Qu'est-ce que la chirurgie pour traiter le reflux gastro-oesophagien?

Le reflux gastro-œsophagien peut être traité par la chirurgie. Cependant, il n'est pas toujours facile de choisir le bon patient.
Qu'est-ce que la chirurgie pour traiter le reflux gastro-oesophagien?
Maryel Alvarado Nieto

Rédigé et vérifié par le médecin Maryel Alvarado Nieto.

Dernière mise à jour : 03 mars, 2023

Le reflux gastro-oesophagien (RGO) touche environ 15 % de la population et pourrait être traité par chirurgie. Le trouble produit des symptômes gênants, bien que dans la plupart des cas, ils soient légers. De la même manière, ils influencent la qualité de vie des personnes.

Bien que le traitement médical soit généralement efficace, certains patients pourraient grandement bénéficier d’une intervention chirurgicale. Surtout, ceux qui ont une faible réponse à l’approche traditionnelle.

Le traitement chirurgical n’est pas l’option la plus demandée et ce n’est pas non plus la plus indiquée. Elle représente une alternative valable pour un groupe de patients, à condition que l’évaluation du tableau clinique soit complète et qu’il y ait suffisamment d’études complémentaires.

Traitement chirurgical du RGO : quand est-ce une option ?

Environ 10 % de tous les patients atteints de reflux gastro-oesophagien subissent une intervention chirurgicale. Ce chiffre est apparemment faible, mais il a plusieurs explications importantes.

Tout d’abord, comme toute intervention chirurgicale, elle comporte un risque qu’il faut analyser au préalable. Pour cette raison, certains médecins hésitent même à en parler.

Une autre raison pour expliquer le faible nombre de patients opérés de RGO réside dans la gravité de la maladie. Plus de 70 % des personnes atteintes de ce trouble présentent des symptômes bénins. Il est donc peu probable qu’un médecin envisage une option chirurgicale.

Cette attitude conservatrice est presque toujours prudente.

D’autre part, de nombreux patients atteints de RGO s’auto-médicamentent, ils n’ont donc pas de conseils fiables. En effet, les symptômes s’améliorent avec la consommation d’antiacides ou de protecteurs gastriques, qui sont vendus sans ordonnance professionnelle. Ainsi, compte tenu du soulagement momentané du reflux, la consultation et l’évaluation des alternatives possibles sont mises de côté.

Pilule pour gastrite.
L’automédication dans la gastrite et le RGO limitent l’accès à la consultation médicale.

Indications chirurgicales chez les patients atteints de reflux gastro-oesophagien

Il est important de noter qu’à ce jour, les études proposent la chirurgie comme option uniquement dans des cas spécifiques de patients atteints de RGO. De même, une évaluation minutieuse et individualisée devrait toujours être la priorité.

Parmi les indications de la chirurgie anti-reflux figurent les suivantes :

  • Patients chez qui, à l’arrêt du traitement, les symptômes réapparaissent. Ou besoin d’augmenter la dose de pilules à plusieurs reprises.
  • Cas dans lesquels des complications du RGO sont trouvées, telles que l’œsophagite, l’ulcère ou la sténose de l’œsophage et l’œsophage de Barrett.
  • Les personnes qui ne souhaitent pas continuer à recevoir des médicaments de façon chronique.
  • Les jeunes avec des rechutes fréquentes.
  • Présence d’une hernie hiatale.

Il est essentiel de savoir que, bien que dans la plupart des cas, la chirurgie anti-reflux semble améliorer les symptômes, certains patients continueront à avoir besoin de médicaments après l’intervention. Un exemple est les personnes dont les symptômes apparaissent au coucher.

Examens recommandés pour opter pour la chirurgie

Le diagnostic de RGO est clinique. C’est-à-dire qu’il prend en compte les symptômes caractéristiques de la maladie (brûlures d’estomac, brûlures d’estomac, régurgitations, éructations, mauvaise haleine et même toux).

Parmi les explorations complémentaires figurent les suivantes :

  • Évaluation de la fonction oesophagienne par manométrie.
  • Mesure ambulatoire du pH (pHmétrie).
  • Etudes radiologiques.
  • Endoscopie.

De la même manière, certains auteurs proposent le diagnostic dans les cas où l’on retrouve des modifications anatomiques caractéristiques du reflux gastro-oesophagien. Celles-ci ne peuvent être mises en évidence que par endoscopie et les informations fournies par une biopsie de la muqueuse œsophagienne.

Il est pertinent d’explorer la présence d’une maladie psychiatrique, telle qu’une dépression majeure, car le sentiment de satisfaction à l’égard de l’intervention peut en être diminué.

Considérations importantes de la chirurgie

Certains patients atteints de RGO ne sont pas les meilleurs candidats à la chirurgie. Pour cette raison, les informations doivent être adaptées aux conditions individuelles de chaque personne, sans généraliser.

Parmi les situations où le taux de succès chirurgical est le plus faible sont les suivantes :

  • Association de pathologies psychiatriques, comme la boulimie nerveuse et la dépression majeure.
  • Cas avec amélioration des altérations de la muqueuse oesophagienne avec les médicaments.
  • Les patients souffrant d’obésité, en particulier lorsqu’elle est sévère.
  • Résultats de pHmétrie dans les valeurs normales.
  • Présence d’un trouble moteur sévère de l’œsophage.
  • Les personnes présentant des symptômes atypiques de RGO.

Qu’est-ce que la chirurgie du reflux gastro-oesophagien ?

