type 3 and adenosine uptake. Cardiovascular Drug Reviews.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.