Bien que diverses techniques chirurgicales soient disponibles pour gérer le RGO, leur objectif est de rétablir la fonction normale du sphincter inférieur de l’œsophage. La chirurgie la plus utilisée est la fundoplicature et elle peut être pratiquée à la fois par voie abdominale et par voie thoracique. De même, le chirurgien peut opter pour une incision (laparotomie) ou le recours à la laparoscopie.

Fundoplication de Nissen et Toupet

Les deux techniques les plus fréquemment décrites sont les fundoplications. Parmi ceux-ci, le plus utilisé et celui avec les taux de réussite les plus élevés est le Nissen. Dans ce document, le chirurgien tente de créer un mécanisme de valve pour contrôler le reflux gastro-oesophagien. Pour cette raison, il utilise le fond de l’estomac pour entourer complètement l’œsophage.

Pour sa part, dans la fundoplication de Toupet, la procédure ne crée pas d’anneau complet. Ainsi, il est recommandé chez les patients qui, en plus du RGO, présentent des troubles de la motilité œsophagienne.

Autres options chirurgicales

Il existe d’autres techniques moins utilisées avec des taux de réussite inférieurs. De plus, certaines procédures endoscopiques ont été décrites qui tentent de normaliser la fonction du sphincter inférieur de l’œsophage pour éviter un reflux constant.

Parmi eux figurent les suivants :

  • Gastroplastie endoscopique.
  • Ablation par radiofréquence.
  • Injection de certaines substances.

Des techniques mini-invasives ont été proposées pour la prise en charge du RGO. Ils constituent une option thérapeutique prometteuse, comme le bracelet magnétique cardiaque et la stimulation électrique du sphincter inférieur de l’œsophage. Cependant, d’autres études sont nécessaires à cet égard.

Endoscopie pour la chirurgie du reflux gastro-oesophagien.
Grâce aux techniques endoscopiques, il est possible de réduire l’impact de la chirurgie sur le corps du patient.

Quelles sont les complications de la chirurgie anti-reflux ?

Comme pour toute autre intervention chirurgicale, il existe des risques inhérents à toute intervention chirurgicale et à l’utilisation de l’anesthésie. Parmi eux, l’hémorragie, la thromboembolie et l’infection.

Cependant, dans ce cas, d’autres complications peuvent également être associées selon l’abord ; par laparotomie (chirurgie ouverte) ou par laparoscopie. Parmi les complications de ces chirurgies on connaît les suivantes :

  • Rétention d’air.
  • Perforation oesophagienne ou gastrique.
  • Douleur en mangeant (dysphagie).
  • Emphysème médiastinal ou sous-cutané.
  • Incapacité à vomir.
  • Blessure au foie ou à la rate.
  • Pneumothorax.

Avantages de la chirurgie pour le reflux gastro-oesophagien

En conclusion, bien que la chirurgie anti-reflux soit une procédure qui doit être soigneusement évaluée, elle représente une option de traitement valable pour certains patients. Il est important de souligner que l’efficacité de l’approche est similaire à celle démontrée par les médicaments. Cependant, l’option chirurgicale a l’avantage supplémentaire de ne pas causer d’effets indésirables à long terme.

De la même manière, la chirurgie évite que les lésions œsophagiennes produites par la présence constante d’acide gastrique sur les parois de l’organe n’évoluent vers d’autres maladies plus difficiles à traiter. C’est le cas de l’oesophage de Barrett, avec un risque particulier d’évolution vers l’adénocarcinome.

Cela pourrait vous intéresser ...
Laryngectomie : pourquoi la réalise-t-on et quelles sont ses répercussions ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Laryngectomie : pourquoi la réalise-t-on et quelles sont ses répercussions ?

La laryngectomie est une intervention chirurgicale au cours de laquelle on retire complètement le larynx. Apprenez-en plus sur elle.



  • Acosta, M. A. G., & González, S. M. (2001). Antiesophageal reflux surgery. Revista de la Facultad de Medicina UNAM44(2), 55-57.
  • Badillo, R., & Francis, D. (2014). Diagnosis and treatment of gastroesophageal reflux disease. World journal of gastrointestinal pharmacology and therapeutics5(3), 105.
  • Braghetto, I., Korn, O., Valladares, H., Silva, J., & AZABACHE, V. (2010). Indicaciones de cirugía antirreflujo:¿ Buenos y malos candidatos para la cirugía? Revisión bibliográfica y experiencia personal. Revista médica de Chile138(5), 605-611.
  • Borstnar, C. R., & López, F. C. (Eds.). (2020). Farreras Rozman. Medicina Interna. Elsevier Health Sciences.
  • Csendes, A., Díaz, J. C., Burdiles, P., & Maluenda, F. (2016). Detalles técnicos y morbimortalidad de la fundoplicatura de Nissen laparoscópica en 503 pacientes con reflujo gastroesofágico. Revista chilena de cirugía68(2), 143-149.
  • Ganz, R. A. (2016). A review of new surgical and endoscopic therapies for gastroesophageal reflux disease. Gastroenterology & Hepatology12(7), 424.
  • Moore, M., Afaneh, C., Benhuri, D., Antonacci, C., Abelson, J., & Zarnegar, R. (2016). Gastroesophageal reflux disease: a review of surgical decision making. World journal of gastrointestinal surgery8(1), 77.
  • Violante, F. T. (2011). La cirugía antirreflujo, ¿está subutilizada?. Cirujano General33(S1), 61-62.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.